À la recherche de quelle vérité?

CHRONIQUE / Le 6 janvier marque la fête des Rois mages. Dans mes lectures liées à la liturgie dans laquelle est soulignée la visite de ces gens venus de l’Orient pour se retrouver à la crèche de Bethléem, j’ai découvert qu’une religion née d’un prophète iranien (Zarathushtra), autour du sixième siècle av. J.-C., enseignait l’existence de ces deux principes que sont le bien et le mal. On disait également que le bien l’emporterait avec l’appui d’un Allié. Selon cette tradition religieuse, cet Allié serait la Vérité incarnée.

C’est donc dire que déjà, avant même la venue de Jésus en notre monde, il n’y avait pas que les Juifs qui attendaient la venue d’un Messie, d’un Sauveur, d’un Allié, d’une Vérité incarnée. Mais il y avait d’autres peuples qui espéraient qu’une personne puisse faire en sorte que le bien soit le grand gagnant. La visite des Mages auprès de Jésus nous permet de mieux comprendre que si le Seigneur, par la bouche de ses prophètes, annonçait aux Juifs qu’un Messie viendrait. Le message était également destiné à tous les peuples de la terre.

Les Rois mages s’inscrivent sans doute dans le sillage de ces gens qui sont à la recherche de la Vérité incarnée. On peut se les imaginer comme étant des personnes ayant amorcé une quête spirituelle. Cette quête les amène à être attentifs aux signes qui leur permettront de trouver des réponses à leurs questions. Il semble que c’est en scrutant le ciel qu’ils ont eu un début de réponse. Et c’est le signe de l’étoile qui les a conduits à se mettre en route. En me référant à l’évangile de Mathieu, qui élabore ces faits, on peut être amené à croire qu’il faisait peut-être nuit dans leur vie, puisque dit-on, ils ont eu pour guide la lumière d’une étoile qui a su les mener jusqu’à l’endroit où est né l’Enfant Jésus.

Présence de messagers

Cette étoile a été ni plus ni moins qu’un acteur céleste, qu’un messager à qui les mages ont fait confiance. À Noël, les récits entourant la naissance de Jésus nous ont aussi parlé de messagers célestes. Pensons à l’ange qui est apparu à Zacharie, lui annonçant la naissance de Jean-Baptiste, à l’ange Gabriel qui est apparu à Marie pour lui annoncer qu’elle allait être la mère du Messie, à l’ange apparu en songe à Joseph, à l’ange apparu aux bergers pour leur annoncer la naissance du Sauveur.

S’il y a au sein de notre société des « messagers » et des « messagères » annonçant de bonnes nouvelles, il y en a qui, malheureusement, ont un plaisir à nous berner. Ces dernières années ont été marquées par l’apparition d’une nouvelle expression que l’on appelle les fakes news. Reconnus comme étant de fausses nouvelles annoncées et propagées de façon délibérée, leurs titres accrocheurs nous ont parfois entraînés à croire en de fausses informations. D’autre part, comme nous vivons dans une société où tout va trop vite, où les canaux d’informations surabondent, nous ne prenons pas toujours le temps de bien nous informer. À qui faire confiance ? Où trouver la Vérité ?

Que dire maintenant de tous ceux et celles qui, dans le brouhaha de la vie, sont en quête d’un sens à donner à leur existence ? Si je me rapporte aux Rois mages, quatre mots me viennent à l’esprit : regarder, observer, écouter et contempler. C’est en regardant vers le ciel et en observant les étoiles qu’ils ont perçu un signe qui les a incités à se mettre en marche à la recherche de la Vérité dans la personne du Roi des Juifs. Chemin faisant, ils se sont informés sur la route à prendre, écoutant les conseils. Rendus à la crèche, ils se sont arrêtés pour contempler celui qu’il recherchait et qu’ils ont trouvé.

Cette quête des Rois mages me ramène à ma propre quête de sens. Quelle est cette Vérité que je recherche ? Existe-t-il une Vérité ? Où trouver cette Vérité ? Comment est-ce que je la conçois ? Quels sont les messagers, les messagères qui peuvent me guider ? Quel signe me signifiera que j’ai trouvé la Vérité ?

Alors que nous sommes déjà en route à l’aube d’une nouvelle année, je nous souhaite à chacune et à chacun de trouver, de rencontrer, si tel est notre souhait, des messagers et des messagères qui sauront nous guider vers la Vérité, laquelle saura combler nos attentes et nos aspirations.

Jean Gagné,

prêtre responsable diocésain des communications