Depuis le mois de janvier, Nancy Bergeron, une artiste de Saint-Fulgence, fabrique des marionnettes. Elle tient dans ses mains Grognon, sa toute première création.

Elle fabrique de magnifiques marionnettes

CHRONIQUE / Installée dans la municipalité de Saint-Fulgence, dans son atelier avec vue sur le Saguenay, Nancy Bergeron vit dans un environnement propice à la création. Après les toiles, les fresques et les inukshuks faits de roches de la Gaspésie, voici que l'artiste fabrique des marionnettes.
Quand on pousse la porte du 370 A rue Saguenay, à Saint-Fulgence, on a l'impression de découvrir une mystérieuse maison de marionnettes. Toutes les semaines, une dizaine de personnages, baptisés les Gribouilles, viennent au monde dans cet univers. « J'en fabrique depuis le mois de janvier. Je ne compte plus le nombre que j'ai fait », souligne Nancy Bergeron en riant. Qu'elle soit à la machine à coudre ou en train de peindre, sa fidèle petite compagne poilue, Sammy, est toujours à ses côtés. Bien qu'elle doive avoir un autre emploi pour boucler les fins de mois, l'artiste rêve du jour où elle pourra gagner sa vie en faisant ce qu'elle aime le plus au monde, soit créer.
Son conjoint, Paul Tremblay, est toujours là pour l'épauler, croire en elle et l'aider à réaliser ses idées. Le couple a longuement fouillé dans les livres et sur internet pour développer des méthodes de fabrication de marionnettes. Après quelques essais et erreurs, Nancy tenait enfin entre ses mains son prototype. « Je l'ai appelé Grognon, et même si j'ai eu bien des offres, celui-là, je ne le vendrai jamais. C'est le premier. Il a quelque chose de symbolique », souligne-t-elle. Tout comme Grognon, chaque personnage faisant partie de la grande famille des Gribouilles porte un nom original.
Pour faire connaître ses nouvelles créations, Nancy s'est fait une page Facebook (Les Gribouilles). Elle a aussi approché la responsable de la boutique de la Pulperie de Chicoutimi, Suzie Perron, pour vendre quelques-unes de ses oeuvres. « Au début, madame Perron semblait un peu septique, mais quand je suis débarquée avec mes boîtes de marionnettes et que j'ai vu leurs réactions, je n'en revenais pas », se remémore la mère des Gribouilles. En effet, tous les adultes présents ont pris des marionnettes et se sont mis à les faire parler en riant et en s'amusant. « Je me suis dit que ça allait bien se vendre », poursuit l'artiste avec enthousiasme.
Ce qui tombe à point, c'est que la Pulperie accueillera une exposition de marionnettes, du 3 juin au 1er octobre prochain. Il sera possible de voir 65 ans d'histoire de marionnettes de la télévision de Radio-Canada. Gageons qu'en sortant de là, les visiteurs auront bien envie de replonger dans leur enfance en adoptant un personnage signé Nancy Bergeron.
Intervention
La marionnette est un moyen d'expression et de communication qui contribue au développement de l'enfant. Pas surprenant qu'elle ait si souvent volé la vedette au petit écran. Que ce soit à la maison, à l'école, au travail ou à la garderie, la marionnette est devenue un outil d'intervention prisé par les intervenants en psychologie. Tous ceux qui ont écouté l'émission Les Beaux Malaises savent qu'elle peut aussi servir à faire parler les adultes !
Pour en savoir plus, visitez la page Facebook de l'artiste (Les Gribouilles) : www.facebook.com/fresquedart123/?fref=ts