Dans son atelier, Marc Boily confectionne et entrepose le matériel nécessaire pour mettre au point les différents systèmes d'éclairage destinés à l'intérieur et l'extérieur de sa maison.

Un sous-sol transformé en discothèque

Avec son système de son et d'éclairage, le sous-sol de Marc Boily rendrait jaloux bien des propriétaires de bars. Passionné par la musique et la lumière, l'homme de Jonquière ne compte plus le temps et l'argent qu'il peut mettre dans ce loisir.
C'est à l'âge de dix ans que Marc Boily a installé son premier kit de lumières de Noël dans sa chambre. « J'avais branché les globes sur un amplificateur pour qu'ils suivent le rythme de la musique », se remémore Marc. Depuis ce temps, il n'a jamais arrêté de s'acheter ce qu'il appelle affectueusement des « bébelles ». Si bien que son sous-sol est devenu une véritable discothèque.  
« C'est vraiment depuis l'an 2000, soit quatre ans après avoir acheté ma maison, que j'ai commencé à acheter plus de matériel. Et c'est grâce à Soluson, l'entreprise de mes amis, si je suis si bien équipé », précise l'amateur de son et de lumière. C'est en effet en s'impliquant comme bénévole chez Soluson qu'il a vu tranquillement naître sa pièce de rêve. 
Sa salle de jeu mesure 22 par 24 pieds et compte 22 projecteurs de lumières, quelques boules disco, plusieurs lasers, onze tuiles de plafond éclairées, quatre micros dont un sans-fil, 1000 disques compacts (CD), une machine à boucane, une dizaine d'amplificateurs, plusieurs haut-parleurs, etc. Électricien de métier, Marc réinvente constamment les façons de marier le son et la lumière avec originalité. Évidemment, avec la technologie, il n'a plus besoin d'avoir de lecteurs CD. Le DJ a maintenant tout transféré sur sa tablette. « Par contre, j'achète encore toute ma musique en CD. Je continue d'encourager ce marché », ajoute fièrement Marc. De plus, Internet lui permet de commander beaucoup de produits introuvables ou plus abordables.
Une douzaine d'interrupteurs permettent d'ouvrir les différents jeux de lumière de la discothèque baptisée « Bar chez Marc, Hélène, Samuel et Camille Boily ». Les soirs plus tranquilles, il peut allumer seulement son ciel étoilé, minutieusement fait de fibre optique. « Presque tous les soirs, je m'installe au sous-sol pour écouter de la musique », poursuit l'amateur. Ayant été contaminés par la passion de leur père, ses enfants de 16 et 21 ans organisent aussi des partys et des soirées de jeux vidéo dans une ambiance exceptionnelle. « On fait une dizaine de gros partys par année. Tout le monde danse et chante du karaoké. Même ma mère de 76 ans adore ça », remarque-t-il.
L'électricien a aussi un atelier lui permettant de confectionner et entreposer le matériel nécessaire pour mettre au point ses différents systèmes d'éclairage.  Même les devants extérieurs de sa maison et de son garage sont couverts d'ampoules qui suivent le rythme de la musique et qui changent de couleur à l'aide d'une télécommande. 
Abonnés à Tolérance Zéro (TZ), Marc et son épouse, Hélène Gagné, ne laissent jamais partir leurs invités si ces derniers ont bu. « On les garde à coucher ou on les renvoie avec TZ », relatent les accueillants propriétaires de la maison. Dans le temps des Fêtes, les familles Gagné Boily ne se posent pas de question pour trouver le meilleur endroit pour se réunir. La tradition perdure depuis plusieurs années !