Je suis extra...extravertie!

CHRONIQUE / Je l’avoue, je suis extra! Non pas que je pense que ma personne est extraordinaire, quoique j’aimerais bien, mais plutôt parce que je dois vous avouer que je me retrouve dans le clan des extravertis.

Et ça ne date pas d’hier. J’ai toujours trop parlé, trop été intense, trop curieuse. Bref, j’étais trop et je le suis encore aux yeux de certains!

Disons que plusieurs enseignants croisés, au fil de mon parcours scolaire, auront amplement mérité leur pause estivale après avoir passé 180 jours en ma compagnie. Et le passage au secondaire n’aura en rien atténué ce trait de caractère. Voyez-vous, je suis tombée face à face et en amour avec l’improvisation. C’est définitivement l’improvisation qui m’a permis d’être ce que je suis, sans me sentir mal d’être ainsi. S’agit là d’une brève rencontre qui aura assuré la suite pour les années à venir.

Mon passage au Cégep de Chicoutimi aura été teinté par mes collègues de classe et les enseignants du programme Arts et lettres ainsi que par les coéquipiers de l’équipe d’improvisation. De belles années où j’ai poussé et exploré au maximum qui j’étais. Le milieu était favorable. Des gens expressifs, de la culture mur à mur et des rêves. Tout ce qu’il faut comme carburant à une personne extravertie.

Heureusement, avec les années, je me suis posée. En me définissant ainsi, j’ai la crainte d’être jugée, d’être frivole aux yeux des autres. Malgré cela, je reste toujours extravertie. Je repousse toujours un peu la limite, rien d’illégal, je vous assure.

Passé 30 ans, impossible de mentir! Je ne peux guère le cacher, mes forts rires me trahissent assez rapidement. Ma lunette palliant à la myopie me trahit également. Et tout le reste... J’ai souvenir de cette serveuse qui m’a dit malhabilement et sans aucune méchanceté: « Elles sont spéciales vos lunettes. Faut quelqu’un de spécial pour les porter. » J’imagine que c’était un compliment ou une reconnaissance de qui je suis.

J’aime être entourée de gens, j’aime que ça bouge autour de moi. Pourtant, d’un autre côté, je suis si rationnelle et méthodique dans de nombreuses sphères de ma vie, dont au travail.

J’ai fouillé dans la littérature scientifique et dans la psycho pop en cherchant la raison de cette dualité. Et je me dois de faire mon coming out, à 31 ans, j’apprends en même temps que vous que je suis ambivertie. Je me retrouve avec des caractéristiques de la personnalité introvertie et de celle qui est extravertie. J’imagine que je suis un agréable mélange, le meilleur des deux mondes... On met l’humilité de côté pour quelques instants!

Je vous rassure et je me rassure, je n’ai pas toujours le piton collé. J’ai, moi aussi, besoin de mes moments de solitude. Disons plutôt que je suis extravertie ascendant air bête! Annie-Claude Brisson