Alexandre Cusson, président de l'UMQ

UMQ: 100 ans en mouvement

Leadership de l’UMQ: une voix pour les gouvernements de proximité

«L’UMQ, c’est d’abord un forum extraordinaire pour travailler ensemble, pour partager les préoccupations quotidiennes. Représentant 85 % de la population et du territoire du Québec, nous sommes une voix forte des municipalités envers le gouvernement», commente Alexandre Cusson.

Un leadership proactif

«Cent ans après sa création, l’UMQ est toujours aussi pertinente. Elle a su s’adapter aux changements, rester à l’avant-garde des dossiers. Elle représente un leadership remarquable pour les municipalités qui trouvent là une voix qui porte auprès des gouvernements», poursuit le président de l’UMQ. 

En mettant sur la table, par exemple, la question du transport aérien en 2017/2018 ou, plus récemment, en documentant l’impasse fiscale qui a mené à la revendication d’un point de TVQ, l’UMQ fait un travail de fond, sérieux, qui lui permet de prendre la tête des revendications des municipalités du Québec.

Un soutien quotidien à ses membres

C’est aussi au quotidien que l’UMQ est au service de ses membres. L’association fait non seulement la promotion des intérêts des municipalités membres et la défense de leurs enjeux prioritaires, mais elle propose des services utiles dans la vie de tous les jours des municipalités du Québec.

Le regroupement des services, des assurances, des approvisionnements permet aux membres de faire des économies substantielles. Le Carrefour du capital humain est une aide concrète aux villes pour la gestion de leurs ressources humaines et des relations du travail. Un service politique et un service de commu­­nication complètent l’équipe, sans oublier l’excellent programme de formation offert aux membres.

Pour Alexandre Cusson, «la recette secrète de l’UMQ réside dans la force de ses professionnels, de ses équipes de soutien aux administrations munici­pales.» Ces services sont en constante évolution pour s’adapter aux besoins des membres.

Un agenda politique

«En cette année de centenaire, notre enjeu principal est de revoir la fiscalité municipale issue du 19e siècle et qui se base sur la taxe foncière qui représente près de 70 % des revenus des municipa­lités», ajoute celui qui est aussi maire de Drummondville.

Aujourd’hui, l’économie a changé et une réforme est nécessaire. «Le nouveau gouvernement du Québec s’est engagé en campagne électorale à laisser un point de TVQ aux municipalités. Il s’agit maintenant de passer de la parole aux actes», ajoute encore Alexandre Cusson.

Riche de 100 ans d’histoire, l’UMQ a atteint un niveau de partenariat positif avec le gouvernement provincial. L’adoption du projet de loi 122 en juin 2017 par l’Assemblée nationale du Québec, qui a permis de reconnaître le statut de gouvernement de proximité aux municipalités, a été le fruit d’un long processus. Cette législation doit maintenant être suivie de faits, et le législateur doit avoir le réflexe de penser aux municipalités et de leur donner les moyens de ces nouvelles ambitions.

«Quand je vois la forme actuelle de l’UMQ, je me dis qu’elle est prête pour vivre un autre centenaire», conclut Alexandre Cusson.