Yanick Mailloux gagne sa vie comme chansonnier depuis bientôt cinq ans.

Sa maison, sa voiture de collection et sa carrière à 21 ans

À l’âge de 16 ans, alors qu’il allait à la polyvalente Arvida, Yanick Mailloux a dû écrire une lettre pour décrire comment il se voyait dans 10 ans.

« J’avais écrit que je me voyais représentant pour l’Alcan et chansonnier dans les bars la fin de semaine. Je me voyais aussi avec mon vieux char de collection dans mon garage », se remémore le Jonquiérois. 

Il n’a pas eu à attendre 10 ans! À 21 ans, ses rêves se concrétisaient.

En 2012, Yanick achète sa première maison. Rapidement, il installe sa voiture de collection dans son garage. À ce moment, il travaille comme magasinier dans une usine et joue de la guitare dans les bars la fin de semaine. Il met un an avant de gagner sa vie uniquement avec la musique. 

Ses parents ayant vécu des expériences entrepreneuriales, le jeune homme apprend à gérer son argent. « Je n’ai pas un gros salaire, mais j’y arrive parce que ça m’a été bien montré. Ce n’est pas à l’école que j’ai appris ça. Par contre, l’école devrait nous l’apprendre », poursuit le chansonnier.

Dans ses débuts, on compare beaucoup sa voix à celle de Johnny Cash, Elvis et Steeve Desgagné. Depuis ce temps, il a développé son propre style en reprenant les succès de ses idoles. « J’ai beaucoup appris auprès de Steeve Desgagné. J’allais souvent le voir jouer dans les bars. À la fin de la soirée, je l’aidais à ramasser ses trucs. Il m’a appris à rouler mes fils et à bien corder le matériel pour que ça rentre dans l’auto », ajoute Yanick. 

On fait appel à ses services de chansonnier de Saguenay jusqu’à Chibougamau, en passant par le Lac-Saint-Jean, Parent, La Tuque, Baie-Comeau et Matane. « Avec ce mode de vie, c’est certain que les amis prennent une claque », remarque-t-il. 

Parcours 

À l’âge de 10 ans, Yanick demande à ses parents d’apprendre à jouer d’un instrument. Son père lui apprend donc ses premiers accords à la guitare. « Comme ça me faisait mal aux doigts, j’ai joué de la basse pendant deux ans. À 12 ans, quand j’ai eu assez de corne, j’ai recommencé à la guitare », précise Yanick. 

Il met un an avant d’être capable de jouer et de chanter en même temps. « C’est que je suis dyslexique, et je vois les mots tout virés de bord. Je ne peux pas lire une chanson et la chanter. Je dois l’apprendre par cœur avant », souligne le persévérant chansonnier. 

« Au primaire, je voulais devenir policier, mais au secondaire, comme je n’avais pas de bonnes notes, je ne savais plus en quoi aller », raconte l’homme de 27 ans. Président de son école, en cinquième secondaire, il reçoit la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour son implication. « J’étais impliqué dans beaucoup de choses, comme la radio étudiante. J’ai toujours aimé amuser et divertir les gens », se souvient-il.

Musique

Yanick Mailloux joue en moyenne deux soirs par semaine. Normalement, il fait des blocs de quatre heures pour les restaurants et les bars. Il offre aussi de l’animation de soirées privées avec une originale formule DJ et chansonnier. Son répertoire s’étend du country jusqu’au blues, en passant par le rock’n’roll. Depuis un an, il fait aussi partie du groupe Yanick Mailloux et son Roadband. 

Radio

Il y a trois ans, en se remémorant le temps où il écoutait CKAJ 92,5 avec son oncle, il décide d’aller cogner à cette porte. Après avoir animé plusieurs soirées en tant que chansonnier, il se sent prêt à relever un nouveau défi. Comme il n’a pas d’études dans le domaine, il apprend à gérer la console pendant un an, aux côtés d’Alain Plante. Depuis ce temps, tous les lundis soirs, il anime l’émission Carte Blanche, à 23h, avec son coanimateur Jean-Michel Côté. 

« Si j’avais écouté tout le monde, je ne ferais pas ce travail. On me disait que la musique était un domaine très instable. Pourtant, c’est l’emploi le plus stable que j’ai eu. Du divertissement, on en aura toujours besoin », conclut Yanick Mailloux. 

Pour en savoir plus sur les services de Yanick Mailloux, contactez Les Productions Virtuoses. Et pour le voir en spectacle, rendez-vous au restaurant Les 400 coups de Jonquière, du 7 au 10 mars, dès 21h.