Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local

Bonheur et santé pour la nouvelle année

CHRONIQUE / Déjà (ou enfin) le 4 janvier ! Pour plusieurs, c’est lundi que la nouvelle année débutera officiellement alors que le boulot reprendra. Les rassemblements du temps des Fêtes sont derrière nous et les décorations retrouvent tranquillement leur place au sous-sol. C’est le retour à la routine, pour les cinquante quelques semaines à venir.

Ce retour à la normale ne fait pas de tort. Avouons que les derniers jours n’ont pas été de tout repos.

Nous sommes plusieurs à ne pas avoir eu de pause professionnelle pendant les dernières semaines. Si c’est votre cas, sachez que je nous souhaite de trouver le temps de nous reposer quelques instants, et ce, très bientôt. Il est plus qu’important d’amorcer cette nouvelle année les batteries pleinement rechargées.

Plus jeune, je ne saisissais pas tellement l’importance des souhaits formulés à l’approche de la nouvelle année.

Avouez que c’est difficile à comprendre lorsqu’on a 12 ou 13 ans et que les oncles et les tantes nous souhaitent du bonheur et de la santé. Du succès dans nos études, un souhait qui nous rappelait que le retour à l’école était pour bientôt. Sans grande surprise, la plupart des adolescents rêvent d’autres choses à cet âge ingrat.

Les années qui s’accumulent et le métier font que j’ai maintenant une grande sensibilité aux situations vécues par plusieurs. J’ai aussi conscience de cette chance d’avoir la santé, de ne manquer de rien ou de ne faire face à aucune injustice.

Très souvent, les gens nous font le commentaire que notre travail n’est que le partage de mauvaises nouvelles et de drames. Si vous saviez réellement.

C’est vrai, notre travail est composé en partie de ce type de nouvelles. Toutefois, il y a plus, beaucoup plus. Nous assistons à de grandes nouvelles et à de belles annonces. Il y a aussi toutes ces rencontres si touchantes et tout autant marquantes.

Sachez que les textes que vous lisez en seulement quelques minutes nous habitent bien plus longtemps. Nous gardons cela avec nous pendant des jours et parfois même des semaines.

Parce qu’il y a toutes ces personnes qui nous confient une partie de leur vie pas toujours évidente, ceux qui traversent de grandes épreuves et ceux qui espèrent du changement.

La nuit, il n’est pas rare qu’on se réveille pour penser à vous, à vos histoires.

Il m’arrive de retourner au bureau les yeux emplis de larmes. Mon collègue photographe et ami, Gimmy Desbiens, reconnaît ces moments où, dans le cadre de notre travail, je n’en mène pas large derrière mes verres fumés.

La nouvelle année coïncide depuis peu, pour moi, avec une nouvelle année professionnelle. Ainsi, dans quelques jours, j’amorcerai une troisième année au sein de la belle grande équipe du Quotidien.

Je me souhaite la chance de continuer à raconter vos histoires pendant encore longtemps. Et je vous souhaite le bonheur et la santé ! Après tout, c’est cette base solide qui permet de réaliser tout le reste.