Boire une bière sans alcool n’est plus uniquement l’alternative de l’alcoolique repenti. C’est surtout la décision de consommateurs soucieux de boire de la bière, sans avoir les effets de l’alcool, estime Philippe Wouters.

Le marché de la bière sans alcool

CHRONIQUE / Quel excellent prétexte que de proposer quelques bières sans alcool pour ma première chronique de l’année. Que vous ayez fait des abus ou non, vous êtes plusieurs à m’avoir demandé s’il existait de bonnes bières sans alcool. La réponse est oui et le marché risque d’en voir en arriver d’autres.

Même si je propose cette chronique après le temps des Fêtes, prétexte à l’abus, boire une bière sans alcool n’est plus uniquement l’alternative de l’alcoolique repenti. C’est surtout la décision de consommateurs soucieux de boire de la bière, sans avoir les effets de l’alcool. Les conducteurs désignés et les femmes enceintes sont à la recherche de produits de qualité, par exemple. 

Un peu de technique

Au Canada, une bière « sans alcool » est considérée comme une bière ayant une teneur en alcool inférieure à 0.5% alc/vol. Il suffit donc au brasseur de s’assurer que son produit ne dépasse pas le maximum permis. 

Pour brasser une bière sans alcool, il existe deux principes très simples : on brasse une bière et on retire l’alcool après fermentation ou on brasse une bière et on s’assure qu’elle ne produise pas d’alcool pendant la fermentation. La seconde technique semble être de plus en plus populaire, mais pas encore très accessible. Je m’arrêterai donc sur la technique de brassage, de fermentation et d’élimination­ de l’alcool.  

La première technique consiste à éliminer l’alcool par évaporation. L’alcool, sous l’effet de la chaleur, s’évapore à des températures plus basses que l’eau. C’est le principe de la distillation. Pour retirer l’alcool, il suffit donc de chauffer sa bière. Mais il y a un gros problème, plus on chauffe la bière, plus on diminue ses saveurs. Voilà pourquoi de très nombreuses brasseries utilisent le principe de chauffe dans un environnement sous vide, permettant de diminuer considérablement la température d’évaporation de l’alcool et de préserver au maximum­ les saveurs de la bière.

La seconde technique est appelée osmose inversée. On passe la bière dans une centrifugeuse qui contient un filtre tellement fin que seuls l’alcool et l’eau peuvent traverser ce filtre, concentrant les sucres et autres matières premières en un sirop. Il suffit d’y rajouter de l’eau, à la même concentration qu’avant filtration et vous avez une bière sans alcool. 

Comme expliqué précédemment, l’autre principe consiste à brasser une bière et à fermenter celle-ci sans que le produit final ne dépasse 0.5% alc/vol. On peut y aller de fermentation courte, de dilution du produit, de levures très faiblement atténuantes, etc. Toutes ces techniques sont observées par bon nombre de microbrasseries, car elles permettraient de produire des bières sans alcool, à faible coût. Le marché est encore très jeune.

BitBurger Drive

De style Pilsner, cette bière sans alcool offre des saveurs assez marquées qui permettent de rappeler le style. On y retrouve un nez léger de céréales, des houblons bien herbacés et un petit arôme légèrement sulfurisé, typique du style. Elle est souvent proposée dans différents bars, suggestion pertinente, car assez agréable pour sa catégorie.

Krumbacher Pilsner Alkoholfreies 

De même style que la BitBurger, on y retrouve également les notes céréalières au nez et une légère amertume en bouche. La bière offre un corps assez satisfaisant pour devenir une belle alternative aux bières de même style et de même provenance, mais alcoolisées. 

Weihenstephaner HefeWeissbier Alkoholfrei

Voilà une Weizen qui risque d’en surprendre plus d’un(e). Je l’ai déjà servie, à l’aveugle, à plusieurs convives et le manque d’alcool ne s’est pas fait sentir aux premières gorgées. Non seulement cette bière offre du corps et une bonne présence en bouche, sans oublier le nez typique de la levure, mais en plus, la légère minéralité du blé utilisé se laisse observer au point d’en offrir une bière rafraîchissante qui dominerait la catégorie dans des concours à l’aveugle. 

Weihenstephaner Original Alkoholfrei

De la même brasserie, cette Helles sans alcool propose de belles notes de céréales, assez proches de ce que l’on retrouve dans les bières de même style, mais surtout une incroyable présence en bouche sur une note légèrement sucrée. Une excellente alternative aux bières alcoolisées.

IPA sans alcool 

La microbrasserie Bockale, de Drummondville, nous a sorti une IPA sans alcool, en canette, il y a quelques mois. Un ovni brassicole dans ce monde des IPA bien alcoolisées et riches. Plusieurs l’ont goûtée et sont restés surpris. C’est tout simplement bon. On retrouve les belles notes d’agrumes des houblons, sur un corps mince, mais pas trop aqueux, et une finale bien amère et équilibrée. Une alternative­ très sérieuse à considérer.