Four girlfriends sitting on a wall outdoors with spring and summer dressware - Women meeting and having fun in a countryside - Concepts about friendship,seasonal,lifestyle and shopping

«Chumme de femme»

CHRONIQUE / Il y a quelques mois, j’ai vécu un coup de foudre d’amitié. Un coup de foudre comme il en existe en amour, mais sans les papillons, le désir charnel et l’envie de dire « Oui, je le veux », devant l’autel. Vous voyez ce que je veux dire ? Vous savez, lorsqu’on rencontre quelqu’un qui semble déjà vous connaître, avec qui il n’y a pas de malaise et à qui vous n’êtes pas gêné de confier vos plus intimes secrets.

C’est donc ce qui m’est arrivé, il y a quelques mois, lorsque j’ai fait la connaissance d’une nouvelle amie. Ça m’est arrivé au travail, comme ça arrive à l’école lorsqu’on est petit.

Pour être bien honnête, cette nouvelle amitié est tombée du ciel. Je suis pourtant une personne qui a de nombreux « amis ».

Mais des vrais de vrais, je les compte sur les doigts d’une main.

Bon, peut-être un ou deux doigts sur l’autre main, mais vous voyez ce que je veux dire.

Ces amitiés qui restent même si on ne se voit pas souvent. Ces amitiés qui traversent les tempêtes et les assauts du temps. Ces personnes chez qui on pourrait débarquer en pleine nuit après que notre chum ou notre blonde nous ait mis dehors de la maison. Ces amis à qui nous pourrions confier à quel point notre plus vieux nous tape sur les nerfs. Ces amis qui ne nous jugeraient pas si nous lui avouions la pire des gaffes. Ces amis qui nous aideraient à nous débarrasser d’un cadavre. OK, je m’emballe un peu.

À 30 ans, il est bien difficile de se faire de nouveaux amis. On a passé l’âge d’aller au parc du quartier ou au terrain de jeu.

Et si c’est assez facile de rencontrer l’amour en 2018, notamment grâce aux dizaines de sites de rencontre, trouver un ou une amie est un peu plus sorcier. Du moins, à mon humble avis.

Entretenir une amitié représente autant de défi (ou presque) qu’entretenir un couple.

Bien que certaines amitiés resteront pour la vie, à 30 ans, la plupart d’entre nous fondent une famille, déménagent pour le travail dans une contrée lointaine ou en ont déjà par-dessus la tête avec la routine quotidienne. Les champs d’intérêt changent, les priorités aussi. Et certains chemins se séparent. Mais les vraies amitiés ont aussi cette faculté de rester vivantes, bien que nous soyons des mois sans nous voir la binette. Chose qui n’est pas aussi facile en amour.

Je suis d’avis que l’amitié à l’âge adulte est quelque chose d’indispensable. Et il en existe plusieurs formes. Toutes aussi importantes les unes que les autres.

Il existe des amitiés profondes, mais aussi d’autres qui resteront toujours en surface. Il y a de ces amis que vous aurez l’impression de ne jamais vraiment connaître, de ne jamais les cerner complètement. Mais avec qui vous aurez du fun le temps d’une soirée.

Il y a les amitiés du boulot, les amitiés par ami interposé, les amitiés de couple, les amitiés de sport, les amitiés de famille. Et tous ces amis sont importants, à leur manière.

Mais il y a de ces fois où ça clique plus qu’avec d’autres, et ce sont là des petits cadeaux à saisir.

Parce que l’amitié et ce sentiment de pouvoir se confier et, surtout, de compter pour quelqu’un sont un besoin que plusieurs d’entre nous ressentent.

Mais où rencontre-t-on des amis, à 30 ans ? Au travail, fort certainement. Comme c’était le cas lorsque nous étions petits et qu’on revenait à la maison en disant à nos parents que nous nous étions fait un nouvel ami.

C’est d’ailleurs là que j’ai fait la connaissance de ma nouvelle « chumme de femme ». Ça n’a pas pris bien bien de temps pour que cette amitié évolue à l’extérieur du bureau. Et avoir une nouvelle amie au bureau, c’est un peu comme avoir le béguin pour un petit gars lorsqu’on était au primaire. Ça motive à aller au travail, même les journées où nous préférerions caller malades.