L’éducateur canin Michel Lacasse propose des visioconférences en direct pour régler les mauvais comportements des chiens. Le voici avec son fidèle compagnon Max, qui adore lui servir de modèle.
L’éducateur canin Michel Lacasse propose des visioconférences en direct pour régler les mauvais comportements des chiens. Le voici avec son fidèle compagnon Max, qui adore lui servir de modèle.

Des formations en ligne pour tout genre d’élève

CHRONIQUE / En ce temps de confinement, il n’y a pas que les étudiants qui bénéficient de formation en ligne ! L’enseignant Stéphan Labbé, qui est aussi éducateur canin, s’est lancé à fond dans le télétravail pour accommoder tous les élèves qui l’entourent.

Inspiré par le succès qu’il réalise en télétravail avec ses élèves de troisième secondaire de l’École polyvalente Arvida et notant très peu d’absentéisme, l’homme de Jonquière a réfléchi à un concept semblable pour accommoder les maîtres des chiots.

« J’avais 30 élèves qui attendaient de suivre le cours de base avec leur chiot. La plupart souhaitaient prévenir les mauvais plis. J’ai donc répondu à une demande », souligne le propriétaire du Groupe Canin Saguenay, qui cumule plus de 25 ans d’expérience.

Il a réfléchi longtemps avant d’envoyer cette proposition à la population, via la page Facebook de son école d’obéissance. « Avant de peser sur le bouton “publier”, je me suis demandé dans quoi je m’embarquais ! Je devais aussi aménager mon garage pour qu’il ressemble à une salle de cours », poursuit l’entrepreneur.

Cette initiative lui a permis de venir en aide à 24 personnes des quatre coins du Québec ayant des chiots âgés de 2 à 8 mois. « Si jamais il y a une rechute du virus à l’automne et qu’on doit être reconfinés, j’aurai un programme de fait », réfléchit M. Labbé.

Après avoir payé leur adhésion plus qu’abordable, les membres étaient invités à le joindre dans son groupe privé. Tous les mardis soir, depuis le 26 mai, ils ont accès à des vidéos exclusives, lesquelles progresseront pendant quatre semaines. « Je vais suivre mon plan de cours. Les gens apprendront à leur chiot le assis, le coucher et la marche au pied. Ils vont aussi voir les signaux d’apaisement et la hiérarchie chez le chien. »

En tout, il y aura une vingtaine de capsules d’une dizaine de minutes chacune. Le contenu ne pourra pas être partagé, afin de protéger la propriété intellectuelle.

Compréhensif, il se montre toujours disponible par téléphone ou par visioconférence si un de ses élèves a besoin d’une précision. « L’avantage du groupe, c’est que les gens peuvent échanger et présenter leur chien. Je peux aussi accueillir un plus grand groupe qu’à la normale, car je ne suis pas limité par un local. Avec mes groupes plus avancés, les rencontres se feront éventuellement dehors, parce que je ne sais pas quand j’aurai accès à ma salle et sous quelles conditions. »

Au bout de quatre semaines en apprentissage virtuel, M. Labbé organisera une rencontre à l’extérieur pour peaufiner les apprentissages de ce groupe de 24.

Mauvais comportements

De son côté, Michel Lacasse a l’habitude de se déplacer chez ses clients pour régler les mauvais comportements de leur chien. « Comme on n’a pas le droit d’entrer dans les maisons, je cherchais une solution pour ne pas laisser les gens sans ressources », raconte l’éducateur canin, qui effectue son travail sur le territoire de Montréal.

M. Lacasse a donc proposé à la population de faire des consultations par visioconférence, en direct. Sa nouvelle formule est si appréciée qu’il compte la garder, même après le confinement.

« Je suis plus occupé qu’en temps normal, lance-t-il. Comme je n’ai pas de déplacements à faire, je peux facilement prendre trois ou quatre clients dans la journée et les frais sont beaucoup moins élevés. »

Les demandes proviennent de partout au Québec, puisqu’il n’est plus limité à sa région. Dans les cas plus risqués, notamment au niveau des chiens agressifs, l’éducateur dresse une liste d’attente, laquelle contient déjà 70 noms, pour se rendre sur place éventuellement.

Ses deux chiens, Max et Yogi, l’assistent quand les gens ont besoin d’exemples visuels. « Les clients sont vraiment contents et trouvent ça très efficace », conclut Michel Lacasse.

Étant enseignant et éducateur canin, Stéphan Labbé réalise des capsules qu’il diffuse sur un groupe privé Facebook pour encadrer les gens ayant des chiots à éduquer.