Une rentrée pas comme les autres

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le gouvernement du Québec a dévoilé lundi les grandes lignes son plan pour la rentrée des classes 2020, au primaire et au secondaire. Elle est caractérisée par bien des changements de l’école dite traditionnelle avec au programme des masques, de la distanciation, de la désinfection et des groupes-classes. Toutefois, certaines pratiques resteront inchangées et se rapprocheront de la norme, avec par exemple le retour des classes complètes, l’enseignement de toutes les matières et les enfants pourront enlever leur masque une fois en classe. Voici quelques points importants à retenir pour bien préparer le retour en classe de ses enfants.

Préscolaire

« Au niveau du préscolaire, il n’y aura pas beaucoup de différences avec l’enseignement traditionnel. Il n’y a pas de distanciation à cet âge, c’est impossible et les petits ne peuvent pas porter le masque. On comprend pourquoi. C’est plutôt un ajustement qui sera demandé aux enseignants qui devront porter de l’équipement de protection », explique Jean-François Boivin, président du Syndicat de l’enseignement de Saguenay (SES). Tout comme dans les garderies, le port du masque sera obligatoire pour les enseignants de ce groupe d’âge, puisque la distanciation avec les élèves est impossible.

Masque pour les élèves

Ce qu’il est important de retenir pour les élèves du primaire, c’est que le masque sera obligatoire pour ceux de 5e et 6e années, dans les aires communes, lors des activités avec d’autres groupes-classes et dans le transport scolaire. « Le gros changement qu’il y aura pour la rentrée des classes, il sera visuel. Ce sera de voir les enfants, à partir du troisième cycle du primaire, avec un couvre-visage. Même si le milieu de l’école a toujours été assez strict, les enfants pouvaient davantage lâcher leur fou et aller où ils voulaient. Maintenant, ce sera beaucoup plus ordonné, avec par exemple des entrées et des sorties de façon planifiée pour éviter les contacts avec les autres élèves », continue M. Boivin.

Les groupes-classes

S’il y avait des bulles, soient des petits-groupes formés d’une poignée d’élèves, lors du retour en classe du printemps, pour la rentrée scolaire 2020, les autorités parlent plutôt de groupes-classes. « Aucune distanciation physique ne sera requise entre les élèves faisant partie d’un même groupe-classe stable, tous niveaux confondus. Une distance de 1 mètre devra néanmoins être maintenue entre les élèves des différentes classes qui circulent dans les aires communes, incluant les corridors », écrit sur son site Internet le gouvernement du Québec.

La fédération des Syndicats de l’enseignement du Québec avait recommandé au gouvernement d’enlever les bulles, qui compliquaient la gestion des classes pour les enseignants. M. Boivin est très content que le gouvernement soit revenu sur sa décision.

Lavage des mains et désinfection

Le lavage des mains sera encore obligatoire à l’entrée des classes et dans le transport en commun. L’importance de la désinfection de l’école sera évidemment tout aussi importante. M. Boivin ne croit pas qu’il y aura des changements avec ce qu’il y avait en place au printemps. « Au printemps, ces mesures étaient considérées comme exceptionnelles et temporaires. Il faut maintenant les rendre plus permanentes. Ça va demander un bon travail de la part de notre personnel de soutien pour tout ce qui touche la désinfection », souligne-t-il.

Puisque la majorité des élèves seront présents en classes, cela complexifiera certainement la tâche de désinfection de toutes les aires communes, comme les toilettes, les poignées de porte, etc.

Les récréations 

Les élèves pourront prendre leurs récréations à des moments différents, comme il se faisait au printemps. Dans les cours de récréation, les cellules resteront groupées ensemble. Ils n’auront pas à porter le masque. « Le point positif, c’est qu’au printemps, on demandait aux élèves de rester à deux mètres les uns des autres lors des récréations. C’était tout un défi pour eux. Maintenant, ce sera plus nécessaire, puisque les enfants seront avec ceux de leur groupe-classe », s’est réjoui M. Boivin.

Transport scolaire

Afin d’éliminer le plus de contact entre les élèves, les parents seront incités à aller porter les enfants à l’école et à revenir les chercher. La distance de marche qui autorise l’enfant à prendre le transport, pourra être également modifié par le centre de services afin que plus d’élèves marchent pour aller à l’école. Les élèves de 5e année et plus, jusqu’au secondaire, devront porter le masque dans le transport scolaire.

Présence en classe au secondaire

Les élèves de secondaire 1, 2 et 3 suivront les mêmes règlements que les élèves du primaire. Le gouvernement assure : « L’organisation des classes d’élèves de 1re, 2e et 3e secondaire se fera sur le même principe que pour les élèves du primaire, c’est-à-dire que les horaires des cours et des projets particuliers seront réaménagés en fonction du principe des groupes-classes stables. Aucune distanciation physique ne sera requise entre les élèves faisant partie d’un même groupe-classe. »

Pour ce qui est des secondaires 4 et 5, deux scénarios sont offerts aux différents centres de services du Québec. Le premier est que les élèves suivent tous leurs cours à l’école, comme à l’habitude. Le deuxième, si le réaménagement de l’horaire des cours avec les options et les projets particuliers n’est pas possible en respectant le principe des groupes-classes stables, est une formule en alternance. Les élèves devront faire au minium de 50 % de leur cours en classe, et compléteront avec des apprentissages en lignes et des travaux à faire à la maison. Les centres de services devront voir s’ils ont en mesure de réaliser un retour en classe à temps plein, et s’ils ne sont pas capables, devront mettre en place la formule en alternance.

L’école à distance

Si la fréquentation de l’école provoque des risques élevés pour la santé de certains jeunes, ces derniers pourront bénéficier de l’éducation à domicile. Des services éducatifs et complémentaires seront destinés aux élèves qui ne pourront fréquenter l’école. Un suivi sera fait par un membre du personnel pour assurer la poursuite de leurs apprentissages.

LE NOUVEAU PLAN BIEN ACCUEILLI PAR LE SES 

Le nouveau plan du retour en classe, annoncé lundi, par le gouvernement du Québec, a été bien accueilli par le Syndicat de l’enseignement du Saguenay. M. Boivin soulignait que plusieurs de leurs recommandations avaient été mises en place. «On avait beaucoup de questions face au plan qui nous avait été présenté au début de l’été. On a vu de la cohérence dans l’approche du ministre, lundi. On est content, entre autres avec les décisions par rapport au couvre-visage», soutient-il d’entrée de jeu.

Le président est heureux que les enfants n’aient pas à le porter toute la journée, ce qu’il ne croyait pas comme possible. Il est aussi satisfait de voir que les bulles de petits groupes d’élèves ont été remplacées par des groupes-classes. « Les bulles étaient très difficiles au niveau de la gestion des classes pour les professeurs. Avec une classe complète au niveau du nombre d’élèves, je ne crois pas qu’il aurait été possible de faire appliquer ce règlement », admet-il.

Il espère maintenant que les professeurs seront assez protégés avec ces mesures et qu’elles les rassureront. « Il faudra vraiment que les deux mètres entre le professeur et les élèves soient respectés, pour qu’ils puissent se sentir en sécurité, lors de leur travail », s’inquiète-t-il.