La Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une nouvelle ressource communautaire en soins palliatifs

Lorsqu’on arrive à la fin de sa vie, quoi de plus naturel que de vouloir demeurer dans son milieu et de bénéficier d’un environnement paisible respectant son intimité et son intégrité. Les maisons de soins palliatifs, de petites unités de soins réservées et affectées aux patients en fin de vie, permettent aux personnes malades en phase terminale et à leurs familles, de profiter le plus intensément possible du précieux temps qui leur reste.

Or, la population étant vieillissante, ce type de ressources communautaires pour les soins de fin de vie sont de plus en plus sollicités, mais elles sont encore peu nombreuses. En avril 2015, on recensait au Québec 31 maisons, pour un total de 268 lits. Dans la région, on comptait jusqu’à tout récemment 26 lits, soit 18 lits en maisons et 8 lits de soins palliatifs de fin de vie au CSSS de Chicoutimi. Ce nombre vient tout juste d’augmenter avec la création de La Maison de soins palliatifs du Saguenay.                       

Issue de la fusion de deux entités, soit: le projet La Maison Le Chêne - un projet de 6 lits de soins palliatifs de fin de vie sur le territoire de Jonquière et la Maison Notre-Dame - ressource communautaire en soins palliatifs, de 6 lits, fondée en 1997, La Maison de soins palliatifs du Saguenay comporte 12 lits.

Cette dernière a été conçue dans l’esprit de recréer le vécu à domicile, grâce, notamment à un cadre architectural de type résidentiel, à l’atmosphère familiale et chaleureuse qui se dégage des lieux, aux soins personnalisés prodigués aux personnes malades en fin de vie, ainsi que par la présence d’un personnel dévoué, de bénévoles formés à l’accompagnement, et une organisation du travail souple et polyvalente.

Protocole d'entente

La décision de fusionner les deux organismes à but non lucratif (OBNL) a été prise, en 2015, dans le but commun de créer une maison de soins palliatifs de 12 lits.

«En créant une deuxième ressource communautaire en soins palliatifs sur le territoire de Saguenay, à quelque 10 km de distance l’une de l’autre, il devenait plus difficile de part et d’autre d’organiser des levées de fonds sans se nuire. D’autant plus que le bassin de donateurs est le même. Or, les dons que nous amassons sont essentiels, car ils nous permettent d'assurer une part importante du budget d'opération», explique M. André Tremblay, président du projet La Maison Le Chêne.

« Le CIUSSS, étude à l’appui, nous a démontré qu’il serait plus avantageux d’unir nos forces, pour créer une seule ressource, comportant 12 lits. En créant un protocole d’entente, non seulement nous ne nous nuirions pas dans la collecte de fonds, mais en plus nous réaliserions une économie d’échelle considérable sur les dépenses. Nous avons donc décidé, d’un commun accord, d’unir nos deux organismes. De là est né le merveilleux projet de La Maison de soins palliatifs du Saguenay», poursuit M. Guy Harvey, président-fondateur de la Maison Notre-Dame.

Messieurs Guy Harvey, président-fondateur de la Maison Notre-Dame et M. André Tremblay, président du projet La Maison Le Chêne, sont fiers de présenter à la population La Maison de soins palliatifs du Saguenay, une ressource communautaire en soins palliatifs de fin de vie créée grâce à la fusion de leurs organismes respectifs.

« LA MAISON DE SOINS PALLIATIFS EST UN ORGANISME À BUT NON LUCRATIF. LES SERVICES OFFERTS AUX PERSONNES MALADES EN FIN DE VIE ET LEURS PROCHES SONT GRATUITS, À L’EXCEPTION DES MÉDICAMENTS. »
Jean-Pierre Simard, directeur générale de la Maison de soins palliatifs du Saguenay

Un projet pensé à long terme

La Maison de soins palliatifs du Saguenay a été conçue pour les 50 prochaines années pour répondre aux besoins de la population vieillissante.

Ainsi, bien qu’actuellement le ministère de la Santé et des Services sociaux lui a délivré l’Agrément pour 12 lits, le bâtiment a été pensé pour évoluer avec les besoins. Il sera donc possible d’accroître le nombre de chambres, s’il s’avère que ce soit nécessaire.

Également, afin d’offrir un environnement de qualité, parfaitement adapté aux besoins des usagers et des intervenants, un comité formé de membres du conseil d’administration et de membres du personnel, a visité des maisons de soins palliatifs de moins de 10 ans, partout dans la province.

Pour créer les plans et devis, le comité de La Maison de soins palliatifs du Saguenay a travaillé avec l’architecte Léo Lapointe et les ingénieurs de Cegertec (aujourd’hui Stantec).

La mission de La Maison

 La Maison n’accueille pas uniquement les gens atteint de cancers en phase terminale. Elle accueille des personnes adultes atteintes d’une maladie incurable dont l’évolution compromet sérieusement la survie. On parle alors de pronostic réservé. La Maison de soins palliatifs du Saguenay accueille aussi les proches de la personne en fin de vie.

Toutes ces personnes ont droit à des services empreints de compassion et prodigués dans le plus grand respect. En somme, ce milieu de vie permet à la personne de vivre la  n de sa vie en toute dignité, dans un climat chaleureux et respectueux de son unicité, de son intégrité et de son autonomie.

M. Jean-Pierre Simard, directeur générale de La Maison de soins palliatifs du Saguenay.