Jeunes sculpteurs à l'oeuvre.

Saguenay en Neige

Une expérience enrichissante pour les jeunes

Véritable défi créatif pour les uns, partie de plaisir pour les autres, Saguenay en neige accueillait, jeudi le 1er février, les sculpteurs du volet scolaire. Provenant de différentes écoles de la Commission scolaire de la Jonquière, ils étaient rassemblés sur le site, par grand froid, pelle et scie à la main pour donner forme à leur sculpture.

Alors qu’une majorité d’entre eux en étaient à leur première expérience, d’autres participaient à l’évènement pour une deuxième, troisième, quatrième, voire pour une cinquième fois!

Dans le cadre de ce cahier spécial, Le Quotidien a tenu à s’entretenir avec eux afin de recueillir leurs impressions.


« On a choisi de faire un cactus, mais disons que ce n’est pas facile. Le plus dur c’est de faire tenir la sculpture en un seul morceau sans que rien ne se brise. »
Naomie Laroche, Polyvalente Jonquière

« De notre côté, nous avions un thème à respecter soit le thème des contes, explique l’étudiante du programme d’arts plastique. On a choisi le conte d’Hansel et Gretel. Nous faisons la maison en pain d’épices […] Nous avons fait une bonne préparation avant de venir ici. On a fait beaucoup de croquis, puis on a réalisé notre sculpture en poterie. Aujourd’hui, ça va très bien. Le secret, c’est de travailler en équipe. »
Angelyka Côté, programme d’arts plastiques de l’École secondaire de l’Odyssée Lafontaine Dominique-Racine.

« On aurait bien aimé avoir une scie électrique, mais on n’avait pas le droit, alors on se contente de pelles et d’outils manuels, lance à la blague le jeune homme de troisième secondaire. On fait un ananas vide. On est déjà bien avancé. Nous aurons en masse de temps pour finaliser notre sculpture. »
Jessy Dumas, Polyvalente Arvida

« On a fait tous nos outils à la main ou presque et jusqu’à maintenant, ça va plutôt bien pour notre sculpture. Le plus dur a été de commencer et de décider qui fait quoi, mais là notre poing est bien avancé et cet après-midi, il va nous rester à faire la finition. »
Louis Thomas Perron, École secondaire Kénogami

« Nous sommes ici depuis environ 9 heures ce matin. C’est la première fois qu’on participe à Saguenay en neige. On a choisi de faire une sculpture de chien. Jusqu’à maintenant ça va bien. Le plus dur est vraiment d’égaliser et d’enlever de la neige aux bons endroits seulement. »
Léa Perron, Polyvalente Arvida