Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Libreados

Un banc de l’amitié pour se réfugier

CHRONIQUE / Depuis un mois, les élèves de l’école des Jolis-Prés de Laterrière qui se sentent seuls ou tristes pendant les récréations peuvent se réfugier sur le banc de l’amitié qui est supervisé par des élèves ayant reçu une formation.

En début d’année, comme ils le font depuis trois ans, les élèves qui siègent sur le comité de la récréation cherchaient des idées pour améliorer la logistique de leur cour d’école. Mégan, une élève de cinquième année, a lancé l’idée du banc de l’amitié. « Ce serait un banc pour les enfants qui se sentent seuls ou tristes », avait suggéré Mégan. Anaëlle souligne qu’elle y avait aussi pensé.

Libreados

De la musique aux affaires

CHRONIQUE / En mai 2006, Élyse Leclerc participait à la Mini Bio d’Ado. Elle était en cinquième année à l’école Sainte-Bernadette de Chicoutimi. La petite fille de 10 ans se préparait à changer d’école pour entrer dans le programme musique et faire sa sixième année à l’école De La Pulperie.

« J’ai bien aimé cette année en musique, mais j’ai trouvé ça difficile d’être loin de mes amis. Heureusement, dès mon secondaire, je les ai tous retrouvés au Séminaire de Chicoutimi », se remémore Élyse, qui a maintenant 24 ans.

Libre@dos

Alexandra Gravel… 14 ans plus tard

CHRONIQUE / À 17 ans, Alexandra Gravel collectionnait les poupées, écoutait des films québécois et se pâmait sur la série Buffy.

Pour s’exprimer, elle écrivait des histoires, tapissait ses murs de chambres de personnalités connues et dessinait en rêvant au jour où elle écrirait des films.

Chroniques

Nelson est encore un ami aussi précieux

CHRONIQUE / À l’été 2006, Nelson Tremblay acceptait de participer à une entrevue pour le journal afin de parler de sa passion pour le hockey, qu’il venait à peine de découvrir.

À ce moment-là, il fréquentait la maison des jeunes l’Évasion de Chicoutimi et il consacrait tous ses temps libres à l’entraînement dans l’espoir de faire partie d’une équipe de hockey à l’automne.

Libre@dos

Les parents font partie du succès

CHRONIQUE / Dernièrement, j’ai eu la chance d’aller voir Ely Dagenais, le garçon de ma cousine Kim Sabourin, jouer au hockey. J’avais regardé moins de cinq parties de hockey au complet dans ma vie et encore moins dans un aréna.

« Moi, j’ai vu au moins mille parties de hockey », me lance la fillette de huit ans. Généreuse et dévouée, Kim aime faire plaisir à ses enfants. Depuis deux ans, elle leur fait même une patinoire dans sa cour. 

Depuis six ans, toutes les fins de semaine, de septembre à mars, Kim, Ely et sa petite sœur Lexiane prennent la direction de l’aréna pour une partie, une pratique ou un tournoi.

« Une fois par semaine, on a aussi un soir de pratique qui adonne en même temps que la pratique de cheerleading de Lexiane », précise Kim, qui doit alors se séparer en deux !

Les parents des 14 enfants de l’équipe d’Ely se connaissent et développent des liens d’amitié. « Chaque année on souhaite se revoir, en espérant que nos enfants seront dans la même catégorie », poursuit Kim.

Certains pères jouent même dans des ligues d’adultes. Tout le monde espère que leur protégé se rendra le plus loin possible dans cette discipline.

« Un grand-père, qui ne manque jamais une partie de son petit-fils, a côtoyé Maurice Richard. Il a bien failli faire la Ligue nationale de hockey, mais il n’a finalement pas pu parce que ses parents n’avaient pas les moyens financiers », me confie ma cousine.

Tournois

Cette année, les pee-wee A, la catégorie dans laquelle évolue leur garçon de 11 ans, disputeront trois tournois à l’extérieur de leur ville. Les parents doivent alors payer l’essence, réserver l’hôtel et débourser pour les repas au restaurant. Pour les jeunes joueurs, c’est une fin de semaine de fête. « Ces fins de semaine soudent vraiment l’équipe. Les enfants en oublient même les défaites », remarque la mère impliquée. 

Ely se préparait à embarquer sur la glace quand ma cousine Kim se précipite vers un banc bien précis. « Ils ont gagné hier et j’étais assise là. On ne changera pas une formule gagnante », me dit-elle en indiquant que le coach a gardé le même chandail de la victoire qu’il portait hier. 

Dans les estrades, les parents crient et font entendre leur présence avec des objets bruyants. Selon eux, tous ces rituels conduisent vers la victoire. Évidemment, il y a en a qui sont plus gênants, qui prennent ça trop à cœur et qui gueulent contre les arbitres. « Ce n’est vraiment pas la majorité », me rassure Kim.

Certains enfants pleurent sur la glace quand ils perdent, mais, encore une fois, eux aussi ne font pas partie de la majorité. « Même que les parents sont souvent plus déçus des défaites que l’enfant lui-même, qui s’est amusé », ajoute-t-elle.

Frais

Tous les ans, en plus de l’équipement à changer parce qu’ils grandissent vite, les parents de joueurs de hockey doivent payer l’inscription de leur enfant dans le club et l’association.

« On doit aussi contribuer au fonds d’équipe qui permet de payer les coûts lors des rassemblements et des photos d’équipe, mentionne Kim. Cette année, au lieu de vendre différents objets, chercher des commanditaires ou faire de l’emballage dans les épiceries, ce qui demande beaucoup de temps de la part des parents, on a décidé qu’on mettait 100 $ par enfant dans le fonds. »

Libre@dos

Ces clients impatients et impolis

CHRONIQUE / Je remarque que la clientèle, dans les restaurants rapides, n’est pas toujours facile. Les gens sont souvent pressés pour rien, impolis et exigeants envers ces jeunes travailleurs qui vivent leur première expérience de travail.

On sent sur les épaules des employés la pression du manque de main-d’œuvre qu’ils doivent pallier du mieux qu’ils peuvent.

Libre@dos

Une opération qui a sauvé la vie de Véronique Perron

CHRONIQUE / En septembre 2007, Véronique Perron recevait l’appui de toute son école alors qu’elle s’apprêtait à vivre une importante opération.

Elle venait à peine de faire son entrée au secondaire et déjà tous les élèves de son école secondaire de l’Odyssée Lafontaine s’étaient mobilisés pour amasser de l’argent afin que sa mère puisse rester à son chevet, le grand jour venu, sans avoir à se soucier des problèmes financiers.

Libre@dos

Mariée et mère de trois enfants

CHRONIQUE / Il y a presque 15 ans, Marie-Claude Bédard participait à La Mini Bio-d’Ado du journal Le Progrès. L’élève de 17 ans était en cinquième secondaire, à l’école Charles-Gravel, et faisait partie du journal étudiant Le Gravillon.

Elle était attirée par le théâtre et les arts. « J’étais timide, mais quand je me retrouvais avec mes amis, j’aimais prendre la parole et m’exprimer. J’ai souvent passé dans les pages ado du journal Le Progrès pour parler de différents sujets, dont l’environnement », se remémore Marie-Claude.

Libre@dos

Sa vocation est d’aider les autres

CHRONIQUE / En mars 2000, à l’âge de 12 ans, Mylène Brunet apprend que deux types de cancer des os se sont logés dans son fémur. Sa première année au secondaire se passe à la maison.

Pendant 15 mois, sans jamais prendre de retard au niveau académique, elle s’accroche à la vie malgré la souffrance des traitements.

Libre@dos

Toujours aussi marginale

CHRONIQUE / En 2006, Camille-Léa Simard se confiait au Progrès, dans le cadre de la mini-bio d’ados. Elle se décrivait comme marginale et fonceuse.

À 15 ans, elle se sentait différente des autres. Elle bouillonnait de projets et aspirait à une carrière de thanatologue, comme sa tante Renée Simard, qu’elle admirait tant.

Libre@dos

Toujours aussi croyante 15 ans plus tard

CHRONIQUE / En 2005, après avoir visité les installations du Progrès du Saguenay, Valérie Carrier concrétise son intérêt pour l’écriture et le journalisme en proposant un texte au journal Le Progrès.

Du haut de ses 16 ans, la jeune catholique expose pour la première fois ses croyances. Près de 15 ans plus tard, elle avoue que son amour pour Dieu est toujours aussi important.

Libre@dos

Alexis... 16 ans plus tard

En 2003, à l’âge de 12 ans, Alexis Girard quitte le centre-ville de Chicoutimi pour déménager dans le secteur nord. Ayant changé d’école, sa chienne Pénélope devient très significative dans sa vie.

« À cette époque, je n’avais pas beaucoup d’amis, mais Pénélope était là. Elle dormait avec moi tous les soirs, dans mon lit », raconte Alexis.

Libre@dos

Vincent face à l’intimidation

CHRONIQUE / Vincent Gosselin retire beaucoup de positif de sa participation aux ateliers 360, réalisés au Séminaire de Chicoutimi dans le cadre de la semaine contre l’intimidation.

« Si tu es capable de te mettre à la place de l’autre, tu n’auras pas le goût de lui faire du mal. Ce sont les paroles de Vanessa Remy-Sauriol, la responsable des Ateliers 360 de la Fondation Jasmin Roy Sophie Desmarais.

Libre@dos

Sur la piste des «bibittes»

CHRONIQUE / En 2012, quand il a créé son entreprise La Bibitte Mobile, Pierre-Olivier Ouellet souhaitait simplement financer son voyage grâce à ce projet étudiant.

L’étudiant en biologie proposait des animations dans les écoles pour parler de sa passion pour les bibittes. « C’est au secondaire, en assistant à ce genre de conférences, que j’avais moi-même commencé à m’intéresser aux insectes », explique Pierre-Olivier.

Libre@dos

Rencontre privée avec son auteur préféré

CHRONIQUE / Le 26 septembre, après plus d’une heure de trajet en autobus pour arriver au Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Méggann Morel Gauthier a vu son auteur préféré lui passer sous les yeux. Maxim Roy venait de terminer sa période de dédicace.

Les larmes coulent sur les joues de la jeune fille de 11 ans qui tient ses trois précieux livres Les Dragouilles dans ses mains. « Je voulais que Maxim Roy signe mes livres », confie Méggann. L’équipe du Salon, ayant l’habitude de réaliser des petits miracles, se met en branle pour concrétiser le rêve de l’élève de l’école Notre-Dame-du-Rosaire de Lamarche.

Libr@dos

Ces phrases qui changent la vie

CHRONIQUE / Que ça sorte de la bouche d’un inconnu, d’un prof ou d’un ami, il y a des phrases qui semblent avoir un impact sur notre destin.

Dans mon cas, ces inoubliables mots restent gravés dans ma tête. Je me souviens de l’endroit, la température et tous les moindres détails, comme si c’était hier.

Libre@dos

Le Séminaire facilite la transition primaire-secondaire

CHRONIQUE / Pour l’année scolaire 2019-2020, c’est Vincent Gosselin qui succédera à Virginie Houle pour incarner le rôle du ministre des Communications au Séminaire de Chicoutimi. Encadré par Chantale Bourbonnais, technicienne en loisirs au Séminaire de Chicoutimi, l’élève de quatrième secondaire rédigera régulièrement des nouvelles de son école à l’intention des lecteurs du journal Le Progrès. Après son secondaire, le jeune homme de 15 ans souhaite poursuivre ses études dans le milieu des communications dans l’optique de devenir journaliste spécialisé en politique. D’ailleurs, l’an passé, il avait organisé une activité d’Électeurs en herbe dans son école. Voici donc le premier communiqué que Vincent nous livre pour relater la rentrée 2019.

« Alors que des milliers de jeunes, partout au Québec, sont récemment retournés sur les bancs d’école, certains d’entre eux ont dû faire face à un passage important de leur vie : la transition primaire-secondaire.

Libre@dos

Mély L’Exploratrice démarre sa chaîne YouTube

CHRONIQUE / Quand les vacances d’été 2019 ont commencé, il était important pour Mélyna Vaillancourt de se trouver une occupation.

Après avoir appris que Boram, l’une des plus populaires « YouTubeuses » de la Corée du Sud, âgée de seulement six ans, avait pu s’acheter une maison de cinq étages d’une valeur de 10,6 M $, Mélyna a eu une idée.

Libre@dos

Désigné pour aider les autres

CHRONIQUE / Cette année, dans sa classe multiniveaux de 3e et 4e année, Guillaume Doré aura la chance d’aider ses collègues de classe de l’École primaire de la Pulperie de Chicoutimi.

« En juin, l’école nous a rencontrés pour nous demander si on acceptait que certains élèves, dont Guillaume, soient désignés pour aider les autres élèves de la classe », explique sa mère, Francine Lefebvre.

Libre@dos

Avoir hâte... et moins hâte

CHRONIQUE / Et voilà ! C’est reparti pour une autre année scolaire. Qu’ils aient hâte ou pas de recommencer l’école, les enfants adorent quand on leur laisse la parole. Alyson et William Lacasse nous expliquent pourquoi ils ont hâte et moins hâte de retourner sur les bancs d’école.

Alyson, huit ans, se dit impatiente de recommencer l’école, contrairement à William, son petit frère de six ans. « Je me suis ennuyée de mes amis et de Mme Hélène, mon enseignante de deuxième année qui a pris sa retraite. J’aime l’école. Je me suis même ennuyée de travailler dans mes livres », raconte l’élève qui vient de commencer sa troisième année à l’école La Source de Saint-Honoré.

Chroniques

Pattes de l'espoir: une porte-parole inspirante

CHRONIQUE / Le dimanche 8 septembre prochain, le Parc de la Rivière-du-Moulin accueillera les humains et les chiens pour une marche symbolique au profit de la Société canadienne du cancer.

La porte-parole de la 8e édition des Pattes de l’Espoir de Saguenay a déjà eu recours aux services de cet organisme. « Le cancer, ce n’est plus l’image d’une vieille personne mourante. C’est les enfants, les ados, les adultes… c’est toi, c’est moi », réfléchit Sabrina Lalancette, ayant une pensée pour sa grand-mère qui suit présentement des traitements de chimiothérapie.

Libre@dos

L’été de Noémie Perron: dans les rodéos et les gymkhanas

CHRONIQUE / L’été de Noémie Perron est loin d’être terminé. Il lui reste encore cinq fins de semaine de camping dans différents rodéos et gymkhana de la province.

Pendant que ses parents dorment dans leur campeur, Noémie préfère camper dans sa tente afin de relaxer seule et faire le plein d’énergie pour ses compétitions équestres. La jeune femme de Saint-Honoré est présentement première dans plusieurs épreuves, catégorie jeunesse et adulte.

Libre@dos

Complices en vacances

Marie-Michèle Hudon, Alysson Morin, Coralie Desbiens et Angélique Maltais ont passé une partie de leurs vacances d’été à incarner des personnages et à diriger les animaux dans le populaire spectacle La Fabuleuse histoire d’un Royaume.

Envoyez-nous les plus belles photos de vos vacances à mviau@lequotidien.com

Libreados

L'obsolescence programmée | L'opinion de Nathan, 11 ans

« Je me présente, je m’appelle Nathan Ford et je suis en sixième année à l’école Sainte-Bernadette de Jonquière. Je vous écris aujourd’hui pour vous donner mon opinion sur un phénomène qui me préoccupe de plus en plus de nos jours, l’obsolescence programmée.

Selon Wikipédia, l’obsolescence programmée se définit par l’ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d’un produit pour en augmenter le taux de remplacement.

Libreados

Aliments emballés avec du plastique | L’opinion d’Alyssa, 11 ans

Bonjour! Je m’appelle Alyssa et je suis en sixième année à l’école Sainte-Bernadette de Jonquière. Vous aurez sûrement remarqué que beaucoup d’aliments sont emballés avec du plastique non biodégradable et souvent, pour aucune raison.

Je suis contre ces pratiques et je crois que notre responsabilité est de préserver nos écosystèmes en réduisant notre consommation de plastique, et je vais vous expliquer pourquoi.

Libreados

Une arrivée remarquée au bal

Charlotte Noël a vécu son bal des finissants le 20 juin. L’élève de l’école secondaire de l’Odyssée Dominique-Racine, en concentration arts visuels, a réussi à faire une entrée remarquée en arrivant dans un panier d’épicerie poussé par son accompagnateur, Fabrice Potvin.

« Au départ, nous étions censés faire une entrée normale, à bord d’une voiture, mais j’ai changé d’idée à la dernière minute. Je voulais quelque chose de plus original », souligne Charlotte.

Libre@dos

Démystifier les classes d’aide

Gabriel est un élève de sixième année qui a réussi à cheminer au régulier, mais sa relation avec ses camardes a connu des épisodes sombres. Selon ce jeune de 12 ans, les classes d’aide peuvent être tout aussi éprouvantes qu’aidantes.

Ayant eu des difficultés à l’école reliées à sa dyslexie et à son trouble d’attention et d’hyper activité (TDAH), Gabriel a eu besoin d’un ordinateur portable pendant quelques années. Même s’il n’était pas en classe d’aide, il était catégorisé puisqu’il avait un outil différent.