À la découverte de la Côte-Nord [PHOTOS]

Comme plusieurs Québécois, vous avez choisi de visiter la Côte-Nord cette année ? Alors, prenez le temps d’arrêter dans les villes et les petits villages qui bordent la côte. Vous y ferez de belles découvertes.

Les gourmands seront comblés par les excellents restaurants de fruits de mer frais, particulièrement à Sept-Îles et à Havre-Saint-Pierre. Les passionnés d’ornithologie, d’archéologie, de pêche, de randonnées pédestres, de VTT et de camping sauvage – la liste pourrait être encore longue – y trouveront tous leur compte. En cette année exceptionnelle, il est important de bien préparer ses déplacements et ses visites, car plusieurs infrastructures sont fermées à cause de la pandémie. Partout, dans les lieux touristiques, à bord des traversiers, les normes émises par la santé publique sont appliquées et les touristes les respectent. Certains restaurants ont également réduit leurs heures d’ouverture. Mais, la nature est tellement belle et diversifiée, les gens sont tellement sympathiques et la nourriture tellement bonne que ça vaut la peine d’y aller pour refaire le plein de beau !

La Côte-Nord impressionne par ses dizaines de kilomètres de plages de sable fin, qui invitent à la détente. Il n’est pas rare de voir apparaître au large une baleine ou un autre mammifère marin.
Natashquan est le village natal du célèbre Gilles Vigneault. La maison de son enfance, une grande bâtisse jaune, se trouve sur l’allée des Galets. Tout au bout de cette même rue se trouve le Café L’Échouerie, où il est possible de déguster de délicieux fruits de mer, accompagnés d’une Muddler, bière produite localement par la Brasserie La Mouche. Et pourquoi ne pas aller digérer ce délicieux repas en vous baignant dans le fleuve, où l’eau est exceptionnellement chaude?
Le quai de Ragueneau offre un point de vue extraordinaire sur le fleuve. On peut y observer des dinosaures grandeur nature conçus en 1994.
Le village de Pashti-Baie a été rebaptisé Baie-Johan-Beetz en 1965 en l’honneur du naturaliste d’origine belge, qui y a vécu une bonne partie de sa vie. En 1918, grâce à ses connaissances en médecine, il a sauvé les habitants de la grippe espagnole en confinant le village. Sa maison, surnommée le Château, a été construite en 1899 et est maintenant classée immeuble patrimonial.
L’île aux Perroquets est située en face de Longue-Pointe-de-Mingan. Vous pouvez y observer l’oiseau emblème du parc, le macareux moine, de même que le petit pingouin, le guillemot marmette et le guillemot à miroir.
Lors des excursions en mer, il n’est pas rare de croiser des rorquals à bosse ou des phoques gris, pour le plus grand plaisir des passagers.
Le phare de l’île aux Perroquets a été érigé en 1888, à la suite de cinq importants naufrages. Avant le départ des excursions de la famille Vibert, Danielle Kavanagh, fille du dernier gardien de phare, Robert Kavanagh, raconte aux passagers comment elle a vécu son enfance sur l’île.
Les familles Loiselle et Vibert, de Longue-Pointe-de-Mingan, offrent des excursions sécuritaires vers l’île Nue et l’île aux Perroquets, propriétés de Parcs Canada.
Trois générations de Vibert travaillent dans l’entreprise familiale. De gauche à droite : Marius Vibert, Danielle Kavanagh, Michaël Côté-Vibert, Emmanuelle Vibert, Dominic Vigneault, David Vibert et Jessy Bourgeault.
Sur l’île Nue de Mingan se trouvent d’impressionnants monolithes. Certains mesurent près de 40 pieds. La circulation sur l’île est interdite, sauf sur le littoral et dans les zones aménagées, afin de protéger la végétation.