Un rêve à portée de mots

Une originale technicienne en éducation spécialisée de Jonquière s’est donné comme mission de faire découvrir la musique aux jeunes. Véronique Godin a donc fait entrer les albums de l’auteur-compositeur-interprète Simon Boudreau dans l’enceinte de l’école Trefflé-Gauthier.

Tout comme ses collègues, Luis Arseneau-Valenti, qui s’occupe du sport, et Marie-Claude Pilotte, qui s’occupe des arts, Mme Véronique cherchait aussi à combiner sa passion à son travail. En début d’année, elle a demandé à sa directrice, Marie-Claude Harvey, de faire venir un musicien qu’elle apprécie particulièrement. Charmée par l’originalité des enseignants qui l’entourent, Mme Harvey a accepté avec joie. 

Depuis ce temps, l’école est plongée régulièrement dans l’ambiance musicale de Simon Boudreau, qui s’est fait connaître en 2014 avec sa chanson Fleur bleue. « Ç’a vraiment créé un buzz! Tous les enseignants ont embarqué et écoutent la musique de Simon dans leur classe. Les élèves ont fait découvrir ce chanteur à leurs parents, et certains ont acheté ses albums », poursuit fièrement Mme Véronique, qui adore encourager les artistes du Québec. 

Le 27 mars, Simon Boudreau est enfin débarqué à l’école Trefflé-Gauthier. Quelle surprise il a eue en voyant chanter les élèves, qui connaissaient ses chansons par coeur ! De 8h à 15h, il s’est promené de classe en classe pour présenter de captivantes animations. Même la cloche de la récréation n’arrivait pas à détourner le regard des élèves suspendus aux lèvres de leur coloré invité. 

Fier de gagner sa vie avec la musique, l’homme de Lanaudière souhaite démontrer aux petits de la maternelle jusqu’aux étudiants du cégep que tout le monde peut composer des chansons. « Éventuellement, j’aimerais aussi aller rencontrer les personnes âgées », projette Simon, qui habite à Saint-Norbert. 

Bien qu’il fasse des animations depuis 15 ans, Simon Boudreau fait partie du répertoire Culture à l’école depuis à peine un an. Cette année, il fera une cinquantaine de spectacles avec ses musiciens et passera 75 journées dans les écoles. Il reviendra à Dolbeau au début du mois de mai pour huit jours, afin de visiter des écoles de ce secteur.

Animations

Dans sa première partie d’animation, le chanteur interprète quelques-unes de ses chansons à la guitare et raconte son parcours. 

« À 13 ans, j’ai commencé à écouter de la musique. J’écoutais juste du punk rock en anglais. Je n’étais pas encore très curieux. En finissant mon secondaire, je suis allé au cégep pour faire une technique en administration dans le but de devenir comptable. Je suis resté trois semaines », confie-t-il. 

Selon lui, dans la vie, il faut être curieux et se permettre de se tromper. « Comme je suis travailleur autonome, je consacre une demi-journée par semaine à faire ma comptabilité. Ce que j’ai donc appris en trois semaines me sert encore », précise Simon. 

Dans la deuxième partie de son atelier, le faiseur de chanson prouve à son auditoire que tout le monde peut écrire des chansons. Dans la classe de sixième année, les élèves ont choisi ensemble quelques thèmes. Les garçons voulaient écrire sur le thème de Fortnite (un jeu vidéo), alors que les filles voulaient parler de l’amour. Au final, c’est le thème de la vie qui a fait l’unanimité. En 15 minutes, ils ont composé quelques phrases de huit syllabes, et le tour était joué ! Le talentueux musicien a saisi son ukulélé pour mettre de la musique sur les paroles. 

« Je ne me définis pas par mon travail. Tout le monde est capable de le faire. On ne devrait pas nous mettre sur un piédestal », conclut Simon Boudreau, qui souhaite faire germer des rêves dans l’imaginaire des gens qu’il croise. 

Les autographes demandés par les élèves sont une façon de garder un souvenir impérissable du passage du sympathique faiseur de chansons!