Patricia Rainville
Pourrons-nous visiter les belles régions du Québec cet été? Espérons-le.
Pourrons-nous visiter les belles régions du Québec cet été? Espérons-le.

À quoi ressemblera notre été?

CHRONIQUE / Le moment de planifier nos vacances d’été est à nos portes. Quelles semaines voulons-nous réserver pour nous la couler douce durant la période estivale ? En période de pandémie, disons que les vacances prennent une tout autre tournure, non ?

J’ai déjà annulé ma semaine de vacances qui était prévue au printemps. Des vacances confinées, quelle perte de temps, surtout si on pense à toutes ces personnes qui sont au chômage forcé !

Mais il faudra bien planifier un peu nos congés de l’été, malgré le fait qu’on ignore encore où le vent nous mènera.

Personnellement, la pandémie ne jouera peut-être pas un rôle majeur sur mes vacances estivales, comme elle en jouera un pour les grands voyageurs. Je ne voyage pas souvent, voire pratiquement jamais, à l’étranger. J’ai peur de l’avion. Voilà qui est dit.

Je n’ai donc pas vraiment le deuil d’une destination exotique à faire. Je suis plutôt adepte des voyages qui se font sur roues, que ce soit en voiture ou à moto.

La Gaspésie, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec et le Bas-Saint-Laurent ont été mes destinations vacances des dernières années. Je trouve ça beau, le Québec, que voulez-vous !

Pourrais-je découvrir une nouvelle région du Québec ou m’aventurer dans une autre province canadienne cet été ? Nul ne le sait encore.

Nous avions songé à visiter les Îles-de-la-Madeleine, mais voilà que le coronavirus a quelque peu calmé nos ardeurs.

On ne peut même pas encore sortir du Saguenay–Lac-Saint-Jean ! Nous serons, normalement, déconfinés lundi, mais des voix s’élèvent déjà pour que les barrages policiers tiennent encore quelque temps.

Mais qu’en sera-t-il du tourisme cet été ? Certaines régions espèrent ne pas avoir de visiteurs présentement, mais il en sera sûrement tout autrement dans deux mois, lorsque la saison estivale battra son plein. Parce que plusieurs de nos belles régions ont besoin de ces visites pour mousser leur économie. Une économie assommée par la pandémie. Le tourisme québécois pourrait connaître un apogée, mais encore faut-il pouvoir se déplacer en toute sécurité.

Pourra-t-on simplement se prélasser sur la plage, boire une bière sur une terrasse, faire une randonnée dans les parcs nationaux, passer quelques nuits sur un terrain de camping ou visiter les attraits touristiques québécois ?

Espérons-le, parce que l’été sera long. Et avec un masque au visage, il risque de faire chaud.