Jacob Bergeron et Zachary Trudeau ont créé un logo et un nom de marque pour identifier leur ligne de vêtements qu’ils font connaître sur leur page Instagram.

Un logo qui fait rêver

Inspirés par la mode, Zachary Trudeau et Jacob Bergeron souhaitent se démarquer en apposant leur logo sur des vêtements. En plein démarrage de leur entreprise, les deux jeunes hommes de Saguenay tentent de se tailler une place dans ce monde compétitif.

« On a eu l’idée il y a un an, mais on s’est longtemps demandé si ça allait marcher et si le monde allait aimer ça. C’est stressant de penser qu’on pouvait avoir de mauvaises critiques », explique Zachary.

Après quelques mois de réflexion, les deux amis de 17 ans ont pris leur courage à deux mains pour se lancer dans l’aventure. « On se connaît depuis notre cinquième année, on s’est toujours intéressé à la mode et on voulait devenir des partenaires d’affaires. On savait qu’on allait bien s’entendre pour démarrer une entreprise ensemble », poursuit Zachary.

Leur première démarche a été de se créer un logo et de trouver un nom de marque. « On voulait utiliser des formes géométriques et que ça fasse moderne », se remémore-t-il. Comme ils étaient trois, au début du projet, ils ont choisi trois carrés. Pour faire plus international, ils ont choisi le nom Skuarz.co. Ils ont ensuite trouvé une entreprise montréalaise qui a accepté d’apposer leur nom et leur logo sur des vêtements de leur choix. « Présentement, on a des t-shirts, des chandails à manches longues et des cotons ouatés unisexes qui font un peu ‘‘old school’’. On s’inspire beaucoup des années 80 et 90, surtout au niveau des couleurs », précise Zachary. Bientôt, ils auront aussi des casquettes de disponibles.

Pour promouvoir leurs produits, ils se sont créé une page Instagram (https ://www.instagram.com/skuarz.co). « On n’a pas de page Facebook, parce que c’est trop adulte. Nous, on vise une clientèle de 15 à 30 ans », remarque le copropriétaire de Skuarz.co.

Évidemment, les écoles secondaires sont aussi d’excellents endroits pour trouver des clients. « Notre plus belle paie, c’est de croiser des élèves qui portent nos vêtements », constatent les deux associés, qui ne fréquentent pas le même établissement. Puisque leurs vêtements s’adressent à une clientèle aux études, ils tiennent aussi à avoir de bons prix. Leurs produits, très abordables, se situent entre 20 $ et 35 $. Régulièrement, ils font du repérage de lieux pour prendre des photos et alimenter les 646 abonnés de leur compte Instagram.

Ces premières démarches ont permis à Jacob et Zachary de tâter le terrain sans trop faire d’investissements.

Bientôt une boutique en ligne
Le duo s’affaire maintenant à s’enregistrer comme entreprise et à créer son site Internet pour éventuellement avoir une boutique en ligne. Un grossiste de Chicoutimi a approché le tandem pour lui proposer de s’occuper de l’impression de son logo sur les vêtements, en faisant affaire avec des entreprises hors du Canada. Les jeunes entrepreneurs peuvent aussi compter sur l’expérience professionnelle de leurs parents pour les aider au niveau de la gestion.

Zachary a trouvé la motivation de se lancer en affaires grâce à son projet intégrateur à l’École polyvalente Arvida.

Projet intégrateur
C’est en septembre dernier que Zachary Trudeau a senti la réelle motivation pour personnaliser des vêtements. À l’École polyvalente Arvida, alors qu’il entamait sa dernière année au secondaire, on lui a annoncé qu’il devait réaliser un projet intégrateur au cours de l’année. « Je me suis dit que c’était la bonne occasion de me lancer », ajoute-t-il.

De grandes aspirations
Zachary ne cache pas qu’un jour, il aimerait vivre de ses idées entrepreneuriales. L’an prochain, il poursuivra ses études à Québec en design industriel. « J’aimerais que Skuarz.co devienne éventuellement une compagnie de meubles, mais mon rêve ultime est d’avoir une chaîne d’hôtels », conclut l’audacieux jeune homme de 17 ans. Quant à Jacob, il a choisi de poursuivre ses études collégiales en architecture. Ils espèrent que leur parcours scolaire respectif contribuera à faire grandir Skuarz.co.

L’inspirante Élisabeth Rioux
Ce n’est pas un hasard si tant d’adolescents rêvent de voir leur ligne de vêtements se tailler une place privilégiée dans le monde de la mode. La principale influence québécoise est sans contredit Élisabeth Rioux, la créatrice des maillots Hoaka. La jeune femme de 21 ans est suivie par 1,5 million de personnes sur son compte Instagram. Sa richesse, qui semble avoir un grand pouvoir sur sa liberté, fait l’envie de plusieurs. En affaires depuis l’âge de 18 ans, elle partage une vie de rêve sur les réseaux sociaux en voyageant aux quatre coins du monde pour saisir les plus beaux paysages et faire la promotion de ses maillots... et de son corps !