D'une fille à l'autre

L’introvertie

CHRONIQUE / J’ai eu une révélation cette semaine. À 32 ans, je me suis rendu compte que j’étais une personne introvertie. J’ai donc vécu dans le mensonge durant toute ces années. Je croyais pourtant être une personne plutôt extravertie, capable de m’exprimer en public, toujours partante pour une soirée mondaine et ayant un cercle d’amis assez complet.

C’est que j’ignorais la définition exacte de ce que veut dire une personne introvertie. C’est d’ailleurs en tombant sur un article sur le sujet que tout s’est éclairci. Une personne introvertie, bien qu’elle soit absolument apte à vivre en société et aime se retrouver entre amis ou en famille, a besoin de solitude pour recharger ses batteries. La personne extravertie, elle, se nourrit plutôt de l’énergie des autres.

D'une fille à l'autre

Je suis extra...extravertie!

CHRONIQUE / Je l’avoue, je suis extra! Non pas que je pense que ma personne est extraordinaire, quoique j’aimerais bien, mais plutôt parce que je dois vous avouer que je me retrouve dans le clan des extravertis.

Et ça ne date pas d’hier. J’ai toujours trop parlé, trop été intense, trop curieuse. Bref, j’étais trop et je le suis encore aux yeux de certains!

D'une fille à l'autre

Dans le clan de la visite

CHRONIQUE / Le temps des Fêtes approche et qui dit temps des Fêtes, dit visite à la maison. J’ai envie de vous faire une confidence. Je n’aime pas recevoir de la visite. Ouille, voilà qui est dit. Recevoir à souper ou à coucher, si on parle de plus de deux personnes, est, pour moi, une source de stress immense pour les deux semaines précédant le jour J. Vous comprendrez donc que recevoir pour un repas de Noël est synonyme d’angoisse totale.

Je vous entends déjà me dire de me calmer les nerfs et que c’est dont agréable de recevoir toute la famille. Je vous entends surtout me dire que ce n’est pas grave si tout n’est pas parfait. Parce qu’il est bien là, le problème. Je me mets beaucoup trop de pression.

D'une fille à l'autre

Hôtesse et fière de l’être

CHRONIQUE / Ma période préférée de l’année approche à grands pas, le fameux temps des Fêtes! Je vous rassure, je ne suis pas un lutin. Soyons honnêtes, je n’apprécie pas tout ce qui vient avec le temps des Fêtes. Après tout, j’ai mes limites.

J’adore cette période pour de nombreuses raisons, dont la crème irlandaise qui se fait plus présente dans le café, mais également pour recevoir.

D'une fille à l'autre

La liste

CHRONIQUE / Êtes-vous de ceux qui, comme ma chère voisine de page, affectionnent les listes? Vous savez, ces listes de tâches à effectuer, ces listes d’emplettes, ces listes de préparatifs en vue d’une soirée organisée chez vous? Ces listes de cadeaux de Noël à acheter, ces listes de paiements à effectuer ou ces listes de rêves à réaliser? À regarder autour de moi, je constate que plusieurs d’entre vous sont friands de la liste. Moi, je les ai en horreur. J’ai pourtant essayé. J’ai commencé d’innombrables listes. Je ne pense pas en avoir terminé une. Pas que je n’accomplis pas les tâches auxquelles je dois me soumettre, loin de là. Mais, pour une raison que j’ignore, les listes ont sur moi un effet anxiogène.

Je crois que cette phobie de la liste vient de mon côté à vouloir effectuer les tâches indésirables rapidement. À craindre de ne jamais arriver à Noël en même temps que tout le monde. À croire que je ne m’en sortirai pas vivante.

D'une fille à l'autre

Le désastre de l’innocence

CHRONIQUE / La cyberintimidation et le leurre informatique sont les sujets de prédilection des auteurs de téléromans et de séries cet automne. Ils n’ont pas à se creuser les méninges très longtemps pour imaginer leurs histoires, ils n’ont qu’à s’inspirer de ce qui se passe dans la vraie vie.

Des ados filmés à leur insu dans le vestiaire. Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Des jeunes filles filmées en plein ébat sexuel. Une autre vidéo publiée sur Internet. Des jeunes inconscients, d’autres dévastés.

D'une fille à l'autre

Filmer sa vie

CHRONIQUE / Je vous remarque de plus en plus. Après tout, on se croise depuis un bon moment autant dans le cadre de mon travail que lors de mes loisirs. Et pourtant, on ne s’est jamais présentés. Enchantée de faire ta connaissance, cher vidéaste amateur.

Pendant mon séjour à Chicago, j’ai assisté à un match de basketball. Je t’ai vu, et je n’ai rien dit. Avouons que c’est particulier de filmer et de regarder les quarts de la partie sur ton cellulaire. Avoir le choix entre un écran de quelques centimètres et un terrain de 28 mètres, j’imagine que le choix n’est pas si facile.

D'une fille à l'autre

En voulez-vous, des scandales?

CHRONIQUE / J’ai envie de vous parler de l’ADISQ. Vingt ans plus tard dans les Maritimes, je sais.

Ça ne me tentait pas trop de consacrer ce papier sur les « scandales » du gala qui récompense nos artistes de la chanson. Mais deux semaines plus tard, quand j’ai encore entendu parler d’Hubert Lenoir, je me suis dit que ça en valait peut-être encore la peine.

D'une fille à l'autre

Je n’ai pas eu le mémo

CHRONIQUE / Permettez-moi d’être familière. Groupe, faut qu’on jase !

Depuis quelques mois, il n’est pas rare, comment dire, que je pogne un deux minutes. Vous savez, ce sentiment d’incrédulité, celui qui nous brasse, celui où on se dit « ce n’est pas possible ! ».