Le Quotidien
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Deux grains de sable de Jordanie... à Oaxaca

Le bourlingueur

Deux grains de sable de Jordanie... à Oaxaca

CHRONIQUE / Le centre historique d’Oaxaca étincelait sous le soleil d’octobre. On n’y succombait pas sous la même chaleur accablante qu’on trouve dans les zones quasi désertiques plus au nord du Mexique. Là, on s’accroche naturellement les pieds dans les galeries d’art. Naturellement parce que l’art s’y décline de 1001 façons, jusque dans les rues, au détour des maisons colorées de la vieille ville, notamment dans le quartier de Jalatlaco, où les murales se côtoient en plus grand nombre.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Belfast et la mémoire du Titanic

Le bourlingueur

Belfast et la mémoire du Titanic

CHRONIQUE / Entre Dublin et Belfast, on passe de l’Irlande à l’Irlande du Nord, de l’Europe au Royaume-Uni. C’est là aussi, quelque part, que la connexion cellulaire s’arrête, là, quand on passe d’un territoire à l’autre et qu’on a oublié de se prévaloir de la couverture d’un réseau international.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Réhypothéquer la maison pour huit mois à l’école de la vie

Le bourlingueur

Réhypothéquer la maison pour huit mois à l’école de la vie

CHRONIQUE / Inculquer les valeurs de dépassement de soi, de persévérance et d’ouverture d’esprit à leurs enfants : c’est l’objectif derrière une grande échappée familiale planifiée par les Sherbrookoises Aurore Vincent et Stéphanie Hoarau. Avec Kenzo, 10 ans, et Emy, 8 ans, elles partiront le 5 janvier pour huit mois autour du monde, un périple qui mènera la petite famille en Amérique du Sud, en Océanie et en Asie.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Londres sans se ruiner

Le bourlingueur

Londres sans se ruiner

CHRONIQUE / Elle est belle Londres, surtout quand le soleil plombe sur la Tamise et que le ciel tout bleu tranche avec le rouge des autobus à deux étages. Elle est belle, même si la climatisation ne semble pas s’être frayé un chemin partout au pays du roi Charles. Elle est belle, même s’il faut se défoncer les poches pour profiter de ses principales attractions. Mais on peut certainement y déambuler sans (trop) se ruiner.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
À tombeau ouvert vers Zipolite

Le bourlingueur

À tombeau ouvert vers Zipolite

CHRONIQUE / Il faisait déjà nuit noire quand l’avion s’est posé sur la piste de Huatulco, dans l’État d’Oaxaca, dans le sud du Mexique. Pas qu’il était très tard, mais la lumière s’était dissipée depuis une bonne heure déjà. À pied, les passagers sont entrés dans le petit terminal avant d’en ressortir presque aussitôt devant une rangée de taxis au prix exorbitant.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Londres, chère et moderne

Le bourlingueur

Londres, chère et moderne

CHRONIQUE / Il faut des poches royalement profondes pour s’attarder à Londres, entre le palais de Buckingham et l’abbaye de Westminster. C’est un peu la faute de la livre sterling, avantagée par le taux de change, des prix élevés et de la modernité des modes de paiement, qui nous fait oublier à quel point le compte en banque se dégarnit.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
À vélo sur les îles d’Aran

Le bourlingueur

À vélo sur les îles d’Aran

CHRONIQUE / Pleuvra? Pleuvra pas? La question s’impose presque chaque matin, en Irlande, au moment de planifier la journée. Les menaces du ciel gris sont tellement courantes qu’on accepte d’emblée qu’on finira probablement trempé un de ces quatre. Mais pour certaines expéditions, où les abris couverts ne sont pas légion, mieux vaut espérer une journée lumineuse. Comme pour aller aux îles d’Aran, dans l’ouest du pays, au large de Galway, pour voir entre autres de vieilles forteresses de pierre.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Sarajevo, la Jérusalem des Balkans

Le Bourlingueur

Sarajevo, la Jérusalem des Balkans

CHRONIQUE / La cathédrale du Cœur-de-Jésus s’impose comme lieu de rassemblement dans la vieille ville de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine. Flanquée d’une statue du pape Jean-Paul II, pape ayant visité la capitale en 1997 après la guerre de Bosnie, elle a comme parvis une petite place publique comme on en trouve peu dans le quartier. Elle est aussi entourée de terrasses et d’un musée portant sur le génocide de Srebrenica.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Sousse et Kairouan, joyaux historiques de la Tunisie

Le Bourlingueur

Sousse et Kairouan, joyaux historiques de la Tunisie

CHRONIQUE / Bien que petite, la Tunisie ne peut assurément pas être visitée en une seule courte semaine. Même deux semaines seront insuffisantes pour explorer ses principaux atouts sans trop se fatiguer. Surtout, c’est que la chaleur mettra à l’épreuve l’énergie de tout conducteur qui se croira capable de filer sur les routes tunisiennes pendant plusieurs heures sans s’arrêter. Il faut donc accepter de se donner du temps.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Il est où le bonheur (de voyager)?

Le bourlingueur

Il est où le bonheur (de voyager)?

CHRONIQUE/ « Voyager, c’est censé être amusant! » disait la collègue fin juin, début juillet, alors que les aéroports disparaissaient sous des piles de valises et que des centaines de vols étaient tout simplement annulés. Je l’avais citée à ce moment-là. Je la cite de nouveau pour sa sagesse et parce que je me suis posé la question : est-ce vraiment le moment de voyager?
Jonathan Custeau
Les Coops de l'information
Jonathan Custeau
Sur les traces de l’Empire romain en Tunisie

Le bourlingueur

Sur les traces de l’Empire romain en Tunisie

CHRONIQUE / La mémoire joue parfois de ces tours qui font qu’on ne se souvient plus de tout avec la plus grande précision. Le Colisée de Rome, enseveli sous une quinzaine d’années de souvenirs, m’apparaît un peu flou. Il m’avait impressionné, mais je ne saurais en décrire les dimensions, si bien que je n’aurais pas pu dire, en entrant dans l’amphithéâtre d’El Jem, en Tunisie, laquelle des deux constructions était la plus imposante.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Qu’est devenu Couchsurfing?

Le bourlingeur

Qu’est devenu Couchsurfing?

CHRONIQUE /Jeune journaliste, après avoir traversé l’Atlantique pour la première fois, j’ai découvert par hasard le site web Couchsurfing, qui permet d’offrir un divan ou un lit gratuitement aux visiteurs de passage. J’ai bien écrit «site web». C’était avant les téléphones intelligents. Avant les applications mobiles. Mais c’était malgré tout très tendance.  
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
La fin des voyages improvisés?

Le bourlingueur

La fin des voyages improvisés?

CHRONIQUE / La première fois que j’ai traversé l’Atlantique, j’avais presque tout planifié au quart de tour. Des mois avant le départ, j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur Paris, Barcelone et Rome et j’ai dressé des listes des attractions en les divisant par quartier. C’était, selon moi, le meilleur moyen de ne rien manquer. Tous les musées dignes d’intérêt, toutes les églises d’époque (donc presque toutes les églises) et toutes les rues coquettes s’étaient taillé une place dans le palmarès.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Mascate, la capitale discrète

Le bourlingueur

Mascate, la capitale discrète

CHRONIQUE / La capitale d’Oman, Mascate, détonne avec la démesure de Dubaï, pourtant à moins de deux heures à vol d’oiseau. Étendue, elle vacille entre traditions et modernité, un heureux mélange qui permet de passer des maisons traditionnelles à l’extravagance de l’Opéra royal ou du palais du sultan.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
L’art apaisant de Djerba

Le bourlingueur

L’art apaisant de Djerba

CHRONIQUE  / La Tunisie, dans l’imaginaire collectif, est un joyeux mélange de stations balnéaires, de dunes que piétinent des chameaux nonchalants et d’oasis où s’empiffrer de dattes bien fraîches. Ses plages de Sousse et d’Hammamet, notamment, attirent les Européens en quête d’un climat chaud et sec. C’est qu’il ne pleut presque jamais en Tunisie. Mais entre les grains de sable dorés se faufile un vent de fraîcheur, au propre comme au figuré, sur l’île de Djerba, bien au sud du pays.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Un grand canyon et des maisons en briques de terre

Le Bourlingueur

Un grand canyon et des maisons en briques de terre

CHRONIQUE / Quand le GPS ne s’y retrouve plus, c’est qu’on s’enfonce profondément dans de plus petites communautés. Pour dire vrai, c’est la carte hors-ligne d’Oman que j’avais téléchargée à l’hôtel, en début de parcours, qui ne suffisait pas à la tâche. Dans tout le pays, elle peinait à donner des indications justes, mais encore plus dans le village d’Al-Hamra, où je devais passer la nuit.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Sbeïtla, des ruines romaines moins connues en Tunisie

Le Bourlingueur

Sbeïtla, des ruines romaines moins connues en Tunisie

CHRONIQUE / Un arc de triomphe apparaît dans la lunette droite de la camionnette. Je sursaute en m’extirpant de la somnolence infligée par la chaleur et la route tunisienne. La ville de Sbeïtla, à près de trois heures à l’ouest de Sousse ou à trois heures et demie au sud de Tunis, se déployait en silence sous mes yeux.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les forteresses d’Oman

Le bourlingueur

Les forteresses d’Oman

CHRONIQUE / Forteresses et châteaux vieux de plusieurs siècles se dressent toujours plus ou moins fièrement aux quatre coins du Sultanat d’Oman. Alors que les plus petits bâtiments croulent lentement sous le poids des années, des intempéries et du manque d’entretien, d’autres traversent admirablement le temps, si bien qu’on peut pratiquement dessiner un itinéraire pour faire la tournée des forts d’intérêt.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
À la recherche des tortues de Ras Al-Jinz

Le bourlingueur

À la recherche des tortues de Ras Al-Jinz

CHRONIQUE / Les images des tortues toutes neuves s’élançant vers la mer, à peine libérées des contraintes de leur coquille, m’ont toujours fasciné. C’est l’aventure de la vie qui s’amorce, avec en filigrane l’ombre des risques et des épreuves qui empêcheront grand nombre des petites bêtes d’atteindre l’âge adulte.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Oman pour les nuls

Le Bourlingueur

Oman pour les nuls

CHRONIQUE / Situé à l’est des Émirats arabes unis, Oman est moins connu des touristes que ses voisins, qui ont transformé un désert en une immense ville futuriste. Le sultanat, qui compte des montagnes, des dunes et des bras de mer rappelant des fjords, se montre à la fois moderne et ancré dans les traditions. Le tourisme y est en croissance depuis le début des années 2010, ce qui ne signifie pas pour autant qu’on s’y perd dans les foules d’étrangers.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Confusion COVID et autres mésaventures

Le bourlingueur

Confusion COVID et autres mésaventures

CHRONIQUE / Passeport, preuve de vaccination, test COVID négatif s’il vous plaît! À l’aéroport Montréal-Trudeau, au comptoir de Turkish Airlines, le laïus était devenu un automatisme. Sauf que moi, il m’a donné cinq secondes de sueurs froides. Ni la Turquie, où je faisais escale, ni les Émirats arabes unis, où je me dirigeais ensuite, n’exigeaient de test COVID...
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Dubaï, entre fête foraine et palmier géant

Bourlingueur

Dubaï, entre fête foraine et palmier géant

CHRONIQUE / Du stationnement pouvant accueillir plus de 20 000 voitures, un des plus grands de Dubaï, on palpe déjà la fébrilité à travers le clignotement des millions d’ampoules. Le flot de visiteurs ininterrompu se dirige vers la réplique de la cathédrale Basile-le-Bienheureux, qui agit comme goulot d’étranglement et de guichet pour valider les billets.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Du vieux Dubaï au Burj Khalifa

Le Bourlingueur

Du vieux Dubaï au Burj Khalifa

CHRONIQUE / Dubaï n’en finit plus de s’étendre. Et ce n’est pas parce qu’on n’emprunte pas la voie de la densification : les gratte-ciel poussent comme des champignons. Et à travers cette forêt de béton où je m’imaginais avoir tout vu après 48 heures, il y a de quoi à faire si on s'en donne la peine et qu'on veut éviter de tout visiter en accéléré. À petits prix? Ça dépend des goûts!
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Un musée pour l’histoire qui n’existe pas encore

Le bourlingueur

Un musée pour l’histoire qui n’existe pas encore

CHRONIQUE / Les musées témoignent souvent d’un temps ancien, parfois révolu, à l’aide d’artefacts et de tableaux ayant appartenu à des ancêtres qui ont depuis longtemps fait leur lit dans les livres d’histoire. Pas à Dubaï! Le nouveau Musée du futur, inauguré en février, renverse le paradigme. En proposant différentes expériences immersives et interactives, il tente de se projeter 50 ans en avant.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Mémoires d’une «Expo» éphémère

Le bourlingueur

Mémoires d’une «Expo» éphémère

CHRONIQUE / Dubaï n’en finit plus de s’étendre. En métro ou en voiture, presque tout se trouve le long de la route Sheik Zayed, large de six voies dans chaque direction. Presque tout, sauf la marina et le site d’Expo 2020, désormais District 2020, brillamment campé tout au bout des rails, à la dernière station dudit métro.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Chapeau bas pour le Japon et l’Arabie saoudite

Le bourlingueur

Chapeau bas pour le Japon et l’Arabie saoudite

CHRONIQUE / Le mot s’était passé, pour peu qu’on se soit donné la peine de pousser les recherches avant de débarquer à Dubaï : parmi la cinquantaine de pavillons majeurs construits pour Expo 2020, une dizaine figurait sur toutes les listes d’incontournables. Presque tous les pays avaient beau être représentés sur le site de plus de quatre kilomètres carrés, les foules s’agglutinaient rapidement autour des mêmes pavillons, si bien qu’il fallait prendre son mal en patience et attendre parfois jusqu’à deux heures pour les découvrir.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Dix heures pour explorer Istanbul

Le bourlingueur

Dix heures pour explorer Istanbul

CHRONIQUE / Une quinzaine d’heures de vol. C’est le temps qu’il fallait prévoir pour parcourir la distance entre Montréal et Dubaï, sans compter une escale à Istanbul, en Turquie. Mais quand l’esprit d’aventure fait des siennes, l’idée d’une longue escale, le temps d’une virée en ville pour voir les mosquées, le grand bazar ou le Bosphore, fait son œuvre.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
L’Ukraine, incontournable d’Expo 2020

Le bourlingueur

L’Ukraine, incontournable d’Expo 2020

CHRONIQUE / Le pavillon de l’Ukraine, à l’Expo 2020 de Dubaï, n’était pas voué à attirer l’attention outre mesure. Ni son architecture ni son exposition, tout de même étalée sur quatre étages, n’auraient laissé des souvenirs impérissables, n’eût été l’invasion qu’a subie le pays de Volodymyr Zelensky.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Le début d’un nouveau cycle

Le bourlingueur

Le début d’un nouveau cycle

CHRONIQUE / Après combien de temps cesse-t-on de célébrer des anniversaires? Après combien de temps devient-il farfelu de souligner un événement marquant? On compte les premiers mois de bébé pendant presque deux ans avant de marquer sa naissance une fois l’an. On fait presque pareil pour les mariages, du moins pour les échevelés comme moi, en passant des noces de paillettes aux noces de dentelles, avant de se rappeler une fois l’an qu’on s’est passé un peu d’or au doigt.