Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Le chuchotement de L’Anse-Saint-Jean

Le bourlingueur

Le chuchotement de L’Anse-Saint-Jean

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Aussi chauvins soient les Saguenéens, ils avaient trouvé les mots, l’an dernier, pour me convaincre d’une excursion au pays des fjords. Tant qu’à pousser la route vers mon nord, j’irais aussi faire un tour du Lac, pendant que tout le monde se disputait la Gaspésie. Ça n’empêchait pas, Covid oblige, que restaurants et hôtels débordaient en raison de leur capacité limitée.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Histoires d’attente en attendant

Le bourlingueur

Histoires d’attente en attendant

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / On répète souvent que le voyage, c’est le trajet plus que la destination. Aussi grandioses que puissent paraître les images qu’on partage sur les Facebook et Instagram de ce monde, ou même dans les publications de tourisme, il y a aussi beaucoup de rien, de pas grand-chose et d’attente, dans le voyage. Et des déceptions petites et grandes.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Le patrimoine de l’UNESCO : de l’histoire et du beau

Le bourlingueur

Le patrimoine de l’UNESCO : de l’histoire et du beau

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE L’ami ne faisait pas de cachettes. Son objectif de vie à lui, ce sera d’avoir visité tous les sites touristiques inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il en aura pour des années à s’amuser. Si mes chiffres sont bons, on compte plus de 1100 de ces joyaux historiques. Et on en ajoute de temps à autre pour rallonger la liste.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les roquettes d’Israël

Le bourlingueur

Les roquettes d’Israël

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Je n’avais pas réellement gardé contact avec Dana après l’avoir rencontrée en Chine en 2012. Nous partagions le même dortoir dans une auberge de jeunesse de Shanghai, où je venais tout juste d’arriver, désorienté. Nous avons partagé le trajet en train jusqu’à Hangzhou, où elle rejoignait un ami qui l’attendait à la gare. Nos routes se sont séparées là, ont convergé par hasard quelque trois semaines plus tard, dans le brouhaha de Pékin. Deux aiguilles dans la même botte de foin. Et après, le silence intercalé de photos publiées sur Facebook, où nous suivions le parcours de l’autre à distance.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les fragments imprévus de Gary Lawrence

Le bourlingueur

Les fragments imprévus de Gary Lawrence

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / De toutes les plumes de voyage du Québec, Gary Lawrence, rédacteur en chef du magazine Espaces qu’on peut entre autres lire dans Le Devoir et L’actualité, est sans doute l’une des plus agiles. S’il peut se targuer d’avoir visité plus de la moitié des pays du globe, il ne s’en est pas moins fait trimer les ailes par une certaine pandémie. Quand on gagne sa vie depuis plus de 25 ans à parcourir le monde, à le présenter autrement qu’à travers la même lentille que tous ceux passés par là bien avant nous, on déprime à l’occasion d’avoir adopté le style semi-sédentaire entre deux couvre-feux.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Tous ceux qu’on ne reverra pas

Bourlingueur

Tous ceux qu’on ne reverra pas

Article réservé aux abonnés
Ce qu’on en a du temps pour réfléchir! Pour ressasser les souvenirs aussi. Pour se demander quand on repartira et sous quelles conditions. J’ai pensé souvent à ceux qui me manquent, à la nièce toute neuve qui pousse déjà à l’autre bout des restrictions sanitaires, dans le nord du Mexique, ou à la filleule qui soufflera sa première bougie quelque part à Iwuy, en France, sans avoir encore rencontré son parrain.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Si on est devenus des grands hommes

Le bourlingueur

Si on est devenus des grands hommes

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / L’anniversaire ne m’avait pas trop marqué dans les deux dernières années. Février avait passé sans que revienne le vague à l’âme qui me frappait toujours en même temps au milieu du mois. J’avais dompté la mélancolie déguisée en nostalgie. Lundi, 15 février, je célébrais neuf ans d’un départ pour une aventure plus grande que nature. Neuf ans d’un abandon total, d’un saut dans le vide pour un gars qui pensait mourir devant le vertige. Neuf ans du début d’un itinéraire ininterrompu de six mois où ma vie tiendrait dans un sac à dos de soixante litres.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Vertige dans le fjord du Saguenay

Le bourlingueur

Vertige dans le fjord du Saguenay

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / J’ai le vertige! Un tout petit tantinet, si vous me le demandez publiquement. En privé, c’est un vertige moyennement plus important. Rien de maladif. Je ne sauterai jamais en parachute ou en saut à l’élastique, mais je ne m’empêche pas de traverser les ponts ou de monter dans des gratte-ciel imposants. Je me gère même assez pour marcher sur les planchers de verre à la tour du CN.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Volcan et hobbits sous la pluie

Le bourlingueur

Volcan et hobbits sous la pluie

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / J’ai cette relation amour haine avec les volcans. Ils ont ce magnétisme, cette puissance qui commande indéniablement le respect. Même s’ils ne fument pas, ne laissent échapper aucune furie, ils ont cette tendance à nous dominer par leur immensité et leur autorité.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Steak, baguette, fourchette

Le bourlingueur

Steak, baguette, fourchette

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / À bien y penser, manger, c’est le cœur des surprises, et parfois des malaises, quand on se retrouve à des frontières de notre propre cuisine. À force d’écrire sur ce qui peut défiler dans notre assiette au fil des continents, la semaine dernière, j’ai eu faim. Et j’ai continué de rêver à toutes ces saveurs qui définissent aussi les pays.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
À défaut de voyager... mangez!

Le bourlingueur

À défaut de voyager... mangez!

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / C’est l’âge, j’imagine. Ou le budget qui se sent moins à l’étroit. Je deviens un tantinet foodie, quand je voyage. Je me fais désormais un devoir, où que j’aille, de goûter les plats typiques, les recettes qu’on se passe de génération en génération et qu’on déguste pratiquement avec une main sur le cœur. Le dépaysement, il vient souvent de la langue, du décalage horaire, mais un peu beaucoup des saveurs qu’on mélange bien étrangement, pour le meilleur ou pour le pire.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Bol de nostalgie pour jazzer les blues

Le bourlingueur

Bol de nostalgie pour jazzer les blues

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Août 2012. Corps et âme en bataille. Les paysages de l’autoroute 10 défilaient comme la vie en fast-forward. Le corps à 110 km/h. La tête encore en apesanteur. Il est étrange ce sentiment de ne plus être à l’intérieur de soi, d’être complètement déconnecté des mouvements de ses doigts, de parler sans vraiment savoir d’où viennent les mots qu’on s’entend dire.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Parce qu’il faut bien rêver

Le bourlingueur

Parce qu’il faut bien rêver

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Il était prévu où, vous, votre voyage de 2020 que vous avez dû annuler? Pour moi, c’était La Nouvelle-Orléans, une destination que j’avais au fond de la tête depuis quelques années. De tout le pays de l’Oncle Sam, y’a Seattle, Monument Valley et le mont Rushmore qui me font envie. Seattle surtout. Mais pas autant que La Nouvelle-Orléans.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les mariachis ont chanté

Voyages

Les mariachis ont chanté

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / «J’ai aimé des centaines de fois... pas longtemps », c’est le titre d’une chronique que j’ai publiée fin 2018 en clin d’œil à tous ceux qui m’ont pris un petit bout de mon cœur, au fil des expéditions à l’étranger, et qui me forcent à prouver que l’amitié à distance n’est pas complètement impossible. « Le monde est rempli d’étrangers à aimer », que j’écrivais. Et quand on voyage assez pour ne plus sentir les décalages horaires, il est parfois inévitable qu’on aime une fois, beaucoup plus longtemps.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Aller-retour pour Tikal

Le bourlingueur

Aller-retour pour Tikal

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Interminable. C’est la longueur du trajet, à partir du lac Atitlan, au sud-ouest du Guatemala, pour atteindre Tikal, situé au nord-est. Il fallait le vouloir très fort pour se taper au moins 18 heures de bus presque sans arrêter. Mais voilà : je le voulais.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Pour voyager sur papier

Le bourlingueur

Pour voyager sur papier

CHRONIQUE / À quand la prochaine réservation d’un billet d’avion? À quand la prochaine fois qu’on se demandera si on a oublié de glisser le passeport dans le sac à dos en arrivant dans le stationnement de l’aéroport? Difficile de prévoir. Ne reste que la patience et le rêve, en attendant. Ou encore la lecture. Celle qui nous permet de nous évader, grâce à la fiction, ou celle qui nous fait voyager, littéralement, de récits en comptes rendus.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Tout ça pour Semuc Champey

Le bourlingueur

Tout ça pour Semuc Champey

CHRONIQUE / À Rome comme les Romains. Au Guatemala comme les Guatémaltèques. L’amie Elizabeth s’est montrée très patiente pour m’expliquer que les distances qui paraissent courtes à vol d’oiseau, dans son beau pays, sont beaucoup plus longues quand on dodeline, à l’arrière d’un véhicule, au rythme des bosses et des crevasses dans les routes qui n’ont jamais connu l’amour. Au Guatemala, le point A et le point B ne sont jamais proches. Jamais!
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les merveilles d’Izamal

Le bourlingueur

Les merveilles d’Izamal

CHRONIQUE / Souvenir de novembre 2019. Quand les voyages se faisaient sans masque. Quand on pouvait s’entasser par centaines dans les rues, au Mexique, pour célébrer le jour des Morts. Quand le calme des villages, l’absence de voyageurs, nous rendait heureux parce qu’on avait trouvé un coin secret, une oasis juste pour nous.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Pour tous ceux qui n’en peuvent plus

Le bourlingueur

Pour tous ceux qui n’en peuvent plus

CHRONIQUE / Régime forcé. Finie la boulimie des aéroports, à avaler les destinations une après l’autre en émoussant sans arrêt les pages d’un passeport qui ne fait déjà plus son âge. Pas le choix! La planète dit merci, un peu, qu’on cloue des géants volants sur les tarmacs autrement désertés. La planète pleure un peu, aussi, l’absence de cette économie du tourisme qu’on a enfermée sous une cloche de verre, sans trop d’oxygène. Le bourlingueur bourlingue moins. Le nomade se dénomadise.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Salmigondis de Vancouver

Le bourlingueur

Salmigondis de Vancouver

CHRONIQUE / «Y’a des jours ça tourne pas rond, c’est comme ça, y’a pas de raisons... » Cette chanson publicitaire d’une autre époque me revient à l’occasion quand tout tourne carré, que les plans s’écroulent plus vite que les châteaux de cartes que je ne réussis jamais à bâtir. Je fredonne non pas parce que je suis fâché, mais parce que je constate mes insuccès un sourire en coin, comme c’est arrivé à Vancouver en temps de COVID.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Les plus beaux parcs de Vancouver

Le Bourlingueur

Les plus beaux parcs de Vancouver

CHRONIQUE / Paresseux un jour, paresseux toujours. Pour m’aventurer au sud de Vancouver, j’avais décidé d’entraîner mon ami Mobi, le vélo en libre-service, le plus loin qu’il accepterait d’aller. Radin, je ne souhaitais pas qu’il m’accompagne au-delà des 30 minutes qu’il m’offrait sans frais supplémentaires.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Vancouver sur deux roues

Le Bourlingueur

Vancouver sur deux roues

CHRONIQUE/ Bixi c’est bien comme nom. Mais Mobi, ça sonne exotique, non? Mobi, c’est le système de vélopartage à Vancouver, système qui s’est rapidement imposé comme mon meilleur ami. C’est que dans toute une semaine en Colombie-Britannique, je n’ai jamais trouvé ma sociabilité. Pas envie de parler à personne. Envie de décrocher, par contre, et de voir la ville en couvrant rapidement les longues distances.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Vancouver sans point de repère

Le bourlingueur

Vancouver sans point de repère

CHRONIQUE / Qu’il me manquait ce sentiment de mettre le pied dans l’ailleurs, de regarder une nouvelle ville grouiller tout autour sans point de repère aucun, et d’avoir un terrain de jeu tout entier à découvrir. Je lui manquais aussi, semble-t-il, puisqu’il m’a enlacé fermement à mon arrivée à Vancouver, à ma sortie du métro. Direct! Bam! Aussi raide que l'autobus qui remontait la rue Granville. Elle est bonne, parfois, cette étreinte qu’on n’attendait pas si vite.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Sous le soleil de Victoria

Le bourlingueur

Sous le soleil de Victoria

CHRONIQUE / Ma théorie, c’est qu’ils ont mis une distance d’éternité entre Vancouver et Victoria, la capitale de la Colombie-Britannique, pour nous forcer à évacuer notre stress quelque part dans les eaux du détroit de Géorgie. À moins qu’on souffre d’impatience compulsive, les quatre ou cinq heures qu’on met pour arriver à destination nous donnent amplement le temps de prendre d’énormes respirations.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Wagons froissés et poussières d’étoiles à Whistler

Le Bourlingueur

Wagons froissés et poussières d’étoiles à Whistler

CHRONIQUE / « Si vous vous promenez seul en forêt, apportez votre répulsif à ours ou assurez-vous de chanter à tue-tête pour effrayer les bêtes. » Quand on a des tendances paranoïaques, qu’on voyage seul et qu’on s’apprête à s’enfoncer dans la forêt de Whistler après avoir lu cette phrase pleine de précautions sur internet, on cherche tout à coup sur quel succès radio les ours souhaiteraient nous entendre fausser. J’ai cru avoir l’air de la pire poule mouillée en posant la question à l’accueil de l’auberge. « Les ours, pour vrai, y’a des risques d’en croiser? »
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Whistler pour l’amour des montagnes

Le bourlingueur

Whistler pour l’amour des montagnes

CHRONIQUE / Squamish ou Whistler? Où passer la nuit après une première journée à l’extérieur de Vancouver? J’avais choisi Squamish, le lancinant grondement de l’autoroute de l’autre côté de la fenêtre de l’auberge de jeunesse et les rues désertes d’une petite ville qui s’endort tôt. Du moins ce jour-là, j’aurais pu me coucher au milieu de la rue, au cœur de la communauté, et m’en sortir sans la moindre égratignure.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Une gondole jusqu’au ciel

Le bourlingueur

Une gondole jusqu’au ciel

CHRONIQUE / Des montagnes plein les yeux. Et le menton tombé jusqu’aux genoux devant l’immensité du panorama. L’autoroute Sea-to-Sky, ou autoroute 99, au nord de Vancouver, lèche la côte de la baie de Howe. Il suffit que le soleil plombe le moindrement sur les vaguelettes turquoise pour torturer le conducteur qui doit garder ses yeux sur la route. C’est juste beau!
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Contemplation au nord de Vancouver

Le bourlingueur

Contemplation au nord de Vancouver

CHRONIQUE / Elle est où la prise USB dans la voiture de location? C’est la question que je me suis posée, dans le garage sombre du Hertz centre-ville, à Vancouver. Et j’ai abandonné. C’est le résultat de l’impatience de partir à l’aventure, après avoir attendu sagement le traitement anti-COVID réservé aux véhicules que d’autres clients venaient juste de rapporter. Parce que je n’y voyais rien. Parce que je pensais m’en sortir sans GPS.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Voyager malgré la COVID

Le bourlingueur

Voyager malgré la COVID

CHRONIQUE / «Comment tu vas faire pour ne pas voyager? » La question qui tue! Comme si avoir une légère dépendance pour le dépaysement me plaçait dans une situation critique maintenant que les frontières sont érigées comme des murs presque infranchissables. Changer d’air, autant pour sa santé mentale que pour encourager des entreprises à bout de souffle, ce n’est pas forcément s’exiler sur un autre continent.
Jonathan Custeau
La Tribune
Jonathan Custeau
Un hôtel nomade de parc en parc

Le Bourlingueur

Un hôtel nomade de parc en parc

CHRONIQUE / Le GPS s’est un peu perdu dans le champ de patates. Presque littéralement. À Saint-Stanislas, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il m’indique de tourner à droite pour entrer au parc régional des Grandes-Rivières du lac Saint-Jean. Rien sur la droite pour encore quelques maisons. On dirait que Google a dessiné son plan à l’aveugle... Mais on finit bien par trouver un rang sur la droite.