Cet été, parmi tous les contrats de fabrication de marionnettes qu’elle a reçus, Nancy Bergeron devait livrer 175 personnages pour les écoles et les CPE.

Des marionnettes fabriquées à Saint-Fulgence

CHRONIQUE / Depuis quelques jours, 175 marionnettes font progressivement leur entrée dans les écoles primaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et les centres de la petite enfance (CPE).

Derrière ces mignonnes peluches, conçues par une artiste du Saguenay, se cache une grande mission, soit d’assurer la transition des petits vers la maternelle, en utilisant une formule innovatrice.

« En partenariat avec le réseau de la santé et des services sociaux, la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a actualisé ses outils », mentionne Régis Lavoie, directeur adjoint aux services éducatifs jeunes.

Un concours est en cours pour déterminer quel nom portera le petit chien jardinier. « Notre mascotte est un jardinier qui doit entretenir, nourrir et donner un environnement favorable pour que ses plantes puissent grandir et fleurir. À l’école, nous avons la même mission, soit d’offrir un environnement rassurant pour que nos élèves s’épanouissent », poursuit M Régis.

La mascotte, qui considère que c’est en jouant et en ayant du plaisir qu’on apprend, est en vedette sur plusieurs objets promotionnels entourant le programme 1, 2, 3 vers la maternelle. « On remet, entre autres, un boîtier aux parents avec des crayons qu’ils peuvent avoir à portée de main pour occuper un enfant au lieu d’utiliser des appareils électroniques. » Un napperon suggère aussi des activités d’éveil vers l’école. « Préparer un enfant vers la maternelle, ce n’est pas lui apprendre à lire et à écrire. C’est l’amener vers l’autonomie, l’aider à développer son langage et ses relations avec les autres », ajoute M Régis.

De plus, le personnage incarné par la marionnette apparaît dans tous les documents vers la transition maternelle 4 ans et 5 ans. Avant la rentrée, l’équipe-école a aussi reçu un portrait, complété par les parents et les intervenants en milieu de garde, pour mieux connaître leur futur élève.

« Au-delà de tous ces outils, on veut prévoir une transition de qualité vers l’école. Ce moment est très important et aura un impact à court et à long terme sur le parcours scolaire de l’enfant », conclut M Lavoie.

L’artiste

Quand Nancy Bergeron a appris qu’elle obtenait le contrat de fabrication des 175 marionnettes, l’artiste de Saint-Fulgence avait deux mois pour livrer la marchandise.

Elle a donc passé un été à la hauteur de ses rêves, à bricoler dans son atelier. Dès 7h le matin, et parfois même jusqu’à 21h, elle était en poste. Quotidiennement, à raison de deux heures par jour, sa bonne amie Diane Grenier venait la rejoindre pour travailler bénévolement à assembler les marionnettes qui mesurent environ 20 pouces de haut. « J’ai aussi pu compter sur l’aide de deux autres amies et de mon conjoint, Paul Tremblay, qui est toujours là pour m’aider », précise-t-elle.

Les techniques qu’elle utilise sont artisanales; tout est fait à la main et elle n’a pas peur de l’ouvrage. « Je vais m’ajuster selon les contrats que je recevrai, souligne celle qui se dit prête à concevoir des milliers de marionnettes. Au besoin, j’engagerai des employés pour m’aider. »

L’artiste peintre n’a jamais cessé de créer, malgré son travail à temps plein pour la Ville de Saguenay. En effet, depuis les sept dernières années, elle entretenait les terrains sportifs. Il y a quelques mois, elle a lâché ce travail afin de se consacrer à la conception de ses marionnettes, qu’elle a baptisées Les Gribouilles. Inspirée par les marchés de Noël, sa boutique L’Atelier-boutique La Flèche du Fjord sera éventuellement ouverte à l’année au public.

« Mon atelier est présentement en réaménagement. Je vais dédier une partie pour la confection de mes marionnettes et mes peintures, et l’autre partie pour présenter des produits d’artisans de la région. Évidemment, je fais beaucoup plus d’heures que lorsque je travaillais pour la Ville, mais ici, je suis dans mon élément », conclut Mme Nancy.

Les 175 marionnettes font progressivement leur entrée dans les écoles de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay et les CPE.