L’évêque René Guay souhaite commémorer avec tous les gens du diocèse la fête liturgique de notre patron, par une célébration diocésaine le lundi 3 décembre, à 19h, à la cathédrale.

140e anniversaire du diocèse

CHRONIQUE / Cent-quarante ans. C’est jeune ou c’est vieux ? Ça dépend pour qui. Lorsque c’est l’âge d’un diocèse, ce nombre signifie qu’il est encore une jeunesse. C’est justement le cas du diocèse de Chicoutimi qui célèbre ses 140 années d’existence. Cela ne veut pas dire qu’auparavant, il n’y avait aucune chapelle, aucun prêtre, aucune vie spirituelle sur ce territoire. Au contraire. Dès 1641, les Jésuites s’établissaient près de Tadoussac, ouvrant la voie à d’autres communautés missionnaires.

À juste titre, ce grand territoire était désigné comme une mission. Ce n’est qu’en 1878, plus précisément le 28 mai, que le pape Léon XIII décréta officiellement l’érection canonique du diocèse de Chicoutimi avec comme patron saint François-Xavier, un jésuite.

François-Xavier

D’où vient ce choix de François-Xavier ? Et premièrement, qui est-il ? François-Xavier est un Espagnol, né le 7 avril 1506. À cette époque, de nombreux groupes religieux sont bien établis. Pensons aux Ursulines, aux Franciscains, aux Dominicains. Les Jésuites, reconnus communauté religieuse masculine en 1540, par le pape Paul III, portaient comme charisme l’évangélisation et l’éducation. Qui n’a pas entendu parler de la fameuse éducation jésuite ! François-Xavier fait partie de la première cohorte de compagnons. Ami du fondateur Ignace de Loyola, reconnu saint en 1622, il est très tôt motivé d’un désir de porter la Bonne Nouvelle au loin.

Imaginez, au XVIe siècle, François-Xavier, de son Europe natale, songe à annoncer le Christ aux habitants de l’Orient ! Une énergie et une foi incroyables devaient l’habiter, ainsi qu’une bonne dose de courage.

Il partit donc, missionnaire, vers ces contrées lointaines. Il y est resté une dizaine d’années, jusqu’à ce que la maladie l’emporte. On le nomme Apôtre des Indes. Comme tout bon jésuite qui savait « s’inculturer », il apprit la langue et les coutumes du pays avant de parler de Jésus.

Un missionnaire pour aujourd’hui

Si saint François-Xavier est devenu le patron de notre diocèse, c’est que déjà, au milieu du XIXe siècle, plus précisément en 1859, tout près de la cathédrale actuelle, une paroisse et une église dédiées à François-Xavier virent le jour. Quelques années plus tard, en 1878, c’est sous le patronage de François-Xavier que le diocèse et sa première cathédrale furent érigés . En fait, « nos ancêtres dans la foi au Saguenay–Lac-Saint-Jean […] se sont dans doute identifiés à ce grand homme de Dieu et de l’Église. À une étape extrêmement exigeante de la naissance d’un peuple dans une nouvelle région, ils ont été interpellés par le témoignage de vie de cet homme totalement donné, dévoué à l’annonce de l’Évangile ».

Ce ne sont ici que quelques lignes pour rendre hommage à saint François-Xavier. Toutefois, elles sont davantage une invitation à s’inspirer de son caractère missionnaire. Car à l’aube de 2020, est-ce possible d’être missionnaire aujourd’hui ? Bien sûr que oui, et différemment de François-Xavier.

Nous n’avons pas tous à partir pour le Japon pour faire connaître Jésus. Mais bien des missionnaires nous entourent, parfois dans l’ombre. Quand des personnes ne comptent pas le temps qu’elles investissent bénévolement dans un organisme ; lorsque des infirmières, malgré leur surcharge de travail, offrent la parole qui vaut plus que le remède ; quand des parents témoignent de gentillesse et inculquent cette valeur à leur enfant. Qu’ils le fassent au nom de leur foi ou bien au nom de la dignité humaine, tout cela rend le monde meilleur.

Une fête, le 3 décembre

Notre évêque souhaite célébrer avec tous les gens du diocèse la fête liturgique de notre patron, par une célébration diocésaine le lundi 3 décembre, à 19 h, à la cathédrale de Chicoutimi. Ce sera aussi l’occasion d’inaugurer une tradition à l’intérieur de laquelle un des neuf évêques de notre diocèse sera mis en valeur. Pour cette première, ce sera Mgr Dominique Racine, premier évêque de notre diocèse, de 1878 à 1888.

C’est donc un rendez-vous diocésain, en la fête de saint François-Xavier.

Isabelle Dallaire,

agente de pastorale, membre du comité préparatoire de la célébration 3 décembre et chancelière