Jackie Alary, une femme de St-Honoré, travaille déjà sur son plan de retraite en projetant offrir ses services comme intervenante en comportement félin.

Une retraite entourée de chats

CHRONIQUE / Jackie Alary prépare doucement sa retraite de l’enseignement, prévue dans six ans. La femme de Saint-Honoré a choisi de consacrer cette prochaine étape de sa vie aux chats.

Mme Alary vit entourée de félins depuis toujours. Son intérêt pour cet animal n’a jamais ralenti. « Au contraire ! Ça grandit », intervient-elle.

Elle vient d’être certifiée intervenante en comportement félin, par l’Éduchateur, une entreprise québécoise de consultation. « Je continue d’être coachée par l’Éduchateur qui me tient informée de toutes les nouvelles avancées à ce sujet », mentionne l’enseignante au cégep qui a aussi créé sa petite entreprise Chaminou.

Ces bols interactifs permettent aux chats de travailler un peu plus dur pour obtenir leur nourriture quotidiennement.

Ses connaissances lui permettent d’aider les adoptants de chats à régler certains problèmes de comportement, mais aussi à bien choisir leur chaton, à l’éduquer avec de bonnes méthodes, à assurer sa socialisation et à enrichir son environnement. « Je ne fais jamais de consultations à distance. Je veux voir le milieu de vie des chats pour bien comprendre les problématiques. Après mon passage, je remets un rapport écrit de ma consultation aux clients, avec mes observations et mes recommandations », ajoute l’intervenante.

Quand on entre dans sa spacieuse résidence de Saint-Honoré, personne ne peut rester indifférent face aux poutres qui longent les plafonds de sa demeure. « C’est aussi ce que mon conjoint et moi avons vu en visitant cette maison. Sauf que nous, on y voyait des passages pour les chats », explique-t-elle en riant. Impossible de deviner que 13 félins cohabitent avec le couple. « J’ai quatre chats à moi, et neuf chats en familles d’accueil. Certains chats sont ici depuis plus d’un an et ne viennent toujours pas me voir. » Quand les chats en famille d’accueil présentent des comportements acceptables, ils sont alors mis en adoption.

Tout a commencé il y a environ trois ans, quand Jackie Alary est devenue bénévole pour la SPCA Saguenay. Cette implication a éveillé une véritable passion en elle. « Comme je voulais en faire encore plus, je suis devenue famille d’accueil pour le groupe Rescapés Poilus. » Pour mieux comprendre les petites bêtes qu’elle accueillait, elle s’est mise à suivre des formations.

Dans la spacieuse maison de Jackie Alary, les poutres servent de passages pour les chats.

Comme le chat a un instinct de chasse très fort, elle croit que sa santé mentale et physique repose en grande partie sur l’environnement qu’on lui offre. La maison de Jackie Alary est conçue pour que les chats puissent grimper et travailler pour obtenir leur nourriture. L’été, les chats de Mme Alary ont accès à un terrain complètement clôturé. Stimulés par plusieurs éléments, dont les herbes à chat, les félins ne sentent pas le besoin d’élargir leur territoire.

Pour en savoir plus, visitez la page Facebook Chaminou.

+

UNE RÉFÉRENCE POUR RESCAPÉS POILUS

Jackie Alary est devenue une référence en comportement félin depuis plus d’un an pour le groupe Rescapé Poilus qui vient en aide aux chats errants du Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

« Quand on fait adopter des chats, on assure toujours un suivi. Et si le chat a du mal à s’adapter à sa famille, on les réfère à Jackie », souligne Annie Tremblay, la fondatrice du groupe Rescapés Poilus. Parmi ces consultations, Mme Tremblay note principalement des problèmes de propreté reliés à un nombre de litières insuffisant ou mal disposées. Elle remarque aussi que plusieurs chats ont besoin d’espace et de tranquillité, alors que d’autres vont mordre quand on les flatte. 

Rescapés Poilus a été fondé en 2013, par Annie Tremblay. La femme avait observé un pauvre chat errant qui se réchauffait sur une bouche d’égout. Après avoir construit une cabane à son petit vagabond, elle a créé un groupe Facebook qui compte maintenant près de 10 000 membres. Rapidement, Suzanne Harvey et Mélanie Fillion se sont greffées à elle. Depuis ce temps, l’énergique trio peut compter sur la collaboration d’une dizaine de bénévoles, dont Mme Alary. 

Le groupe Rescapés Poilus est aussi formé d’une trentaine de familles d’accueil qui offrent un toit aux rescapés. « Présentement, nous n’avons presque plus de chatons à faire adopter et nous avons seulement cinq adultes qui attendent des familles », conclut Mme Tremblay, qui avoue que c’est une excellente nouvelle.