La compagnie Rusk, pour laquelle Pierre-Karl Tremblay travaille, lui offre l’opportunité de faire des présentations en direct, sur sa plateforme Facebook.
La compagnie Rusk, pour laquelle Pierre-Karl Tremblay travaille, lui offre l’opportunité de faire des présentations en direct, sur sa plateforme Facebook.

Un coiffeur déploie ses talents de peintre

CHRONIQUE / « Les artistes sont en manque d’attention », lance Pierre-Karl Tremblay en riant. Étant lui-même un artiste-coiffeur, il nous révèle quelques façons d’évacuer son besoin de créer pendant le confinement.

Ayant une vie sociale bien remplie, il a d’abord créé des groupes d’amis sur Messenger, avec qui il organise des soupers thématiques à distance.

« Dans la pratique de mon travail, je suis habitué d’être en mode création et de partager. En plein confinement, ce besoin est toujours présent, raconte le coiffeur. Après une semaine à faire du ménage et des mots-mystères, ça commençait à être redondant. J’ai donc renoué avec la peinture. »

Il a ressorti son matériel de peinture enfoui dans une garde-robe. « En appartement, par manque d’espace, ça me décourageait de m’installer pour peindre. Comme je viens d’acheter une maison de trois étages, j’ai trouvé un coin pour me faire un atelier. Juste d’être bien installé, ça donne envie de peindre. »

Dès la publication de ses premiers essais sur Facebook, des internautes souhaitaient embellir leur maison de son talent.

« Au départ, c’était pour passer le temps, mais j’ai rapidement eu des commandes spéciales. Certains m’envoyaient même des photos de certaines pièces de leur maison en me demandant des conseils pour agencer une toile à leur décoration. »

Au moment de son entretien avec Le Progrès, le peintre avait déjà 11 toiles à son actif et deux ventes. « Ça vide mon esprit. Le matin, je me fais mon café et je vais en bas dans mon atelier. Je me mets de la musique et je peux peindre jusqu’à 15 h. »

Comme il a accès à beaucoup de contenu sur Pinterest et Instagram, il s’est abonné à des artistes peintres qui proposent différentes techniques. « Il n’y a pas de limites, sauf notre imagination. Je m’inspire, mais je ne reproduis pas. Je fais la même chose en coiffure. Lorsque les clientes m’apportent des photos, je m’inspire en les personnalisant. »

Ayant besoin de créer et de partager avec le public, Pierre-Karl Tremblay a renoué avec la peinture pour combler ses journées de confinement.

Depuis le mois de septembre, le nouveau propriétaire d’une résidence de Sainte-Foy a installé son salon de coiffure dans sa maison. Après le confinement, sa clientèle pourra admirer ses oeuvres installées sur le mur principal conduisant à son salon de coiffure, La Faculté.

Prestations

Coiffeur depuis 2009, Pierre-Karl participe à beaucoup de congrès de coiffure à travers le Canada et les États-Unis, comme artiste invité.

Ces prestations impliquent des présentations devant le public, en anglais et en français. Pour combler ce vide de performer devant un public, la compagnie Rusk, pour laquelle il travaille, lui offre l’opportunité de faire des présentations en direct, sur sa plateforme Facebook, suivie par plus de 220 000 personnes. « En utilisant des mannequins, j’ai donné un cours d’une heure de couleurs et un autre concernant les coupes tendance. Ma prochaine présentation sera sur les coiffures hautes. »

Parcours

Pierre-Karl est né à Chicoutimi. Après ses études collégiales, hésitant entre le baccalauréat en arts ou celui en enseignement, il prend une pause des longs engagements scolaires et se dirige vers le Centre de formation professionnelle L’Oasis pour faire un cours en coiffure. Sans le savoir, tout un univers s’ouvre à lui.

« Je ne connaissais pas l’étendue des possibilités en coiffure. C’est un domaine qui nous permet beaucoup de liberté, sans nécessairement entrer dans un moule. »

Cette forme d’art le rejoint totalement. Après son cours de quelques mois, même s’il n’avait jamais songé à quitter sa région, des amis lui proposent de déménager avec eux en appartement à Québec. Il embarque dans l’aventure.

« J’ai pris le journal et j’ai entouré tous les gros salons de coiffure à Québec. J’ai passé des entrevues. »

Il a été salarié pendant deux ans, pour ensuite louer sa chaise et monter sa clientèle. Stratégique, il a toujours calculé ses mouvements en restant dans le même secteur, afin que ses clients le suivent lorsqu’il changeait d’endroit. En septembre 2019, il achète une maison avec son conjoint et installe son salon à même sa résidence.

Bientôt, la clientèle de Pierre-Karl Tremblay pourra admirer ses oeuvres installées dans son salon de coiffure, La Faculté.

Avec ses 11 années d’expérience, il est devenu éducateur pour la compagnie de produits de coiffure Rusk. Il fait partie de l’équipe d’artistes qui apprennent aux autres coiffeurs comment utiliser les produits Rusk à leur plein potentiel.

Vous pouvez suivre Pierre-Karl Tremblay sur Instagram (hair_by_pk.t) et sur Facebook (La Faculté – Coiffure).