Patricia Rainville

« Ouvrez votre micro, on ne vous entend pas ! »

CHRONIQUE / Commencez-vous à en avoir marre du virtuel ? En avez-vous assez des spectacles musicaux, des séances d’entraînement sur les médias sociaux et des entrevues via FaceTime dans les bulletins de nouvelles ? Êtes-vous tannés de voir en gros plan les narines des experts interrogés par les journalistes et d’analyser la décoration des résidences des intervenants qui passent à la télé en direct de leur salle à manger ? Mais, surtout, êtes-vous fatigués d’entendre la phrase « Ouvrez votre micro, on ne vous entend pas » ? Moi, un peu, beaucoup, je vous l’avoue.

J’ai compris que j’en avais assez en couvrant la dernière séance du conseil municipal de Saguenay, lundi soir, pour le travail.

Les membres du conseil se réunissaient de façon virtuelle pour une dernière fois avant le « retour à la normale », qui aura lieu en août pour les élus de Saguenay.

Écouter deux heures de conseil municipal, installée dans mon bureau de télétravail, tout en restant concentrée, représente un défi pour une fille comme moi.

Voyez-vous, je suis facilement déconcentrée par la bibliothèque en arrière-plan de tel conseiller ou par les oeuvres accrochées au mur d’un autre. J’essayais de voir quel genre de livres lisait un conseiller de Jonquière en zoomant sur sa bibliothèque plutôt que d’écouter ce qu’il disait. Je devais reculer un peu la vidéo parce que mon attention avait dévié sur les tableaux accrochés dans la résidence d’un conseiller de Chicoutimi ou sur la couleur des murs d’un autre de La Baie.

Mon attention se portait tantôt sur un conseiller qui a assisté aux deux heures de séance assis dans sa voiture, sa ceinture de sécurité bouclée jusqu’à la toute fin, tantôt sur la belle illustration de footballeurs exposée derrière le président de la Commission des sports. Certains gardent de la suite dans les idées.

J’ai demandé à mon patron, à la blague, si je pouvais écrire une chronique sur la décoration intérieure de nos élus plutôt que sur les derniers avis de motion adoptés au procès-verbal municipal... Vous voyez que je suis rendue à un point où j’ai besoin de contacts humains.

D’ailleurs, imaginez-vous donc que j’étais tout énervée de voir le visage de mon boss via l’écran de mon ordinateur, lundi matin, lors d’une réunion d’équipe organisée virtuellement. Ça faisait depuis le mois de mars que je ne lui avais pas vu la binette.

Je l’ai même trouvé beau. Et je lui ai dit. La preuve que je suis en plein délire.