Même Ricardo propose des recettes de pain sandwich!

À 5 livres du bonheur

CHRONIQUE / Diète miraculeuse à la soupe et aux légumes verts, régime de soupe au chou, jeûne, detox de jus, ils sont nombreux à faire leur entrée dans notre vie quelques jours après que la visite soit partie et que les Fêtes soient bien terminées. Coïncidence? Eh non, les belles et bonnes tablées de ces rassemblements festifs finissent quelque part. Bien désolée de vous apprendre que c’est fort probablement dans notre jeans.

J’ai l’impression, en déroulant mon fil d’actualité Facebook, que la moitié de l’univers est à 5 livres du bonheur.

Vous peinez à joindre les deux bouts? Mon conseil, fort simple: créez un programme de perte de poids miraculeux valide à compter du 1er janvier. Promis, juré, vous serez riche à craquer (comme votre jean après les Fêtes)

Ce qui me sauve, cette fois, de tous les excès de table, c’est que je n’ai pas la dent très Noël. Pourtant, j’adore cette période de l’année et surtout recevoir. Parlez-en au mari qui vient de descendre une énième boîte de décorations au sous-sol.

Si je vous invite pendant les Fêtes, il risque d’y avoir peu ou pas de mets digne des Fêtes. Au moins, vous êtes avisés.

Il faudrait m’expliquer la dépendance au pain sandwich. Voyez-vous, je ne comprends pas l’excitation devant un sandwich monté sur l’autre sens. Et encore moins le concept de le recouvrir de fromage chimique orange ou de fromage à la crème. Visiblement, les Fêtes, c’est épuisant. Même les sandwichs se font un masque digne d’un spa.

Comme on dit, qui prend mari prend pays. Ce fut mon cas en mariant l’amateur numéro un de pain sandwich. Chez lui, le sandwich allongé se présente sans enrobage. Imaginez! Pendant près de 25 ans, j’ai vu le mets vedette trôner au centre de la table bien enrobé de son fromage radioactif. Et puis, tout d’un coup, j’ai changé de camps.

Pauvre mari, de réception en réception, il explique que, chez lui, c’est nature. Il se retrouve coincé entre les partisans du pain sandwich blanc et les autres, ceux qui le préfèrent couleur Youppi!

Les traditions culinaires des Fêtes ne sont tellement pas fortes chez moi que je me suis retrouvée face à tout un problème. Pendant les Fêtes, le pauvre petit mari n’a pas croisé et dégusté dudit pain sandwich. Je vous rassure, belle-mère et tantes se sont chargées de lui offrir sa dose.

Au final, ce n’est pas tant les livres accumulées dont nous devons nous souvenir, mais plutôt les souvenirs de ces rendez-vous précieux. Après tout, « l’envie de la vie se nourrit de repas entre amis ».