Cette année, lors de l’Expo Habitat, Benoit Côté et Olivier Chanvillard ont principalement présenté leur expertise dans la fabrication d’escaliers.

Spécialisés dans la conception d’escaliers

CHRONIQUE / Il y a quelques semaines, lors de leur deuxième passage à l’Expo Habitat Saguenay, Benoit Côté et Olivier Chanvillard ont principalement présenté leur expertise dans la fabrication d’escaliers.

En 2014, quand Benoit Côté a démarré son entreprise en construction et rénovation, il n’est pas resté seul très longtemps. Peu de temps après, ayant besoin d’aide, Olivier Chanvillard est devenu son associé.

Benoit est natif de Saguenay. D’abord machiniste de formation, il a pratiqué ce métier pendant 12 ans, en plus d’être quatre ans contremaître en usinage. C’est lors de la naissance de son quatrième enfant, pendant son congé parental, qu’il a suivi une formation pour devenir entrepreneur général.

Les possibilités sont nombreuses pour les propriétaires qui désirent métamorphoser leurs escaliers.

« Je voulais principalement rénover une bâtisse commerciale qui nous appartenait, à ma femme et moi, mais je n’avais pas le droit de faire les travaux si je n’avais pas ma carte d’entrepreneur », se remémore Benoit.

C’est ainsi que l’aventure a commencé. Aujourd’hui, ses enfants, âgés de sept à 18 ans, ont grandi et il peut se consacrer à son entreprise qui demande beaucoup d’investissement de temps. Quand il s’est officiellement lancé en entreprise, Benoit a rapidement eu besoin de main d’oeuvre. C’est là qu’il a fait la rencontre d’Olivier Chanvillard, qui, au départ, avait été engagé comme employé.

Olivier a aussi quatre enfants âgés de sept à 14 ans. Natif de la France, c’est un échange scolaire au Saguenay, en 2001, dans le cadre de ses études en construction, qui lui a permis de découvrir la région. « Nous étions jumelés à un étudiant en architecture, du Cégep de Chicoutimi, qui nous hébergeait chez eux pour deux semaines », relate-t-il. Prolongeant son séjour, le Français décida de faire son stage de deux mois au Saguenay. L’étudiante chez qui il était hébergé est finalement devenue son épouse !

« Nous sommes restés tous les deux cinq ans en France où nous avons eu deux enfants. Il y a 12 ans, nous sommes revenus à Chicoutimi où nous avons eu deux autres enfants.

« Quand l’entreprise où je travaillais, spécialisée dans la fabrication d’escaliers, a changé de propriétaire, la dynamique a changé et je suis parti. Je cherchais à travailler dans le domaine de la construction », se souvient-il.

Benoit venait tout juste de démarrer son entreprise et cherchait un employé pour un contrat. La chimie s’est si bien installée qu’Olivier est ainsi devenu son associé. L’entreprise Côté Chanvillard Construction Rénovation Escaliers a commencé tout doucement. « On ne voulait pas commencer trop gros. On a investi petit à petit, comme on construit une famille », raconte Olivier.

Depuis 2016, Côté Chanvillard Construction Rénovation Escaliers a pignon sur rue à Chicoutimi-Nord, sur la rue Roussel, afin de concevoir une partie des travaux et accueillir leurs clients. « Avec notre bâtisse commerciale, c’est un rêve d’enfant qu’on réalise. On joue dans notre commerce », soulignent les deux entrepreneurs.

L’année passée, bien qu’ils aient eu quelques temps morts, l’hiver qui vient de passer ne leur a pas donné de répit. « Peut-être qu’avec le temps plus doux, les gens ont gardé davantage leurs projets en tête », réfléchit Benoit. Bien que la compétition soit là, les entrepreneurs croient qu’il y a de l’ouvrage pour tout le monde, pourvu qu’ils se démarquent.

Tous les deux considèrent que leur travail est aussi leur loisir. Même en vacances, ils ont hâte de retourner au travail. « On fait 40 heures par semaine ensemble chez les clients, mais chacun de notre côté, on continue avec les soumissions et les rencontres de clients le soir. »

Escaliers

Après la cuisine, le duo Coté-Chanvillard remarque que ce sont les escaliers qui tombent dans les priorités des rénovations. « La salle de bain est passée troisième. » Contrairement à la maison neuve, où l’escalier a longtemps passé dernier, la réalité des rénovations est toute autre. « C’est un tableau, mais c’est un escalier qu’on accroche dans le salon, constate Olivier, qui voit ce morceau comme une véritable oeuvre d’art. Même si elle doit être sécuritaire et confortable, rien n’empêche d’être originale. »

L’éclairage des escaliers est très prisé par Côté-Chanvillard, pour sa beauté, mais aussi pour la sécurité.

Pour en savoir plus : www.facebook.com/cotechanvillard et

www.cotechanvillard.com.