Anne-Marie Littlejohn, première ministre du Séminaire de Chicoutimi, et Marie Sirois, ministre des Festivités, posent en compagnie de leur invité spécial, l’humoriste Michel Mpambara.

Michel Mpambara à la rencontre des jeunes du secondaire

CHRONIQUE / Vincent Gosselin, un élève du Séminaire de Chicoutimi, se souviendra longtemps de son année scolaire 2019. Et l’année 2020 s’annonce tout aussi mémorable.

Ayant été élu ministre des Communications de son école, l’élève de quatrième secondaire a la chance, depuis le mois de septembre, de vivre des expériences concrètes en journalisme, un domaine qui le passionne.

Le 19 décembre dernier, il a eu l’opportunité d’interviewer l’humoriste Michel Mpambara, qui était de passage à son école. Vincent l’a reçu dans le cadre de son émission de radio étudiante en baladodiffusion.

Organisée par la ministre des Festivités du Séminaire de Chicoutimi, Marie Sirois, et la technicienne en loisirs, Mme Chantale Bourbonnais, cette journée d’activités, qui se couronnait avec le spectacle de l’humoriste, avait comme mission de récompenser les élèves avant le congé des Fêtes.

Vincent, témoin de précieuses confidences, a appris que Michel Mpambara a étudié en théâtre à l’Université Laval et qu’il a officiellement commencé sa carrière en 1996 au gala Juste pour rire, animé par Yvon Deschamps. « Il a lancé son premier spectacle solo en 2000 en gagnant, la même année, le Félix du meilleur spectacle d’humour », poursuit Vincent.

Échange

L’élève a échangé pendant quelques minutes avec un homme rempli d’enthousiasme et qui se relève courageusement des problèmes l’ayant forcé à mettre une pause sur sa carrière.

« Lorsque j’ai demandé à Michel Mpambara ce qui l’a poussé à relancer sa carrière, il m’a répondu que ça faisait un bout qu’il essayait de la relancer », raconte le jeune Vincent.

« J’avais arrêté pour des problèmes de santé mentale et d’autres problèmes. Quand j’ai recommencé, ce n’était pas évident de reprendre de la crédibilité. Heureusement, je viens de signer avec la grande équipe de PPS Canada », a révélé l’humoriste qui se sentait prêt à recommencer. PPS Canada est une agence d’artistes qui organise aussi des évènements.

En plus de présenter des conférences sur la santé mentale dans des écoles, dans des entreprises et au sein d’organismes, Michel Mpambara est aussi porte-parole de la campagne Bell cause pour la cause.

« Celui qui anime ses conférences avec une touche d’humour croit que les jeunes ont moins de préjugés au sujet des problèmes de santé mentale. Il a même l’impression que les jeunes ont plus d’écoute », rapporte Vincent.

« Quand ça fait 100 shows que tu présentes, à un moment donné, tu peux faire ton show en pensant à autre chose. On est comme sur le pilote automatique. Là, je suis comme sur la fébrilité du début, je me souviens comment c’était. Et surtout, j’ai envie de le séduire, c’est un nouveau public et j’ai envie de le conquérir », conclut le passionné humoriste, à une heure d’entrer sur scène.

Récompense

À l’approche du temps des Fêtes, Vincent remarque que plusieurs écoles offrent différentes activités à leurs élèves dans le but de décompresser et de passer du bon temps entre amis avant le début du congé.

« C’est le cas du Séminaire de Chicoutimi qui a organisé cette journée de Noël le 19 décembre dernier. À l’intérieur, les élèves ont pu choisir de jouer à des jeux de société, accompagnés d’un chansonnier, de participer à un tournoi du jeu vidéo Smash Bros, de prendre part à une épreuve de basketball, de pratiquer le tennis de table ou le Mississippi ou de jouer au Bingo », énumère Vincent.

Pendant qu’une partie des jeunes s’amusaient dans l’école, les autres étaient à l’extérieur pour profiter d’un feu de camp, boire du chocolat chaud, jouer au hockey bottine, participer à un concours de sciotte et glisser.

« Bref, il y en avait pour tous les goûts. Le tout se terminait par le spectacle de l’humoriste Michel Mpambara et par des feux d’artifice orchestrés par l’entreprise PyroSpek. On pouvait ressentir la fébrilité liée à l’approche des vacances », conclut le ministre des Communications dans un communiqué envoyé au journal Le Progrès.

Tout comme Vincent, si vous avez envie de vous impliquer et vivre des expériences journalistiques, contactez-moi par courriel mviau@lequotidien.com ou sur ma page Facebook (https ://www.facebook.com/melissa.viau).