Contenu commandité

Voyages

Parc national des Great Smoky Mountains : Le sommet des Appalaches

Si on vous demandait de nommer le parc national le plus populaire des États-Unis, que répondriez-vous? Il y a fort à parier que des noms comme le Grand Canyon, Yosemite ou les Everglades ressortiraient. Et pourtant, le plus visité est... le parc national des Great Smoky Mountains.

Lire aussi : Gatlinburg, la porte d'entrée

Situé à la fois au Tennessee et en Caroline du Nord, ce parc, qui accueille chaque année plus de 9 millions de visiteurs, comprend une partie de la chaîne de montagnes des Appalaches, dont son point le plus élevé : le dôme de Clingmans.

Si des randonneurs y accèdent au bout de longues journées de marche à partir du célèbre sentier des Appalaches, une option beaucoup plus rapide (et facile!) est offerte aux visiteurs de passage.

Après avoir parcouru en voiture une longue route panoramique, on peut accéder à un stationnement d’où part un large sentier piéton bétonné d’à peine 800 mètres, qui mène en environ 30 minutes de marche au sommet. Les paysages sont magnifiques, et la faune aussi : des ours noirs sont parfois observés à quelques mètres seulement de la piste. Au bout de celle-ci, on trouve au milieu d’une forêt de conifères une tour d’observation impressionnante, à partir de laquelle on voit plusieurs autres sommets de monts des environs. À l’horizon, les petites villes de Gatlinburg et Pigeon Forge sont visibles lorsque le ciel est clair.

Voyages

Gatlinburg, la porte d’entrée

Le parc national des Great Smoky Mountains compte des terrains de camping à prix très abordables, mais il faut réserver sa place longtemps à l’avance, et le système « premier arrivé, premier servi » qui prévaut hors des périodes de pointe n’est pas très rassurant.

C’est pourquoi la petite ville de Gatlinburg, située au pied des montagnes, est l’endroit où la plupart des visiteurs de passage choisissent de dormir.

L’endroit compte un peu moins de 4000 habitants, une tonne d’hôtels et de motels et possède un charme démodé très kitsch. Difficile d’y trouver une épicerie, mais il ne manque pas de petites activités pour les journées de fatigue, surtout en famille : mini-golf, téléphérique, aquarium, magasins de fantaisie… et même un Musée des salières et des poivrières!

Côté restauration, le Log Cabin Pancake House est un incontournable pour un bon déjeuner bien gras, et plusieurs restaurants de barbecue se disputent la palme des meilleures côtes levées (nous avons eu une bonne expérience au Hungry Bear #2). Les distilleries de « moonshine » sont un classique dans le centre du village : le nom fait référence à l’alcool qui était illégalement produit pendant la prohibition, mais il s’agit aujourd’hui d’un spiritueux fait à partir de maïs, et aromatisé de façon originale (on peut acheter une jarre d’alcool goûtant le muffin aux bleuets, par exemple).

Bourlingueur

L’incendie de Nazareth

CHRONIQUE / Boom! Et boom encore. Deux détonations. Le bruit des pierres qui tombent et un nuage de poussière. J’ai reculé d’un pas.

Le soleil avait amorcé sa descente vers son lit, à l’horizon de Nazareth, en Israël. En plein ramadan, l’iftar approchait. L’appel à la prière enveloppait toute la vieille ville illuminée de blanc. Du balcon de l’auberge Fauzi Azar Inn, la plus vieille du quartier, j’admirais seul la vue apaisante quand les détonations ont résonné.

Voyages

Voyager selon sa conscience

Êtes-vous de ceux qui refusent de visiter un pays en raison d’une politique que vous désapprouvez, d’une tradition qui contredit vos valeurs ou de pratiques qui éprouvent votre bonne conscience? Selon trois experts, la morale des Québécois aurait plutôt tendance à s’effacer à l’étranger.

Laura ne doute pas du charme d’Israël. Ce berceau du monde judéo-chrétien et musulman suscite beaucoup d’intérêt chez la passionnée d’histoire, et ses amis israéliens voudraient bien qu’elle y pose sa valise quelque temps. Mais elle n’y mettra pas les pieds; son désaccord avec la politique intérieure de ce pays est plus fort que toute autre motivation.

«La question que je me pose avant de voyager, c’est : “À qui ira mon argent?” Les gouvernements récoltent beaucoup du tourisme avec les visas, les taxes et tout ça. Je préfère privilégier des pays où les gouvernements ne sont pas des dictatures avérées ou dont les valeurs ne sont pas contradictoires avec les miennes», explique Laura, entrepreneure de 36 ans.

Son aversion pour le communautarisme, par exemple, voilerait le plaisir d’un voyage dans un pays endoctriné de la sorte. Israël, Birmanie, Arabie saoudite… Laura ne risque pas d’y franchir la frontière de sitôt.

«Des pays parfaits, je sais très bien qu’il n’y en a pas. Et je ne sais pas tout sur tout, évoque candidement la jeune femme. Je fais des choix en fonction de mon niveau de connaissances, et on a tous des choses qui nous touchent plus que d’autres. Moi, c’est la politique.»

Voyages

Avez-vous une lettre de consentement?

Saviez-vous que lorsqu’un enfant voyage à l’étranger seul, avec un seul parent, un tuteur, des amis, des membres de la famille ou un groupe (par exemple, un groupe scolaire), il est conseillé que le jeune voyageur ait en sa possession une lettre de consentement ? Cette recommandation s’adresse à tous les mineurs, c’est-à-dire toutes personnes n’ayant pas atteint la majorité (18 ou 19 ans, selon la province ou le territoire de résidence).

Cette lettre n’est pas exigée par la loi au Canada, toutefois elle peut considérablement simplifier les voyages des enfants à l’étranger, puisqu’un tel document risque d’être demandé par les autorités de l’immigration au moment d’entrer dans un pays, ou d’en sortir. Il peut aussi être requis par des agents de compagnies aériennes ou des représentants du Canada, lors du retour en territoire canadien.

Le fait de ne pas être en mesure de fournir une telle lettre sur demande peut entraîner des retards, voire le refus d’entrer dans un pays ou d’en sortir. Donc, mieux vaut se doter d’un tel document.

Qui doit signer ?

La lettre de consentement devrait être signée par les parents qui n’accompagnent pas l’enfant durant le voyage, mais qui ont un droit d’accès auprès de celui-ci.

Par exemple, dans le cas de parents mariés ou vivant dans une union de fait, si seulement le père ou la mère voyage avec l’enfant, l’autre parent doit signer la lettre de consentement. Idem si les parents sont séparés, divorcés ou ne vivent pas ensemble, le parent qui n’accompagne pas l’enfant doit signer la lettre de consentement. Si un enfants voyage avec un oncle ou une tante, les deux parents devront alors signer la lettre de consentement.

Vous trouverez toute l’information requise concernant la lettre de consentement recommandée pour les enfants voyageant à l’étranger en consultant les liens suivants :
voyage.gc.ca/voyager/enfant/lettre-de-consentement
voyage.gc.ca/voyager/enfant/faq

Voyages

Aéroport Saguenay-Bagotville: Une porte ouverte sur le monde

Le monde s’ouvre aux voyageurs de la région grâce à l’aéroport Saguenay-Bagotville. En effet, l’aéroport régional, qui relie par vol direct plusieurs destinations régulières et saisonnières au Canada et à l’international, constitue indéniablement un atout pour les gens de la région.

Sept destinations soleil

Voilà déjà plus de 10 ans que l’aéroport Saguenay-Bagotville, une division de Promotion Saguenay, offre des départs vers le Sud.

Présentement, sept destinations sont offertes au départ de l’aéroport régional via les services de Sunwing. Les gens de la région peuvent donc partir directement de Saguenay à destination de Cuba, du Mexique, de la République Dominicaine et maintenant, du Roatan, une île paradisiaque du Honduras.

Vols internationaux

Il n’y a pas que les vols vers le Sud qui soient avantageux à Saguenay-Bagotville. Il est tout aussi facile de partir de l’aéroport régional pour une panoplie de destinations à travers le monde. Et ce, à un coût beaucoup plus modique que l’on pourrait le croire !

En effet, les voyageurs qui volent avec Air Canada peuvent profiter de billets à bon prix, lorsqu’ils effectuent un vol Saguenay-Montréal, pour ensuite se diriger vers l’Europe, l’Amérique du Sud ou l’Asie, à titre d’exemple.

Souvent, la différence de coût, pour ajouter à un vol international un départ de l’aéroport Saguenay-Bagotville, est bien inférieure aux dépenses inhérentes à un voyage terrestre de plusieurs heures vers les aéroports de Québec et Montréal.

Les vacances commencent ici

Terminé les longues heures de route, l’aéroport de Saguenay-Bagotville est à quelques minutes de la maison, voilà qui évite bien des tracas liés à la logistique du départ et du retour.

Pensez à toutes les dépenses que vous devez faire, lorsque vous partez des aéroports de Québec ou Montréal: prévoir 1 à 2 jours de congé supplémentaire pour le transport, essence, restaurant et hébergement, frais de stationnement pour la durée du séjour, etc. Sans parler des perturbations routières suscitées par le mauvais temps!

De plus, le tarif pour le stationnement à l’aéroport Saguenay-Bagotville est de 5$ par jour. Là encore, il s’agit d’une économie considérable en comparaison avec Québec et Montréal.

Bref, que l’on voyage vers le Sud ou toute autre destination dans le monde, lorsqu’on part de Saguenay-Bagotville, les vacances commencent dès l’arrivée à l’aéroport !

Plus de 105 000 passagers

L’aéroport Saguenay-Bagotville, c’est un volume annuel de plus de 105 000 passagers sur les ailes de sept compagnies aériennes. C’est aussi l’aéroport le plus actif au Canada pour les vols à destination du Sud. Les possibilités qui s’offrent aux voyageurs de la région sont donc nombreuses.
Pour plus d’informations sur les vols offerts et les transporteurs qui desservent Saguenay-Bagotville, consultez le site Web de l’aéroport :
aeroport.saguenay.ca.

Voyages

Partez en toute tranquillité

Partir en voyage est source de bonheur et d’excitation. De la réservation de notre vol à la préparation de nos bagages, on éprouve généralement une certaine fébrilité à l’idée de quitter le pays vers une destination vacances quelle qu’elle soit. Néanmoins, partir en voyage comporte également son lot de risques. Ainsi, avant de prendre la route (ou les airs), il vaut mieux s’assurer de détenir une assurance voyage qui nous protègera en cas d’imprévu.

Avant de quitter le Canada, ne serait-ce que pour une seule journée passée aux États-Unis, il est préférable de souscrire à une assurance voyage qui devrait inclure des assurances maladie, vie et invalidité qui vous éviteront de grandes dépenses, dont des frais d’hospitalisation ou de traitements médicaux à l’étranger.

Vous pouvez aussi contracter une assurance pour annulation de vol et interruption de voyage, perte de bagages et remplacements de documents, de même qu’une assurance spécifique si vous devez louer une voiture, ce qui couvrira le chauffeur, mais aussi l’automobile en cas d’accident.

Certaines assurances collectives et sociétés émettrices de cartes de crédit offrent des assurances voyage à leurs clients. Il est aussi possible de souscrire à une assurance auprès d’un agent de voyage ou d’un courtier d’assurance. Il vous revient toutefois la responsabilité de comprendre les critères d’admissibilité, les conditions, les limitations, les restrictions et les exclusions de la police.

Bien informés, mieux protégés

Lorsque vous choisirez votre assurance voyage, n’hésitez pas à poser des questions sur la couverture qui vous est offerte. Couvre-t-elle les frais d’hospitalisation ainsi que les frais médicaux connexes? Couvre-t-elle votre rapatriement au pays dans le cas où vous devriez poursuivre un traitement médical au Canada? Couvre-t-elle la préparation et le retour au pays de votre dépouille en cas de décès à l’étranger?

Renseignez-vous également sur la marche à suivre en cas d’accident ou de maladie. Vous pourriez, par exemple, devoir appeler votre assureur à un numéro d’urgence avant de vous présenter à l’hôpital ou de vous procurer des médicaments.

Assurez-vous aussi d’avoir en main la documentation nécessaire à votre compréhension de ladite police d’assurance ainsi qu’une preuve d’assurance (carte d’assurance ou contrat) qui peut être exigée lors de votre entrée dans un pays étranger.

Et surtout, assurez-vous de répondre aux critères d’admissibilité de votre police d’assurance. Si vous avez des conditions de santé particulière, informez-en votre assureur (grossesse, diabète, port d’un stimulateur cardiaque, etc.).

Finalement, avant de quitter le Canada, informez un proche des dispositions que vous avez prises et mettez à sa portée une copie de votre police d’assurance en cas de besoin.

Voyages

Maillots de bain et vêtements de voyage

Chaque année, le même scénario! À l’approche de vos vacances à destination soleil, vous vous demandez quoi mettre dans votre valise : combien de maillots de bain apporter, pour quels tissus opter et les robes de soirée dans tout ça, longues, courtes ou asymétriques, comment savoir ce qui convient à votre silhouette? Et si une visite à la boutique régionale Spécialités Suzette donnait réponse à vos questions!

Les essentiels

Selon l’équipe de Spécialités Suzette, toute femme quittant pour une destination soleil devrait apporter avec elle un minimum de trois maillots de bain dont un bikini.

«Les maillots de bain une pièce sont très demandés, d’autant plus que de nombreux modèles sont maintenant offerts en différentes longueurs de corps et profondeurs de bonnets, mais il est toujours bon d’avoir avec soi au moins un bikini pour les journées où l’on voudrait simplement s’étendre et se faire bronzer», explique Line Verreault, propriétaire du commerce établi à Place du Saguenay. «Le tankini demeure aussi une option intéressante et toujours populaire», ajoute-t-elle.

Évidemment, quel que soit le maillot de bain pour lequel on opte, la clé réside dans l’ajustement. Au même titre qu’un soutien-gorge, un maillot de bain se doit d’épouser parfaitement les courbes du corps.

La compagnie belge Prima Donna l’a bien compris. Celle qui dit célébrer les courbes féminines depuis 1865 propose de splendides bikinis aux couleurs vitaminés et aux motifs tendance, dont la profondeur de bonnets va jusqu’à I.

Du côté de la marque Marie Jo, on propose aussi un large éventail de profondeur de bonnets et de grandeurs, autant pour les poitrines menues que pour celles plus généreuses. Divers modèles de culottes sont aussi offerts.

À la boutique Spécialités Suzette, l’équipe de conseillères a développé une réelle expertise dans le domaine du maillot de bain et des vêtements de voyage de sorte qu’elle est la mieux placée pour vous aider dans vos choix.

Quant aux robes soleil et aux robes de soirée, le commerce propose des marques réputées comme celles québécoises Miss Versa et Luc Fontaine, ainsi que d’autres venues d’Europe comme Sunflair. Leurs points communs : des vêtements aux tissus légers et infroissables qui se glissent aisément dans la valise.

«Les robes soleil sont un indispensable en voyage, mais le cache-maillot est aussi bien pratique. Il procure une protection de plus pour celles qui ont la peau sensible. Durant les vacances, il nous faut aussi avoir avec soi des robes de soirée pour les soupers au restaurant. Les robes longues sont toujours très populaires. On voit aussi beaucoup de robes à rayures», mentionne Mme Verreault.

«Nous avons en boutique un vaste choix de maillots de bain et de vêtements de voyage pour dames, pratiques et élégants, pouvant répondre aux besoins de toutes les silhouettes et de toutes les tailles. Ce que nous recommandons à nos clientes, c’est de venir en boutique et de ne pas hésiter à essayer, même les modèles qui à première vue ne leur plaisent pas nécessairement. Ce sont parfois ceux-là qui réservent les plus belles surprises», confie-t-elle.

Voyages

Bagages : en cabine ou enregistrés?

Le moment où l’on fait ses valises soulève souvent des questions. Qu’est-il permis d’apporter dans les bagages de cabine? Combien de bagages puis-je apporter en cabine? Est-ce qu’il y a un poids maximal pour les bagages enregistrés ? Faut-il payer pour les bagages enregistrés?

Voici quelques informations utiles:

Liste des articles autorisés

Pour consulter la liste complète des articles autorisés ou non en cabine, rien de plus simple, il suffit d’un clic. Rendez-vous au www.acsta.gc.ca/la-liste-complete. L’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA) a dressé une liste de tous les articles admis ou non en cabine et en soute.

Bagages de cabine

La norme établie par Transports Canada est de deux bagages en cabine par personne. Les dimensions considérées comme acceptables pour un bagage en cabine sont, quant à elles, définies par les transporteurs aériens. Néanmoins, les dimensions demeurent sensiblement les mêmes. Voici quels sont les types de bagages permis en cabine :
• petites valises
• sacs de voyage
• sacs à dos
• porte-documents
• sacs d’ordinateurs portatifs
• étuis pour appareils photo. En plus des appareils photo, ceux-ci peuvent aussi contenir des articles tels que des lentilles de rechange et des cartes mémoires.

Vous pouvez aussi apporter à bord de l’avion votre sac à main (format d’au plus 25 cm x 30 cm x 14 cm) sans que celui-ci ne soit considéré comme un bagage de cabine.

Bagages enregistrés

Sachant que chaque compagnie aérienne a ses propres restrictions concernant les bagages allant en soute (poids, dimensions, etc.) et que la franchise ainsi que les frais supplémentaires applicables pour les bagages excédentaires ou les articles hors formats varient d’un transporteur à l’autre, pour toute question concernant ce type d’équipement, il est préférable de communiquer directement avec le transporteur aérien. Vous trouverez aussi une mine d’informations sur les bagages enregistrés en consultant le site Web de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez.

Valises intelligentes

Si vous utilisez une valise dite intelligente, sachez que de nouvelles règles s’appliquent pour ce type de bagage. En effet, depuis le 15 janvier dernier, les 275 transporteurs membres de l’Association internationales des transporteurs ont émis de nouvelles restrictions pour les valises intelligentes.

Désormais, ces transporteurs acceptent dans la soute de l’avion uniquement les valises intelligentes dont la pile au lithium peut être retirée et transportée en cabine. S’il est impossible d’enlever la pile, la valise intelligente ne peut être utilisée comme bagage enregistré et doit être emportée en cabine; à condition, bien sûr, qu’elle respecte les restrictions de formats émises par le transporteur.

Sources:
www.acsta.gc.ca
flightsafety.org

Voyages

Portrait des voyageurs québécois

Quelles sont les habitudes de voyage des Québécois? Le magazine Protégez-Vous s’est penché sur la question et présente sur son site Web un portrait des voyageurs québécois. Ce profil est basé sur un sondage qui a été mené auprès de 2706 personnes du 13 février au 9 avril 2017 par l’entremise de DataConso.ca, la communauté de consommateurs de Protégez-Vous.

À la lumière de cette enquête, il apparait que les Québécois et Québécoises voyagent davantage qu’avant. En effet, si 38,8 % des répondants ont affirmé effectuer un seul voyage par année, 36,7% disent faire deux voyages par année, 14,7% trois et 9,8 % quatre ou plus.

Les 55-64 ans sont ceux qui voyagent le plus (74,4%) et sont suivis de près par les 45-54 ans (72,4%).

Les Québécois étant nombreux à s’évader sous le soleil durant l’hiver, on pourrait croire que les pays des Caraïbes et d’Amérique centrale figurent en tête de liste des destinations les plus prisées. Pourtant, ce sont les États-Unis qui remportent la palme, alors que 29,4 % des Québécois ont choisi cette destination lors de leur plus récent voyage à l’extérieur du Canada. Néanmoins, les destinations soleil ont toujours la cote et depuis quelques années, les Québécois sont de plus en plus nombreux à voyager dans le Sud en plein été. Cuba demeure la destination soleil la plus prisée (12,5%), suivi du Mexique (9,1%) et de la République dominicaine (7,8%).

Parmi les principaux critères pour choisir une destination, la sécurité constitue le point le plus important. Le climat, le prix du transport pour se rendre à destination, le dépaysement et la culture sont également des éléments dont tiennent compte les Québécois.

Pour connaître le détail du portrait des Québécois en voyage, publié par Protégez-Vous, consultez le lien suivant: www.protegez-vous.ca/Loisirs-et-famille/habitudes-voyage-quebecois

Source: www.protegez-vous.ca