Le Quotidien
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Les influenceurs influencent qui ?

Entre elle et lui

Les influenceurs influencent qui ?

CHRONIQUE / Il m’arrive parfois de m’abonner aux comptes Instagram de gens reconnus comme étant des influenceurs. Mais pour être bien honnête, ça ne dure jamais très longtemps. La beauté, c’est qu’on peut se désabonner par un simple clic. Ciao, bye, je vous ai assez vu.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Terminé, le bon vieux câble

Entre elle et lui

Terminé, le bon vieux câble

CHRONIQUE / Je n’ai pas « le câble » depuis le mois de novembre 2020. On ne s’est pas abonné à un forfait télé lorsqu’on a déménagé et on se demandait si on allait tenir le coup. Quatorze mois plus tard, je vous dirais que le bon vieux câble ne nous manque pas tellement.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
On aurait donc dû

Entre elle et lui

On aurait donc dû

CHRONIQUE / Je vous parlais des futiles résolutions du Nouvel An la semaine dernière. Des résolutions banales que la plupart d’entre nous ne tiendront pas, moi la première. Il y a en toutefois une que tout le monde devrait tenir. Celle de prendre soin de ceux qu’on aime et d’en apprécier la présence.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Résolu à ne pas en faire

Entre elle et lui

Résolu à ne pas en faire

CHRONIQUE / Quand j’étais jeune, il y avait deux tâches auxquelles on ne pouvait pas échapper : aller à la confesse et prendre des résolutions du Nouvel An. C’était, en quelque sorte, notre devoir de catholique.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
L’amour des proches plus que tout

Entre elle et lui

L’amour des proches plus que tout

CHRONIQUE / Dans le temps des Fêtes, ce n’est pas moi qui fais rouler l’industrie du cadeau. Pour moi, Noël est essentiellement une fête de famille. Le plus beau cadeau, c’est d’être ensemble. Les boîtes au pied de l’arbre n’ont aucune importance.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Le casse-tête des cadeaux de Noël

Entre elle et lui

Le casse-tête des cadeaux de Noël

CHRONIQUE / La semaine dernière, je vous disais que je faisais toujours mes cadeaux de Noël à la dernière minute et que je ne décorais pas. Cette chronique n’était en fait qu’un tissu de mensonges. Je ne sais pas quelle mouche m’a piquée cette année, mais non seulement j’ai installé un magnifique sapin de Noël dans mon salon, j’ai aussi commencé à acheter les cadeaux destinés à mes proches. Un 4 décembre, qui l’eût cru ? Un peu plus et je mets de la musique de Noël à la maison. Non, pas à ce point-là.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
La «grincheuse» de Noël

Entre elle et lui

La «grincheuse» de Noël

CHRONIQUE / Une amie m’a traitée de « grinch » de Noël, il y a quelques jours. Je lui disais que je ne décorais pas à la maison, que je n’avais pas commencé mes cadeaux de Noël et que je détestais la musique du temps des Fêtes. Bon, dit comme ça, j’avoue que j’ai l’air pas mal grincheuse.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Le retour (définitif?) des partys

Entre elle et lui

Le retour (définitif?) des partys

CHRONIQUE / La semaine dernière, je suis allé à deux partys. DEUX PARTYS ! Deux de plus qu’au cours des 20 derniers mois. J’ai assisté à la fête pour la retraite du policier Bruno Cormier et à mon party des Fêtes du journal. Presque deux ans sans voir mes collègues, je ne pensais jamais vivre ça. Je ne pensais surtout pas que je m’ennuierais. Finalement, je me demande si je pourrai prendre ma retraite un jour, si je risque de m’ennuyer autant.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Le courage de nos bâtisseurs

Entre elle et lui

Le courage de nos bâtisseurs

CHRONIQUE / Je suis allé au cinéma voir le film Maria Chapdelaine. Je tenais à le voir en salle, car on disait que les images étaient d’une grande beauté et que ça en valait la peine. Je n’ai pas été déçu.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Ah les relationnistes!

Entre elle et lui

Ah les relationnistes!

CHRONIQUE / Les gens ne le savent pas, mais il existe une relation d’amour-haine entre les journalistes et les responsables d’affaires publiques. Les porte-parole, comme on les appelle.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Toujours trop, jamais assez

Entre elle et lui

Toujours trop, jamais assez

CHRONIQUE / Plusieurs mairesses ont été élues, dimanche soir, au terme d’une longue campagne électorale municipale. La parité a même été atteinte à la mairie des huit plus grandes villes du Québec. On ne peut que s’en réjouir, bien évidemment.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Pour l’heure avancée

Entre elle et lui

Pour l’heure avancée

CHRONIQUE / Cette semaine, Patricia et moi, on fait nos indépendants. Elle tenait absolument à parler de la percée des femmes en politique municipale. La guerre des sexes, j’ai déjà donné. Et selon moi, la compétence n’a pas de sexe. Je ne vois jamais le sexe de la personne pour qui je vote ou à qui j’accorde de la crédibilité au bulletin de nouvelles. Une femme ne devrait jamais être élue ou travailler à un poste de direction uniquement parce que c’est une femme. De toute façon, je ne pense pas que ce soit le cas. Une femme qui atteint le sommet, ça ne m’impressionne pas, parce que, je le répète, selon moi, une femme est aussi compétente qu’un homme. Point final.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Comme simple citoyen

Entre elle et lui

Comme simple citoyen

CHRONIQUE / Cette année, on ne peut pas dire que les élections fédérales et municipales ont bouleversé ma vie. Car pour la première fois depuis des décennies, je les ai suivies en tant que simple citoyen. Le journaliste en moi est resté bien tranquille. Je me suis concentré sur les enjeux qui m’intéressent afin d’orienter mon vote, tant lors du scrutin fédéral qu’en prévision de mon vote de dimanche — ben oui, j’étais tellement déconnecté que j’ai oublié d’y aller par anticipation dimanche dernier —, sans devoir me soucier d’informer les lecteurs du journal.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Enfin le 7 novembre

Entre elle et lui

Enfin le 7 novembre

CHRONIQUE / J’ai l’impression que nous sommes en campagne électorale depuis le printemps dernier. Ç’a commencé avec le municipal, les bilans de mandat et les possibles candidatures à la mairie de telle ou telle ville. Le municipal a pris une pause pour faire place au fédéral, avec sa campagne éclair déclenchée sur le tard. Le municipal est revenu en force aussitôt les députés fédéraux élus. Et c’est reparti de plus belle.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Non aux sombreros, oui à l’infirmière cochonne...

Entre elle et lui

Non aux sombreros, oui à l’infirmière cochonne...

CHRONIQUE / Ne trouvez-vous pas que l’Halloween est devenue une fête de plus en plus délicate ? Lorsque je pense aux costumes d’Halloween que j’ai enfilés au cours de ma vie, je me dis que j’aurais pu faire polémique plus d’une fois. Oui, j’ai fait de l’appropriation culturelle lorsque j’étais enfant.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Sans mon petit soldat romain

Entre elle et lui

Sans mon petit soldat romain

CHRONIQUE / L’Halloween n’a jamais été une fête importante pour moi. En fait, je m’en passerais, de cette fête qui encourage la consommation de bonbons... Aujourd’hui, c’est synonyme de partys déguisés pour les jeunes et pour les un peu moins jeunes, mais à mon époque, on ne fêtait pas ça avec tout le faste d’aujourd’hui. L’Halloween, c’était la fête des bonbons, point à la ligne. Les petits se promenaient dans les rues à la chasse aux friandises, et c’était tout. Les décorations étaient aussi plus modestes, à part quelques maniaques qui se donnaient la peine de décorer.
La souris, la plateforme et la passion de Jimmy Laberge

Le Mag

La souris, la plateforme et la passion de Jimmy Laberge

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
L’aventure de Jimmy Laberge sur les réseaux sociaux n’a rien d’ordinaire. Le Chicoutimien, qui travaille en production événementielle pour le festival REGARD, est devenu une vedette du Web du jour au lendemain... grâce à une souris coincée chez lui. Aujourd’hui, plus de 300 000 abonnés le suivent dans sa véritable passion: la cuisine.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
L’automne et le 4e pouvoir

entre elle et lui

L’automne et le 4e pouvoir

CHRONIQUE / Je suis peut-être un peu extraterrestre, mais l’automne a toujours été ma saison préférée. Le temps plus frisquet, les couleurs dans les arbres, les beaux foulards et les soirées télé chargées de nouveaux téléromans me réconfortent.
Joël Rioux s'épanouit au travail

Le Mag

Joël Rioux s'épanouit au travail

Solveig Beaupuy
Solveig Beaupuy
Le Quotidien
Joël Rioux, 28 ans, travaille depuis plus de trois mois à la Boucherie Raymond et André, à Chicoutimi. Atteint du syndrome de Down, ou trisomie 21, il a su faire fi de ses différences, au grand bonheur de son employeur, de ses collègues et des clients, qui peuvent compter sur sa jovialité et son dévouement sans faille.
Normand Boivin
Le Quotidien
Normand Boivin
Une société de myopes

Entre elle et lui

Une société de myopes

CHRONIQUE / Je ne suis pas maniaque de technologies, mais je ne suis quand même pas un dinosaure. Je suis capable d’écouter la télé sur Internet avec Hélix, de brancher mon iPhone ou mon iPad sur la télé via Apple TV, de connecter mon ordinateur portable avec un fil HDMI, et je suis abonné à Netflix. Bref, je me débrouille comme la moyenne des gens. J’ai un iPhone 8 et mon prochain sera sûrement une version supérieure... pour prendre de bonnes photos.
Patricia Rainville
Le Quotidien
Patricia Rainville
Avec ou sans filtre

Entre elle et lui

Avec ou sans filtre

CHRONIQUE / J’ai changé mon cellulaire, il y a quelques jours. Jusque-là, rien pour écrire à sa mère, mais changer de cellulaire de nos jours est pratiquement devenu un événement. Comme bien des gens, la première utilité de mon cellulaire n’est plus de téléphoner, mais plutôt de prendre des photos. C’était d’ailleurs mon critère numéro 1 lorsque le gars de la boutique m’a demandé ce que je cherchais.
Emilie SG, une artiste inspirée par l'aventure

Le Mag

Emilie SG, une artiste inspirée par l'aventure

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Guide de plein air depuis une quinzaine d’années, Emilie SG flirte avec une nouvelle carrière de peintre depuis le début de la pandémie. Inspirée par le plein air et les nombreux endroits magiques qu’elle a visités, elle crée des ambiances féériques sur toile, en misant sur les paysages et des personnages qui ne sont ni abstraits ni réalistes, mais très colorés.