À 21 ans, Shana Patry réussit à vivre grâce à son art, tout en demeurant dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Une oeuvre d'art pour immortaliser son animal

CHRONIQUE / Installée dans son atelier, situé dans son appartement à Jonquière, Shana Patry a développé un créneau bien particulier : elle offre aux gens de peindre des portraits de leurs animaux à l'aquarelle, à l'huile et à l'acrylique.
C'est principalement grâce à ses oeuvres commémoratives d'animaux, vendues aux États-Unis, au Québec et en Europe, que Shana Patry gagne sa vie.
Jusqu'à maintenant, elle a plus de 200 portraits de chats, de chiens, de chevaux et même de poules réalisés pour des clients situés aux quatre coins de la planète.
« Certains de nos proches sont difficiles à gâter, mais s'ils sont super fans de leur animal, offrir une oeuvre qui le représente est toujours très émouvant à recevoir », remarque l'artiste native de L'Ascension-de-Notre-Seigneur au Lac-Saint-Jean. Ses toiles et ses aquarelles sont imprégnées d'animaux colorés, issus d'un monde imaginaire surréaliste. « Selon la demande des gens, je personnalise leur toile. Par exemple, une dame me racontait que son chien adorait le spaghetti. J'ai donc peint son chien assis dans une assiette de spaghetti », raconte Shana. Des parents, ayant été obligés de se séparer d'un animal, utilisent aussi le talent de l'artiste pour apaiser la peine de leurs enfants.
Étant travailleuse autonome, en plus de la paperasse et des réseaux sociaux à gérer, Shana consacre une vingtaine d'heures par semaine à peindre. Elle doit livrer la marchandise tout en continuant d'agrandir sa collection d'oeuvres personnelles. Entourée de sa tortue, de son lapin et de son chat, cette passion pour l'art et les animaux, qui est en elle depuis son enfance, est devenu un mode de vie qu'elle savoure quotidiennement.
Parcours
Quand elle a fini ses études collégiales en arts visuels, en décembre 2015, la nouvelle diplômée fut confrontée à deux choix. « Soit que je poursuivais mes études à l'université ou que je me lançais dans mon art. J'ai décidé de me lancer », explique la jeune femme de 21 ans. Elle aurait pu aussi faire comme bien des artistes et partir de sa région pour poursuivre sa quête artistique dans la grande ville de Montréal, là où la compétition est encore plus féroce. Aujourd'hui, elle est bien fière de son choix, et surtout de pouvoir gagner sa vie grâce à ses talents artistiques. « J'ai créé ma page Facebook il y a deux ans et près de 7500 personnes me suivent. Je suis très active. Je publie chaque jour » , ajoute Shana Patry. L'artiste trouve continuellement des idées originales pour interagir avec les abonnés de sa page FB (www.facebook.com/shana.patry.artiste) afin de les inclure dans ses créations.
Réseaux sociaux
Quand on lui demande si les réseaux sociaux changent la vie des artistes, elle répond oui sans hésiter. « Avant, les artistes peintres étaient à la merci des médias et des galeries pour se faire connaître. Le cheminement était long. Maintenant, on a juste besoin d'un bureau de poste et d'une connexion internet et tout est possible », poursuit-elle. Sa boutique Etsy lui permet de vendre partout dans le monde. « Mes toiles sont très populaires aux États-Unis, au Québec et même en Europe. En plus, j'offre de très bons prix », conclut Shana. Outre les possibilités infinies du monde virtuel, il faut aussi avouer que cette jeune artiste déborde de talent. Elle a réussi à se démarquer en développant un style authentique qu'elle peaufine sans relâche.