Les tampons réutilisables seront parfaits pour notre démaquillant fait maison.

Faire sa part

CHRONIQUE / Quelqu’un me disait pendant les Fêtes : « Je trouve qu’au Québec, nous sommes trop verts ! »

Disons que j’ai mal géré ma face ! Difficile de ne pas grimacer devant une telle affirmation.

J’ai mijoté la phrase un bon moment. Comme la visite du temps des Fêtes, elle m’a suivie pendant quelques jours.

« Je trouve qu’au Québec, nous sommes trop verts ! »

C’est en réponse à qui ?

Ou à quoi ?

Parce que loin de moi l’envie de péter votre bulle, mais au Québec, on en arrache. Je pourrais vous parler du bac brun, mais je n’ai pas envie que ma boîte courriel déborde comme un bac vert en attente de collecte.

Si on pense tous ainsi, on va frapper un mur, un mur plus gros que celui qui fait rêver Trump.

Je vous propose un exercice bien simple. Repensez à toutes vos sorties et réceptions du temps des Fêtes. Faites l’inventaire du papier, du plastique et des déchets qui sont passés sous votre nez. Auriez-vous pu faire mieux ?

On pourrait s’asseoir dans notre salon en grignotant des collations emballées individuellement dans une boîte de carton que le commis d’épicerie aura mis dans un sac de plastique et réfléchir à tout ça.

J’avoue ! L’exemple est caricatural. Prenez une gorgée avec votre paille de plastique, ça ira mieux...

Pour l’instant, je me donne le défi de le faire simplement, en modifiant mon banal quotidien et les objets qui le constituent.

Je n’ai pas la prétention d’être un exemple du zéro déchet et de la consommation exemplaire. J’ai moi aussi mes travers. Salutations à ma cafetière Nespresso. Doux Jésus ! Les capsules de café recyclables amoindrissent mon caprice de buveuse de café. En plus, elles seront entièrement faites avec l’aluminium de Rio Tinto, d’ici 2020. Double sentiment de fierté, ici. Mais on m’annonce que les conditions de travail des employés seraient affreuses. Visiblement, on ne s’en sortira jamais...

Le point est que si nous restons assis à ne rien faire – ben, coup de théâtre ! –, il ne se passera rien ! Simple comme un pain de savon plutôt qu’un savon liquide dans une bouteille de plastique !

On ne vous dit pas de refaire le monde, mais de changer une seule habitude ! Une toute petite ! J’ai commencé par les tampons démaquillants. Calcul rapido presto. Quelques tampons le matin et autant le soir. Depuis un an, c’est plus de 3500 tampons que je n’ai pas achetés et qui n’ont pas aggravé l’état de la situation.

Les autres changements sont venus progressivement. Exit la brosse à dents de plastique au profit d’un modèle en bambou. Autre mesure qui ne coûte pas plus cher et qui ne cause aucune douleur !

Ce que je souhaite par-dessus tout, c’est une planète qui n’a pas l’allure d’une bombe à retardement. Mais je souhaite aussi continuer de faire de petits changements bons pour la planète et ma personne, sans voir certains rouler des yeux. Et dans un summum de folie, ces certains finiront peut-être par abandonner une ou deux mauvaises manies. Qui sait ?