Cinq bières à boire

CHRONIQUE / Parfois, j’ai envie d’écrire une chronique sur la spontanéité. Le plaisir de découvrir ou faire découvrir différentes bières, sans aucune autre prétention. Que du bonheur. Ce samedi, c’est ce genre de chronique que je vous offre. Cinq bières qui font partie de la culture bière du Québec depuis des années, que je vous invite à déguster autrement !

Saison Rustique — Brasserie Dunham

Titrant 6 % alc/vol, cette bière de type saison propose une belle mousse offrant une très agréable dentelle. Au nez, la bière repose sur des arômes fruités et épicés. J’adore ce nez, c’est une invitation à se faire étancher la soif avec classe. En bouche, la bière est sèche et agréablement amère. J’aime la finale qui se compose d’un corps désaltérant et d’une petite pointe légèrement levurée. La bière s’accompagne bien d’un fromage à pâte semi-ferme et d’un petit moment de répit. N’attendez pas une occasion spéciale pour vous servir un verre et un morceau de fromage. Faites-le maintenant ! Ce sont de petits moments si agréables. 

Il existe autant d’interprétations du style saison que de bières saisons, mais dans ce cas-ci, la bière se rapproche de ce que j’aime d’une saison : simplicité et élégance. Il n’y a rien d’autre à comprendre.

Blanche de Chambly — Sleeman Unibroue

On ne présente plus cette grande dame, brassée pour la première fois en 1992, qui est devenue non pas la meilleure copie d’une bière blanche belge, mais la référence de ce qu’une blanche belge contemporaine devrait être. Elle a tout pour plaire, un nez de coriandre et d’orange qui se laisse bercer par un corps crémeux et bien rond, sur une finale légèrement céréalière, voire même un peu acidulée. Elle est encore aujourd’hui, la bière que je considère le plus souvent quand il s’agit de parler du style. Accompagnez--la d’un fromage frais de votre choix, c’est du bonheur à étaler sur un pain artisan. 

Bristol — Le Corsaire

Une très agréable Extra Special Bitter à 4.8 % alc/vol qui offre une belle couleur acajou sur une mousse en dentelle. La céréale s’exprime bien, laissant choir des notes de caramel et de toasts grillés provenant du malt. En finale, la noix se fraye un chemin entre l’amertume et les notes céréalières. Préparez-vous un bon pesto, faites cuire des pâtes « al dente », servez-vous une portion généreuse et profitez du moment. N’oubliez pas de le partager avec un proche. 

Diable au Corps — Brasseurs du Temps

Une belle mousse généreuse se forme dans le verre. Au nez, les oranges confites et les arômes épicés de la levure se découvrent sous le regard du houblon bien mature. La bière est puissante et les notes d’alcool se démarquent, rattrapées par l’amertume de la bière.

Une bière titrant 10 % alc/vol avec une indécente quantité de houblons ajoutés après la fermentation et une bouteille de 750 ml pour s’assurer qu’elle soit partagée avec le plus de monde possible. Vous êtes avertis. 

Vous avez un rencart dans un buffet indien apportez votre bière ? N’oubliez pas d’apporter votre bouteille de Diable au Corps ; elle va vous faire passer pour un héros devant un poulet tandoori bien épicé.

Yakima IPA —Le Castor

Une des premières bières d’inspiration West Coast IPA vendue au Québec, il n’y a pas si longtemps, mais la culture bière file à toute vitesse. Ses effluves d’agrumes et de chlorophylles proviennent des houblons utilisés. En bouche, la bière est amère, mais judicieusement bien équilibrée, avec assez de sucre résiduel pour offrir un équilibre très désaltérant et rafraîchissant.

C’est encore aujourd’hui, une référence. Devenue une vieille dame que l’on apprécie pour son enseignement et son apport à la culture. Vous aimez les IPA? Essayez-la donc si vous ne la connaissez pas. Elle fait partie de l’apprentissage proposé aux nouveaux consommateurs de bières artisanales.