Rose Choco-là compte un inventaire de 1500 moules différents et tout le matériel pour faire des emballages spéciaux.

De la passion à la chocolaterie

CHRONIQUE / Il y a cinq ans, Linda Simard s’inscrivait à un cours de cuisine afin d’apprendre à confectionner des chocolats. Se découvrant une véritable passion, en mai 2016, elle a démarré sa propre chocolaterie qu’elle a baptisée Rose Choco-là.

Installée dans sa maison, tous les jours, après son travail, l’Almatoise se réfugie dans son atelier pour confectionner des œuvres d’art chocolatées.

« Je fabrique moi-même toutes mes étiquettes, mes emballages, mes cartes d’affaires et mes publicités. Mes chocolats de fantaisie sont tous faits à base de chocolat au lait », mentionne la chocolatière qui compte un inventaire de 1500 moules. Depuis quelques semaines, elle prépare ses produits de Saint-Valentin qui ont nécessité 80 kilos de chocolat.

Sa chocolaterie est un projet à long terme, dans lequel elle souhaite s’amuser encore plus intensément quand elle aura pris sa retraite. « Je ne suis pas capable de m’imaginer à ne rien faire. J’aime aussi coudre, tricoter et peindre », souligne l’artisane dévouée.

Depuis 2016, Linda Simard ne compte plus les heures qu’elle passe dans son atelier à fabriquer des chocolats.

Pendant qu’elle façonne ses chocolats, elle ressent un sentiment de bonheur total. Artiste dans l’âme, elle a toujours aimé bricoler et songeait depuis longtemps à sa propre petite entreprise. « J’aime essayer plein de choses. J’ai même déjà fabriqué des bijoux. Le chocolat, c’est ma véritable passion », raconte-t-elle.

Presque toutes les fins de semaine, elle fait des sorties pour présenter ses chocolats dans les centres commerciaux, les salons d’artisans et les festivals. « Mon chum, Germain Harvey, qui est à la retraite, m’aide beaucoup. Il fait toutes les commissions et les livraisons pour la chocolaterie. Quand j’ai besoin d’aide pour l’emballage, il me donne un coup de main », relate Mme Linda. C’est lui qui a transformé le tiers du sous-sol de la maison en un atelier pratique et agréable.

Depuis quatre ans, Rose Choco-là a un point de vente chez Arachides Dépôt à Alma. Mme Linda peut compter sur quatre autres commerces d’Alma et de Val-Jalbert pour vendre ses sucreries. Ses produits vedettes diffèrent d’un endroit à l’autre, mais ses sucres à la crème, ses chocolats aux cerises et ses brochettes de guimauves connaissent une popularité assez généralisée. Rose Choco-là offre aussi des arrangements spéciaux pour les mariages, les naissances et les évènements de toute sorte.

Entreprise

Pendant 20 ans, Linda Simard a été gérante d’un bar à Alma. Depuis cinq ans, elle travaille dans les cuisines des écoles pour la compagnie Coopsco. Elle vient d’ailleurs d’obtenir un poste d’aide-cuisinière au Collège d’Alma où elle est responsable des desserts. Il y a quatre ans, alors qu’elle venait de passer le cap de la cinquantaine, son chum et ses enfants l’ont encouragée à réaliser son rêve.

« J’avais longtemps mis sur pause certains projets, par obligations familiales. À 52 ans, je me disais que si je ne le faisais pas là, je ne le ferais jamais. J’ai fait les démarches, sur Internet, pour enregistrer mon entreprise Rose Choco-là », se remémore-t-elle. Quelques jours plus tard, un préposé la rappelait pour en savoir plus et connaître un peu la signification de son nom d’entreprise. « Rose pour ma petite-fille Rosalie. À ce moment, j’en avais juste une. Pour ce qui est du là, le monsieur a ri en disant que ça représentait bien le monde du Lac », se souvient l’entrepreneure.

Bien que Linda soit le bébé d’une grande famille de 10 enfants, elle est la seule à être entrepreneuse. De toute évidence, elle a transmis la flamme à ses enfants puisque sa fille, Marie-Christine Dufour, a un salon de coiffure et son fils, Keven Dufour, est propriétaire de l’entreprise Souvenirs du Hangar qui offre des créations sur bois.

La chocolatière a utilisé 80 kilos de chocolat pour préparer son inventaire de la Saint-Valentin.

« C’est drôle, parce que le garçon de mon chum est aussi entrepreneur à Montréal, comme monteur de lignes », précise Mme Simard. La tête pleine d’idées, la propriétaire de Rose Choco-là rêve un jour de faire des gâteaux. « J’en fais déjà à mes proches, mais ça prend un autre permis si je veux en vendre. J’ai aussi déjà pensé avoir une boutique, mais c’est beaucoup trop dispendieux », conclut-elle.

Prochaines sorties

Linda Simard et sa chocolaterie Rose Choco-là vous donnent rendez-vous du 7 au 9 février, aux Galeries Lac-Saint-Jean à Alma pour la fête de la Saint-Valentin; du 19 au 22 mars au Faubourg Sagamie de Jonquière, pour honorer la fête de Pâques; et du 2 au 5 avril au Centre Alma, toujours pour présenter son inventaire de Pâques.

Pour en savoir plus, visitez sa page Facebook qui compte plus de 1000 membres : www.facebook.com/Rosechocola.