Lors du premier Salon Etsy, qui a eu lieu à Saguenay, Diane-Michèle Potvin, de la boutique Moukmouk, a présenté sa dernière création, soit une maman de remplacement pour les chatons orphelins. Le toutou est là à titre décoratif.

Une maman de remplacement pour chatons

CHRONIQUE / Diane-Michèle Potvin, qui signe les créations Moukmouk, fabrique des produits faits de fourrure recyclée. Dernièrement, elle a confectionné une maman de remplacement pour les chatons orphelins. La designer a baptisé son prototype « Mamina ».

Avec ses six emplacements de biberons, Mamina peut allaiter jusqu’à six chatons. « C’est ma sœur Annie Potvin, très active au sein d’un groupe de sauveurs de chats, qui m’a lancé ce défi », explique Diane-Michèle Potvin. Les fausses mamans, pour allaiter les chatons orphelins, n’existent pas au Québec. « On en retrouve aux États-Unis, mais ils se vendent plus de 250 $ US », poursuit la dame de Québec. Il faut dire qu’un chaton naissant a besoin de boire aux deux heures et il doit être allaité pendant le premier mois de sa vie. C’est donc beaucoup d’ouvrage pour les sauveurs de chats quand ils doivent gérer une portée de quelques chatons. « Je n’avais pas de modèle et je voulais trouver une façon pour que les chatons puissent s’alimenter eux-mêmes dans une position naturelle », ajoute Mme Potvin.

Comme ces gens au grand cœur qui viennent en aide aux chats errants n’ont souvent pas beaucoup de ressources financières, la designer s’est souciée de prendre des matériaux abordables. Elle a principalement récupéré du matériel déjà existant dans son atelier afin de ne pas dépasser un budget de 50 $. « J’ai utilisé du tissu polar pour l’intérieur et l’extérieur est fait de fausse fourrure, car il faut que ce soit lavable. J’ai aussi intégré un coussin fait de grains. C’est le même principe que le sac magique qu’on peut chauffer pour garder chaud », relate la conceptrice de Mamina. Après une vingtaine d’heures de travail, elle était prête à livrer son tout nouveau produit pour expérimentation. Comme il reste encore des ajustements à faire, Mme Potvin ne vend pas encore Mamina dans sa boutique Moukmouk, sur la plateforme virtuelle Etsy. 

Présentement, Mamina est à la phase 1. Le groupe Rescue Poilu devra tester le produit auprès de chatons dans le besoin. Jusqu’à ce jour, le groupe n’a pas encore eu besoin des services de Mamina. « Nous allons utiliser la maman de remplacement en dernier recours, car c’est toujours mieux d’utiliser du vrai lait que du lait recomposé. Quand une chatte ne peut pas allaiter ses petits, ou qu’elle est décédée, on essaie d’abord de trouver une chatte de remplacement qui allaite déjà pour lui introduire les nouveaux chatons », précise Annie Potvin du groupe Rescue Poilu. Dans la plupart des cas, la chatte acceptera rapidement les nouveaux bébés. 

Même si le produit n’a pas encore été testé, Annie Potvin note quelques modifications à apporter, mais elle constate surtout que ce sera un outil très aidant. « C’est sûr que c’est prometteur comme concept. Dans notre groupe, on fait du bénévolat et certains membres manquent de temps entre les enfants, le travail et les obligations. Mamina va être d’une grande aide », conclut Annie Potvin. 

La Phase 2 de Mamina débutera quand la conceptrice pourra apporter les améliorations nécessaires. Diane-Michèle Potvin pense déjà à sa prochaine génération de Mamina qui prévoit insérer les coussins et les portes-biberons dans la fausse maman faite de fourrure synthétique. Le concept sera par la suite proposé aux refuges et aux SPCA. 

Si une chatte est dans l’impossibilité d’allaiter ses petits, on doit d’abord chercher de vraies mères de remplacement. En dernier recours, on se tournera vers les biberons de lait recomposé.