C'est quoi ce son-là ?

CHRONIQUE / Cric ! Cric ! Squouick ! « C'est quoi ce son-là ? Je vais appeler au garage pour faire vérifier. »
Ça, messieurs dames, ça m'arrive probablement une fois par mois. Je me suis toujours demandé si j'étais malchanceuse avec mes voitures ou si j'étais trop à l'écoute de celles-ci. Un vrombissement douteux, un grincement nouveau, un cognement dans une situation précise... Je remarque tout. 
J'ai déjà embarqué dans la voiture d'une amie. Chaque fois qu'elle freinait (j'habite Chicoutimi-Nord et une chose est sûre, on ne manque pas de stops !), il y avait un étrange son de frottement. « C'est quoi ce son-là ? » « Quel son ? » « ÇA ! » « C'est rien, ç'a toujours été comme ça. C'est parce que la radio est basse... »
Une semaine plus tard, elle allait au garage pour un entretien de routine et, surprise, son garagiste lui a appris qu'elle avait je-ne-sais-plus-quelle pièce qui menaçait de tout perforer parce qu'elle avait tendance « à voir trop tard » les dos d'âne. Je n'invente rien. 
On se demande après pourquoi les femmes ont mauvaise réputation avec la mécanique !
J'ai changé d'auto il y a deux ans. Avant cela, j'ai eu le grand Amour de ma vie, une Mini Cooper (je me permets de nommer la marque puisqu'il n'y a pas de concessionnaire dans la région). Cinq ans d'amour-haine assez intense. Quel plaisir de conduire cette voiture ! Quel look ! Quel bonheur à stationner en parallèle dans un espace gros comme rien ! Quelle fiabilité douteuse ! Oups !
J'ai eu à peu près tous les problèmes avec cette voiture, ce qui m'a valu de nombreuses taquineries au journal. J'aime dire que j'ai appris des bases de mécanique à cause d'elle. Faut dire que j'ai fait changer à peu près toutes les pièces. J'exagère à peine. J'ai toujours dit que ma voiture avait été fabriquée le 24 décembre à 16 h...
Le pire, c'est qu'avant que je change la batterie (le concessionnaire disait qu'elle était parfaite, je l'ai changée pareil), ma voiture refusait de démarrer dès que le thermomètre affichait -25. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que ça arrive souvent au Royaume !
Quand mon assistance routière a pris fin, c'est à mon père que revenait la tâche ingrate de faire démarrer la bête. Je lui disais, alors qu'il avait la tête sous le capot, « dis-toi que j'aurais pu t'appeler parce que je faisais une overdose de drogue ou parce que mon "pimp" me bat. Ben non, je t'appelle pour "booster" mon auto, c'est bien moins pire !». Apparemment, quand il fait -30, ce n'est pas vraiment une consolation !
Quand j'ai changé pour un modèle de voiture plus « normal », j'ai quand même eu des drôles de problèmes, comme une porte difficile à ouvrir. J'en viens à me dire que je devrais être engagée par les compagnies d'automobiles pour faire des tests. Je trouverais toutes les failles après une semaine ! Quoi que, j'ai tellement souvent des problèmes bizarres que les constructeurs doivent craindre que je les choisisse...
Collation des grades
 C'est la fin de session à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Des centaines de personnes verront leurs efforts récompensés alors qu'ils lanceront leur mortier samedi, dans le cadre de la collation des grades. Félicitations à tous ces étudiants qui cumulent parfois les rôles : travailleur, parent, bénévole, sportif, alouette ! Vous êtes fous, mais avouez que ça en valait la peine !