Y’a du monde à messe de Noël

Télé-Québec

Que les Fêtes commencent à Télé-Québec!

Les Fêtes approchent à pas de géant. Cette année, Télé-Québec vous propose six grands rendez-vous spéciaux qui vous feront passer de bons moments avec ceux que vous aimez. Du 24 au 30 décembre, retrouvez vos émissions préférées en version temps des Fêtes ainsi qu’un grand concert symphonique inédit. Une programmation à la fois festive et chaleureuse!

Belle et Bum des Fêtes
Votre réveillon de Noël s’annonce tranquille? Plus maintenant! Belle et Bum promet une soirée haute en musiques. Pour l’occasion, Normand Brathwaite et Mélissa Lavergne reçoivent de la grande visite. Pierre Lapointe, Safia Nolin, Elliot Maginot, Édith Butler, Pierre-Yves Lord, Judi Richards, Patrick Norman et bien d’autres invités se réunissent pour célébrer Noël en chanson et faire découvrir au public leurs plus belles traditions du temps des Fêtes.

  • Lundi 24 décembre, 20h
  • En rappel le samedi 29 décembre, 21h
Belle et Bum

Y’a du monde à messe de Noël
L’équipe de Y’a du monde à messe vous prépare la messe de Noël la plus surprenante. Entouré de ses précieux musiciens et de sa chaleureuse chorale, Christian Bégin vous convie à un grand moment de télé plein d’émotion et de bien beau monde: Martin Matte, Zaz, Guy A. Lepage, Denise Bombardier, Hassan Guillet, sœur Jacinthe Caron et plusieurs autres invités. Deux heures de pur bonheur!

  • Lundi 24 décembre, 22h
  • En rappel le mardi 25 décembre, 20h
Y’a du monde à messe

Dans les médias: 2018, la revue de l’année
L’émission qui boucle la boucle de 2018! Quelles sont les meilleures et les pires images qui ont marqué l’actualité médiatique de l’année? En compagnie de deux invités spéciaux, Marie-Louise Arsenault et ses collaborateurs Arnaud Granata, Noémi Mercier et Raed Hammoud se réunissent autour de la table pour vous présenter ces images qui nous poussent à nous questionner sur notre société… qu’elles soient choquantes, émouvantes ou même très drôles.

  • Jeudi 27 décembre, 20h
  • En rappel le mercredi 2 janvier, 22h
Dans les médias

Curieux jour de l’An
Loin de la frénésie des Fêtes, Christian Bégin vous invite à la campagne pour célébrer la fin de l’année dans une ambiance ultrarelaxante. Au menu: plats réconfortants, classiques de Ciné-cadeau et toute une brochette d’invités, soit Bob le Chef, Ève Landry, Catherine Trudeau, Pierre-Yves Lord et Simon Boulerice. À écouter en pyjama avec un petit verre de vino chaud. 

  • Vendredi 28 décembre, 20h
  • En rappel le dimanche 30 décembre, 21h30

Format familial – Spéciale Passe-Partout
Dans cette émission spéciale de Format familial, Bianca Gervais et Sébastien Diaz se glissent dans les coulisses de la nouvelle série Passe-Partout. Ils s’entretiennent avec les auteurs, les comédiens, les musiciens, le décorateur et la costumière. Une occasion de découvrir quelques secrets derrière l’adaptation tant attendue de cette série culte ayant marqué l’enfance de millions de Québécois.

  • Samedi 29 décembre, 20h
  • En rappel le dimanche 6 janvier, 13h30
Format familial

La symphonie de Télé-Québec
Sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, l’Orchestre métropolitain rend hommage aux 50 ans de Télé-Québec. Pour revivre les émissions marquantes des cinq dernières décennies, l’orchestre propose une version revisitée des chansons, des comptines et des berceuses qui ont rythmé les grands rendez-vous télévisuels du passé. C’est aussi l’occasion de faire un retour sur 50 ans de questions de société, de culture et de variétés, de télévision jeunesse, et aussi de drame et d’humour.

  • Dimanche 30 décembre, 20h
  • En rappel le jeudi 3 janvier, 22h

DÉCOUVREZ TOUTE LA PROGRAMMATION DES FÊTESDÉCOUVREZ TOUTE LA PROGRAMMATION DES FÊTESfetes.telequebec.tv

Centre-ville Arvida

Arvida fête son patrimoine: Une première édition réussie

Le 31 août dernier avait lieu la toute première édition d’Arvida fête son patrimoine. Pour l’occasion, près de 500 personnes ont répondu présent à l’invitation lancée par la Corporation Centre-ville d’Arvida et le Comité organisateur.

S’imprégner de l’histoire 

 L’événement, qui avait comme mission ultime la reconnaissance du patrimoine, se voulait rassembleur et familial. Les fervents habitants ainsi que l’architecture du milieu témoignent d’un héritage bien ancré dans le secteur et ont permis à tous de s’imprégner de l’histoire d’Arvida. « Le but était vraiment que les citoyens de Saguenay puissent s’approprier leur site patrimonial d’Arvida, de le découvrir ou encore de le redécouvrir pour certains et de raffermir leur sentiment d’appartenance du secteur », explique Marianne Salesse Côté, organisatrice de l’événement.

Une panoplie d’activités ont permis la réussite de cette fête. Mentionnons notamment : l’exposition du Centre d’histoire d’Arvida, la collecte de mémoires, les comédiens interprétants des personnes mythiques de la cité modèle de l’époque, ainsi que les visites guidées du site patrimonial. Les plus nostalgiques ont pu également apprécier la reproduction de la marche d’Arvida qui avait eu lieu en 1952 pour célébrer son 25e anniversaire. Une reconstitution historique a été possible grâce à la participation de l’harmonie de l’Atelier de musique de Jonquière qui a reproduit le spectacle au même endroit. Jeux gonflables, amuseurs publics et friandises étaient aussi de la partie pour divertir petits et grands!

L’entrepreneur Marc Saint-Gelais et le nouveau capitaine des Saguenéens, Rafael Harvey-Pinard, ont tous deux été officiellement intronisés comme 56e et 57e ambassadeurs d’Arvida. Ces deux hommes, originaires d’Arvida, sont très actifs dans la communauté et ont été choisis d’abord et en avant tout pour l’amour absolu qu’il porte à leur milieu. Rappelons que le rôle d’un ambassadeur est de promouvoir les démarches de reconnaissance patrimoniale d’Arvida et surtout, de faire rayonner le secteur. Parmi les ambassadeurs admis au cours des dernières années, on retrouve entre autres les sœurs Villeneuve, Philippe Laprise ainsi que des citoyens actifs dans la communauté.

Centre-ville Arvida

Bistrot Bar la Fonderie - Tous les ingrédients réunis pour une soirée réussie

En un an seulement, le Bistrot Bar la Fonderie est déjà bien établi au Centre-Ville d’Arvida. Le concept chaleureux et convivial, développé par les deux propriétaires, Marie-Pier Lemieux ainsi que Josué Hamann, a en effet gagné le cœur de plusieurs.

Un menu diversifié

Le menu varié du Bistrot Bar la Fonderie a de quoi satisfaire tous les goûts, du plus épicurien au plus classique. Le dilemme de votre soirée sera sans doute de faire un choix entre un burger décadent, une fondue chinoise à volonté ou un tartare savoureux. Les propriétaires ont également concocté pour vous une carte de cocktails colorés, issue de recettes exclusives. Agrémentez votre repas d’un magnifique bloody caesar garni de bacon fumé ou d’un cocktail « licorne », surplombé de barbe à papa.

Pour les diners pressés, le Bistrot a également pensé à vous. Les mercredis, jeudis et vendredis, dès 11 h, un menu du jour délicieux et abordable vous est servi.

Vous souhaitez célébrer votre anniversaire sans vous soucier du repas à préparer? Le Bistrot a encore une fois pensé à vous et vous propose une formule sous forme de menu de groupe. De plus, jusqu’à 22 h, les enfants sont les bienvenus. Emmenez toute la petite famille!  

Bien finir la soirée

Les vendredis et samedis, dès 20 h 30, alors que la soirée ne fait que commencer, les lumières se tamisent et laissent place à des performances musicales. Ainsi, après vous être délecté d’un succulent repas, vous êtes invité à poursuivre votre soirée dans une ambiance des plus festives! Pour être à l’affût des spectacles à venir, rendez-vous sur la page Facebook du Bistrot Bar la Fonderie.

Finalement, les mordus de sport y trouveront également leur compte avec la diffusion d’événements sportifs sur plusieurs écrans!

Réservez dès maintenant votre table en ligne via le site Internet www.bistrotbarlafonderie.com ou en téléphonant au 418-412-1384.

Centre-ville Arvida

Hatch - Quand synergie et ingénierie ne font plus qu’un

Ayant comme volonté de se rapprocher de ses clients existants, mais également de baigner dans un bassin florissant, la firme d’ingénierie Hatch a décidé, il y a deux ans de cela, de s’enraciner définitivement dans la région et d’ouvrir son troisième bureau québécois au centre-ville d’Arvida. Grâce à son expertise approfondie du génie des affaires, la firme mène de front plusieurs projets de par le monde et compte à son bord pas moins de 9000 employés.

Des relations durables

Grandement impliquée dans la région, l’entreprise a participé à de nombreux projets industriels, dont celui d’AP60, au Complexe Jonquière et également celui de Vaudreuil 2022. Elle travaille également à la réfection des fours à cuire et à l’augmentation d’ampérage de l’Usine AP40 d’Alma. Afin de mener à bien tous ces projets, les employés de Hatch travaillent en partenariat avec les clients et se font un devoir de bien comprendre les objectifs à atteindre. « Nos connaissances profondes des procédés nous permettent une compréhension globale des processus d’affaires. Nous sommes en mesure d’accompagner nos clients et développons des relations de partenariat durables. Grâce à notre expertise, nous pouvons analyser les projets sous tous les angles et questionner les étapes de celui-ci pour l’atteinte d’objectifs communs avec le client », mentionne Daniel Richard, directeur du bureau du Saguenay et associé.

Le bien-être de tous

La santé, sécurité et environnement (SSE), sont des valeurs indéfectibles pour l’entreprise et celles-ci, au détriment de toute performance. « Nous avons une vision très positive quant à la SSE et travaillons en mode préventif. Cela se traduit sur nos chantiers, car les employés sont de plus en plus proactifs quant aux mesures de sécurité à adopter. Le bien-être et la sécurité de tous sont fondamentaux pour nous et c’est pourquoi nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires et en faisons une priorité », ajoute M. Richard. 

Centre-ville Arvida

Le centre-ville d’Arvida, un milieu en pleine effervescence

Plus que jamais, le centre-ville d’Arvida brille de par ses nombreuses activités, mais également de par la vivacité de ses commençants. En parcourant les rues, on découvre des bijoux de boutiques qui ont su garder leur charme d’antan tout en actualisant leurs services. Le dynamisme sans pareil du centre-ville se traduit également à travers les différentes activités mises en place pour rendre ce lieu attrayant et accueillant. L’effervescence qui s’en dégage ne cesse de croitre avec les années si bien que d’ici 2020, le centre-ville aura atteint sa pleine capacité.

Élu depuis 2009 dans le secteur Arvida, Carl Dufour, conseiller municipal, a été témoin au cours des dix dernières années, d’une belle relance pour le centre-ville. « C’est une grande fierté de constater aujourd’hui le caractère attractif du centre-ville. Au cours des dernières années, nous avons mis beaucoup d’énergie avec les intervenants du milieu pour donner une nouvelle dimension au secteur, c’est un beau travail d’équipe dont nous pouvons être fiers », raconte-t-il.

De nombreux projets ont été mis sur pied afin de faire rayonner le centre-ville et ainsi inviter les gens à le fréquenter. La Corporation centre-ville d’Arvida a d’ailleurs participé à l’élaboration d’un bon nombre d’activités. On pense entre autres à la Fête estivale d’Arvida, le piano urbain, le Marché, les jeudis midis CVA, sans oublier le Ciné-parc urbain et le Rallye patrimonial d’Arvida.

Entre tradition et nouveauté  

Grâce à des subventions, un projet de revitalisation de facette des bâtiments suit son cours et deux bâtiments sont présentement en pleine transformation. Le défi de ces réfections étant de garder le cachet du secteur afin de respecter l’aspect historique du quartier.

Plusieurs nouveaux commerces ont également établi pignon sur rue, de sorte que le centre-ville est maintenant rempli à 85 %. La petite campagne, Au Royaume des Titans, L’adjointe ainsi que Jack & Phill Musique, participent à augmenter l’offre de services du centre-ville. M. Dufour a aussi affirmé avec vigueur et enthousiasme l’ouverture imminente du Théâtre Palace Arvida, qui devrait rouvrir ses portes pour l’année 2020. Deux nouveaux commerces dans le domaine de l’alimentation verront le jour prochainement sur le Boulevard Mellon. Restez à l’affût!

Centre-ville Arvida

La Caisse d’Arvida-Kénogami, engagée dans sa communauté

Depuis plus de 75 ans, la Caisse Desjardins d’Arvida-Kénogami, s’engage auprès de la communauté dans une vision durable, qui tend à répondre aux besoins actuels tout en se projetant dans un avenir rapproché. Cet engagement se traduit par une volonté d’enrichir les communautés et de veiller à leur bien-être d’un point de vue social, économique et environnemental.

Le développement durable

Le développement durable est la pierre angulaire qui guide chacune des actions et des services offerts chez Desjardins. « On peut affirmer que depuis 120 ans Desjardins travaille dans cette optique de développement durable, car nous nous sommes toujours souciés de nos communautés, de l’éducation, mais aussi du volet environnemental. Ce sont trois piliers essentiels qui se complètent et répondent à la mission de Desjardins qui vise le mieux-être économique et social de tous les membres, et ce, dans un environnement sain », souligne Mme Jacinthe Larouche, directrice générale de la Caisse Desjardins d’Arvida-Kénogami.

Des actions concrètes  

Dans la communauté, cet engagement se traduit par de nombreuses actions, notamment en ce qui a trait à l’éducation ainsi que l’emploi. « L’un des volets non négligeables de Desjardins, est toute l’implication économique que l’on fait à même notre Fonds d’aide au développement du milieu (FADM). Pour nous assurer de bien répondre à ces besoins, nous avons fait, il y a de cela deux ans, une consultation auprès de partenaires stratégiques qui travaillent dans diverses sphères économiques. Nous avons tenté de dégager dans notre secteur les priorités sur lesquelles la caisse pouvait agir pour aider la communauté », ajoute Mme Larouche. De cette consultation, plusieurs initiatives sont nées, dont la mise en place du programme Mes finances, Mes choix, en collaboration avec le Carrefour jeunesse emploi Saguenay. Par l’entremise d’ateliers, les jeunes sont initiés à divers volets économiques pour les aider à bien planifier leur vie financière. En collaboration avec les Caisses de Saguenay, un partenariat de 150 000 $ dédié à la réussite et à la persévérance scolaires a également vu le jour avec la Fondation Asselin et le Cégep de Jonquière. 

Au quotidien, le développement durable se manifeste de plusieurs façons. Que ce soit par des initiatives écoresponsables comme l’abolition d’achat de bouteilles d’eau ou la mise en place de bornes électriques, chaque action porte en elle une promesse d’engagement pour aujourd’hui, comme pour demain et ce, rappelons-le, depuis plus de 120 ans.

Centre-ville Arvida

Planivie - Présent dans toutes les sphères de votre vie

Le cabinet de services financiers Planivie cumule plus de 80 ans d’expérience. Reconnue pour son approche personnalisée et humaine, l’entreprise se fait un devoir, depuis toutes ces années, d’offrir un service impeccable, notamment grâce à une relation client de proximité basée sur la confiance. Dans un souci de répondre à la demande et de rester à l’affût, l’entreprise arbore depuis un peu plus d’un an, une image de marque plus actuelle et occupe également de nouveaux locaux.

Service clé en main

Notaires, fiscalistes, actuaires, comptables, consultants en financement d’entreprise, avocats, l’équipe de professionnels de Planivie travaille en étroite collaboration avec différents partenaires de l’industrie pour vous simplifier la vie en vous offrant, sous le même toit, une multitude de produits et services. Et parce que votre portefeuille est vivant et que plusieurs étapes et enjeux de votre vie peuvent bousculer momentanément vos finances, votre planificateur financier assure un suivi continu de votre dossier. « Notre mission est d’accompagner les clients dans l’atteinte de leurs objectifs et de leur offrir le meilleur service qui soit. Nous veillons donc à suivre leur situation de près et priorisons des rencontres régulières », explique Marc-André Boucher, planificateur financier et conseiller en sécurité financière.

Riche d’expérience

Un cabinet indépendant qui peut se targuer d’optimiser la situation financière de ses clients à l’aide des meilleurs produits, au meilleur prix, peu importe où ils se trouvent. Bien ancrée dans la collectivité, l’entreprise Planivie s’est bâtie une fidèle clientèle et mène de front des dossiers complexes à valeurs élevées. Elle est également grandement impliquée dans le milieu des affaires et accorde une importance particulière aux œuvres philanthropiques. L’entreprise a d’ailleurs été grand partenaire de La Fondation de ma vie pour le dernier souper homards et moules.

Pour l’atteinte de vos objectifs et la réalisation de vos projets d’avenir, faites confiance à une équipe de professionnels accessible et humaine, pour qui le service client demeure une priorité.

 

Centre-ville Arvida

Tremblay Thivierge inc. - Une relation de confiance qui perdure

Oeuvrant dans le domaine de la comptabilité depuis plus de 30 ans, Tremblay Thivierge inc. est reconnu pour son professionnalisme et son approche personnalisée. Ayant acquis une expertise de renommée dans différents secteurs d’activités, Tremblay Thivierge inc. travaille majoritairement avec les entreprises pour leur financement et fiscalité, en plus de services de certification.

Depuis toutes ces années, l’équipe de Tremblay Thivierge inc. a toujours accordé une attention particulière à la relation qu’elle entretient avec ses clients afin qu’ils se sentent à l’aise et en confiance lors de leurs démarches. «Nous avons la chance de travailler dans un domaine où les clients ont à revenir chaque année. Avec le temps, c’est ce qui fait qu’on peut développer des liens privilégiés», a indiqué Daniel Tremblay, directeur et associé chez Tremblay Thivierge inc. Ce lien unique lui permet de connaître ses clients sur le plan professionnel, mais aussi personnel et ainsi de leur offrir un service des plus adaptés.

Une expertise sans cesse raffinée

La société de comptables professionnels agréés est composée d’une équipe de 13 professionnels, dont une dizaine travaillent au bureau principal, situé au Carré Davis, à Arvida. Le directeur associé est fier de son équipe, qui gagne de plus en plus en compétences. «Nous sommes trois employés à avoir plus de 30 ans d’expérience dans le domaine», a confirmé M. Tremblay. L’homme prend aussi le soin de former du personnel, afin de s’assurer de constituer une relève de qualité pour l’entreprise qui s’affaire à Arvida depuis 1994. Par conséquent, tous les membres de l’équipe suivent des formations assidûment afin de s’assurer de rester à la fine pointe des connaissances. L’équipe de Tremblay Thivierge se concentre sur la compréhension des nouvelles technologies pour offrir un service actualisé. Que ce soit pour les entreprises ou les particuliers, Tremblay Thivierge inc. offre un service personnalisé, grâce à son expertise et sa compréhension intégrale du domaine de la comptabilité.


Voyages

Voyages Traditours continuent d’en offrir plus aux voyageurs

Encore cette année, Voyages Traditours nous revient avec une foule de nouveautés qui ne manqueront pas d’éveiller la curiosité des voyageurs et de les faire rêver à leurs prochaines destinations. L’agence de voyages québécoise est notamment très fière de proposer à nouveau un voyage organisé en Égypte. Après la levée des interdictions pour les voyages à destination de ce fabuleux pays d’Afrique, il est à nouveau jugé sécuritaire de découvrir le Caire, Alexandrie, Abou Simbel et leurs merveilles.

Ainsi, c’est en octobre 2020 que les voyageurs pourront prendre le départ vers l’Égypte. Comme c’est l’habitude au sein de Voyages Traditours, un circuit exclusif a été élaboré par l’équipe de l’agence à destination afin de permettre à tous de vivre une aventure sans pareille, au cœur des traditions.

Croisières de luxe

Autre nouveauté proposée par l’agence, une croisière de luxe en catamaran en Grèce. Suite au succès remporté par la formule à destination des îles Grenadines, Voyages Traditours a récidivé en proposant la croisière en Grèce. Le départ est prévu pour septembre 2020. De nouvelles dates pour les Îles Grenadines seront aussi offertes à l’hiver 2021. En attendant, quelques places sont toujours disponibles pour février et avril 2020.

Expo universel à Dubaï

Dubaï et les Émirats arabes unis vous ont toujours fasciné? Ne ratez pas votre chance de les découvrir en mer ou sur terre à l’occasion de l’Exposition universelle de Dubaï. Voyages Traditours a en effet modifié ses circuits à destination des Émirats arabes unis pour y inclure la visite de l’Exposition universelle de Dubaï, la première à se dérouler au Moyen-Orient. Grâce aux croisières ou circuits terrestres proposés, les voyageurs pourront ainsi découvrir le pays de la démesure et sa ville phare Dubaï tout en profitant du moment pour visiter l’Exposition sous le thème «Connecter les esprits, créer l’avenir ».

Au cœur des traditions

Proposant pas moins de 95 circuits et 50 croisières, Voyages Traditours offre un choix incomparable d’itinéraires sur terre et sur mer. Qu’importe le type de voyage recherché, l’âge des voyageurs et les préférences de ces derniers, l’équipe Traditours est à même de leur offrir le voyage de leur rêve. Après tout, voyager devrait toujours être une expérience exaltante!

Pensés et conçus par les professionnels de l’agence, les circuits offerts par Voyages Traditours sont exclusifs. Ils sont élaborés en tenant compte des attentes des voyageurs et des commentaires de ces derniers. Avec des activités au cœur des traditions, ils amènent les voyageurs à découvrir la culture locale ainsi que les plus beaux endroits à visiter.

La philosophie de l’entreprise est telle qu’un grand soin est accordé à chaque détail d’un voyage dans le but de faire de vos séjours des expériences uniques et positives dont vous sortirez grandis.

Voyages

La référence pour vos projets voyage

Après s’être bâti une solide réputation dans le domaine du voyage au Saguenay – Lac-Saint-Jean, Voyages Carpe Diem continue sa croissance et acquiert Voyages Paradis Saguenay. C’est depuis le 1er juillet dernier que les deux succursales de Voyages Paradis Saguenay sont devenues propriété de Karen Tremblay et d’Audrey Dufour, déjà propriétaires de Voyages Carpe Diem dont les bureaux sont situés sur le boulevard Saint-Paul, à Chicoutimi. L’entreprise devient ainsi la plus importante agence de voyages régionale avec 45 conseillers à son service.

À court terme, cet important changement n’aura d’effet que d’améliorer le service-conseil au sein des trois places d’affaires qui profiteront désormais de l’expertise d’un plus grand nombre de conseillers. Qui plus est, les anciens propriétaires de Voyages Paradis Saguenay, messieurs Alain et Gilles Morasse continueront d’offrir leurs services au sein de l’entreprise.

Une expertise établie

Depuis maintenant trois ans, Voyages Carpe Diem n’a cessé de faire parler d’elle se démarquant par son approche personnalisée ainsi que par le professionnalisme et la grande disponibilité de ses conseillers qui offrent même à leurs clients de les rencontrer chez eux.

N’étant rattachée à aucune bannière ni transporteur unique, l’agence s’assure d’offrir des solutions avantageuses et des produits qui répondent réellement aux besoins et désirs de sa clientèle. 

Les voyageurs sont par ailleurs pris en charge de la préparation de leur voyage jusqu’à leur retour, un service complet visant à optimiser leur expérience.

Voyager en petits groupes

Toujours dans l’optique dans offrir plus à sa clientèle, Voyages Carpe Diem est également propriétaire d’Option monde, un grossiste proposant un vaste choix de circuit destinés aux petits groupes. Actuellement, plusieurs destinations sont disponibles chez Option Monde dont l’Afrique du Sud, le Pérou, l’Égypte, l’Inde et la Jordanie pour ne nommer que ceux-là. 

Les circuits sont mis sur pied par l’agence grâce à des contacts privilégiés avec des partenaires établis au quatre coins du monde. Ils sont offerts avec guides francophones et accompagnateurs de la région.

Centre-ville Arvida

Les nouveaux propriétaires sous le charme d'Arvida

Vous les avez sans doute aperçus à la Boucherie Davis. Ils y sont régulièrement depuis le mois de juillet, affairés à ajouter de nouveaux produits sur les tablettes et à servir la clientèle. Ces nouveaux venus dans le paysage arvidien, ce sont Emmanuel Ross Morel et Élyzabeth Savard, les propriétaires de la Boucherie Davis.

Déjà propriétaires de la Boucherie Manu, à Saint-Fulgence, le couple s’est officiellement porté acquéreur de l’entreprise de la rue Davis le 1er juillet dernier. Il a ainsi pris la relève de M. Régis Bouchard.

Emmanuel étant boucher de formation et Élyzabeth technicienne-comptable, c’est en couple qu’il dirigeront le commerce. Depuis l’acquisition de la Boucherie Davis, ils y passent d’ailleurs le plus clair de leur temps, profitant de leur arrivée au sein de l’entreprise pour rencontrer les clients et découvrir le dynamisme d’Arvida.

«Arvida, c’est vraiment un esprit de communauté. Jusqu’ici, on a été extrêmement bien accueillis par la clientèle, mais aussi par les autres marchands du centre-ville avec qui on espère collaborer davantage dans les mois et les années à venir», mentionne Emmanuel Ross Morel.

Plusieurs nouveautés à venir

Conscients de l’importance de la Boucherie Davis au centre-ville d’Arvida et de l’attachement des citoyens envers cette véritable institution, les nouveaux propriétaires n’ont nullement l’intention de dénaturer l’établissement. Bien au contraire, ils souhaitent conserver ce qui fait le charme de l’endroit, le style un peu vintage, voire campagnard du commerce, le service au comptoir ainsi que la relation de proximité entre le personnel et les clients.

Cela ne les empêche pas d’avoir une foule de projets en tête pour bonifier l’offre de produits. Récemment, ils ont d’ailleurs fait l’ajout d’une vaste sélection de bières de microbrasseries. Tous les jeudis, il est aussi possible de s’y procurer du pain frais, offert en quantités limitées. Les propriétaires comptent également développer l’offre de charcuteries et de terrines maison et multiplier les partenariats avec les entreprises régionales.

Centre-ville Arvida

Effectuer l’entretien de son vélo en fin de saison

Bien qu’il reste encore de belles semaines ensoleillées pour vous adonner à votre sport de prédilection, il est aussi temps de penser à votre prochaine saison de vélo. Pour éviter de retarder votre retour en selle au printemps 2020, faites faire l’entretien et la vérification de votre vélo dès cet automne.

«En haute saison, nous sommes toujours très occupés. Il peut devenir difficile de trouver du temps pour faire la vérification des vélos de nos clients, même s’il s’agit parfois d’un travail d’une quinzaine de minutes. En nous confiant leur vélo plus tôt dans l’année, à la fin de la saison par exemple, ça nous permet d’y consacrer tout notre temps et de ne pas nous surcharger au printemps», explique Félix Joncas, technicien et conseiller chez Cycles Amadeus.

Qu’il s’agisse de vérifier l’état des composantes du vélo (l’étirement de la chaîne, la cassette, etc.) ou de faire l’entretien général de ce dernier, différents services sont offerts chez Cycles Amadeus.

«On offre différents types de mécanique que ce soit sur vélo électrique ou autre. Selon les besoins de nos clients, on peut démonter complètement le vélo et le faire briller comme un sou neuf. On peut aussi n’effectuer que la mécanique générale ou le remplacement de certaines pièces pour s’assurer que tout soit prêt et en ordre pour la prochaine saison», mentionne Félix Joncas.

En confiant votre vélo aux experts de Cycles Amadeus en basse saison vous profitez également de rabais équivalent aux taxes sur l’entretien. Une autre bonne raison de le faire dès maintenant!

Centre-ville Arvida

IGA Mellon - À l’écoute des familles d’ici

Faire ses courses dans un supermarché de propriété régionale, c’est avoir la chance de donner son opinion et de savoir qu’elle est prise en compte. C’est avoir l’opportunité de rencontrer directement ceux qui ont un pouvoir décisionnel pour leur communiquer nos goûts, nos envies et nos besoins. Chez IGA Mellon, Cathie et Dany St-Pierre, épiciers-propriétaires, connaissent leur clientèle. Depuis toujours, ils demeurent à son écoute et veillent à répondre à ses attentes.

Développement durable

Parce que le développement durable est au cœur des préoccupations des Arvidiens, mais plus largement de l’ensemble des Québécois, IGA Mellon a fait le choix d’ajouter le compostage à ses initiatives environnementales. Ainsi, en plus de recycler, de récupérer ses huiles usées et de réduire le gaspillage en faisant de nombreux dons alimentaires, l’entreprise effectue maintenant le compostage des aliments qui ne peuvent connaître un meilleur sort.

Ces pratiques lui ont d’ailleurs valu cette année la certification Platine du programme Action Réduction du Jour de la Terre.

«C’est vraiment un choix que nous avons fait. Évidemment, toutes ces initiatives ont un coût pour l’entreprise, ça demande du temps et beaucoup d’implication de la part des employés, mais on est convaincu que ça en vaut la peine», soutient Cathie St-Pierre.

Par ailleurs, depuis le 16 septembre, les supermarchés IGA du Québec acceptent maintenant les contenants réutilisables. Il est donc possible d’apporter ses propres contenants pour le vrac, les fruits et légumes et les comptoirs libre-service.

Également, à compter de janvier, il ne sera plus possible de se procurer des sacs en plastique. Ceux-ci seront remplacés au besoin par des sacs en papier, et ce, dans l’ensemble des IGA du Québec.

Achat local

Une autre façon pour les épiciers-propriétaires du IGA Mellon de satisfaire leur clientèle est en faisant régulièrement l’ajout de nouveaux produits en magasin. Les produits régionaux figurent notamment parmi les demandes fréquentes des clients.

Cet été, pas moins de 20 nouveaux fournisseurs locaux ont ainsi fait leur entrée chez IGA Mellon. Dans tous les départements, on retrouve de nombreux produits cultivés, fabriqués ou transformés au Saguenay – Lac-Saint-Jean.

«Nous sommes une entreprise régionale, alors il est normal pour nous d’encourager les autres entreprises d’ici», affirme Mme St-Pierre.

L’entreprise est aussi très présente dans la communauté et soutien bon nombre d’organisation, d’événements et d’équipes sportives.

Entreprises d'ici

Nouveau développement domiciliaire à Saint-Félix-d'Otis

À seulement 15 minutes de Saguenay, la Municipalité de Saint-Félix-d’Otis est un endroit prisé des villégiateurs notamment pour la beauté de ses paysages. Au cours des dernières années, elle s’est également fait remarquer pour le dynamisme de sa communauté de sorte qu’on constate actuellement une croissance de sa population. Un nouveau développement domiciliaire y voit d’ailleurs le jour, ce qui permettra à la municipalité d’accueillir de nouvelles familles sur ton territoire.

Au cœur du village

Le développement intergénérationnel comptera un total de 19 terrains dont 7 qui feront partie de la phase un. Dès le printemps prochain, les premières maisons pourront être construites sur le prolongement de la rue Simard, en plein cœur du village. S’en suivra une deuxième phase de développement sur la rue Claveau. Les terrains d’environ 

15 000 pieds carrés sont tous sans voisin arrière. Qui plus est, leur prix à l’achat est de deux à trois fois moins cher qu’en ville. Ceux et celles qui réserveront le leur avant le 1er novembre bénéficieront de surcroît de 10 000 $ de rabais sur le prix courant. Ils pourront donc se porter acquéreurs d’un terrain résidentiel relié aux services d’aqueduc et d’égout pour seulement 30 000 $.

Secteur de villégiature

Bordé par le Fjord, entouré de forêts et de lacs, il va sans dire que Saint-Félix-d’Otis a tout pour plaire aux amants de la nature. Les citoyens y profitent notamment de la proximité des pistes de quads et de motoneiges. En été, ils sont aussi nombreux à utiliser le débarcadère à bateaux pour s’évader le temps d’une journée sur le lac Otis. Baignade à la plage municipale, randonnées pédestres, pêche, raquettes, ski de fond, ce ne sont pas les activités sportives et de loisirs qui manquent dans le secteur.

Un milieu de vie dynamique

Certifiée «Municipalité amie des aînés», «Fleuron du Québec» et catégorie or pour les «Environnements favorables», Saint-Félix-d’Otis offre une qualité de vie sans pareille. À mi-chemin entre ce que l’on retrouve en ville et en milieu rural, la municipalité profite d’une offre de services variée. La vie culturelle, sportive et communautaire y est aussi bien remplie. On retrouve également sur le territoire deux employeurs de choix soit le camping municipal de Saint-Félix-d’Otis et le Site de la Nouvelle-France. 

Bienvenue aux jeunes familles

Alors que les jeunes familles sont de plus en plus nombreuses à chercher un milieu de vie sécuritaire, accueillant et dynamique où s’établir, le prolongement de la rue Simard arrive à point. Saint-Félix-d’Otis a en effet beaucoup à offrir à ceux qui s’établissent sur son territoire : un taux de taxation très bas, des terrains résidentiels abordables et d’intéressantes possibilités d’emploi. Les familles y retrouvent également une école primaire, proposant le projet «Plein air, nature et développement durable», ainsi que des infrastructures de loisirs modernes situées à proximité du Chalet des loisirs. 

Voyages

Spécialités Suzette, la destination maillots pour vos vacances

Juste à penser à l’achat de maillots de bain et de tenues de plage que déjà, vous avez la tête qui tourne. C’est que parmi la multitude de modèles et de tendances, trouver un modèle élégant et confortable qui épouse votre silhouette vous apparait un défi incommensurable. Heureusement, l’équipe expérimentée de Spécialités Suzette est là pour vous aider et rendre votre expérience de magasinage des plus positives.

À chacun son maillot de bain

Chez Spécialités Suzette, quelle que soit la taille de votre bonnet, votre âge ou votre silhouette, vous trouverez assurément des morceaux pour agrémenter vos sorties à la plage. Que vous soyez plus du type bikinis, tankinis ou maillot une pièce, un large éventail de modèles sont disponible, et ce, dans des marques de renom. Vous retrouverez entre autres les produits innovateurs de la marque allemande Sunflair, qui œuvre dans le domaine depuis 1947. Spécialités Suzette est d’ailleurs le seul point de vente en région à offrir ces produits de qualité, dont la réputation n’est plus à faire. Vous retrouverez en magasin des maillots de bain de la division balnéaire reconnue pour la profondeur des bonnets allant de A à H ainsi que la division sport, qui propose des maillots de bain ayant une grande résistante au chlore. Une belle variété d’accessoires s’offre également à vous, robes soleil, shorts, pantalons, cache-maillots, de quoi habiller vos maillots de bain tout en ajoutant une petite touche coquette et raffinée! Les marques Sunflair et Anita proposent aussi de magnifiques maillots mastectomie une pièce ou deux pièces permettant l’insertion de prothèses.   

Une équipe dévouée

Précurseur dans son domaine, Spécialités Suzette est bien ancré dans le paysage régional depuis plus de 50. Avec son approche personnalisée et sa vaste gamme de produits de qualités, la boutique s’est taillée une place de choix dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. De plus, les conseillères sont spécialement formées pour ajuster correctement soutiens-gorge et maillots de bain pour faciliter votre magasinage et vous aider à trouver le morceau qui vous sied à merveille. 

Vos préparatifs de voyage commencent chez Spécialités Suzette, la destination par excellence pour faire de votre magasinage, une expérience positive que vous souhaiterez renouveler.

Voyages

Sortir de sa zone de confort

Quitter la maison et le confort de celle-ci pour partir à l’aventure peut comporter son lot de stress. Si certaines personnes préfèrent préparer leur voyage dans les moindres détails, d’autres préfèrent davantage s’en remettre à la spontanéité et se laisser porter par l’effervescence du moment. « Je ne me demande pas où mènent les routes, c’est pour le trajet que je pars », cette citation d’Anne Hébert révèle l’importance d’apprécier l’ensemble d’un voyage et d’essayer, autant que possible, de s’abandonner à l’inconnu. Apprécier de nouveaux aliments, vaincre ses peurs, aller à la rencontre de nouvelles personnes, toutes ces actions peuvent vous sortir de votre zone de confort et rendre notre voyage riche d’expérience. Voici quelques idées pour pigmenter vos vacances et faire de votre escapade, un souvenir dont vous vous souviendrez longtemps.

Le téléphone, avec modération

Pour que vous puissiez vous abandonner complètement et décrocher de la routine quotidienne, donnez-vous comme but ultime d’utiliser votre téléphone que pour l’essentiel, ce qui se résume à téléphoner et à prendre des photos. La coupure avec le monde extérieur, notamment les réseaux sociaux, est une excellente façon de s’éloigner du brouhaha quotidien et de focaliser sur l’instant présent et les gens qui vous entourent dans l’immédiat. De plus, vous aurez la chance, à votre retour, de montrer en exclusivité à votre entourage vos souvenirs de voyage. 

Ouvrir ses œillères

Que vous optiez pour un voyage organisé ou un voyage indépendant, osez aller à la rencontre des gens afin de découvrir de nouvelles cultures et ainsi vivre une immersion des plus complètes. Vous pouvez préalablement faire des recherches sur la destination que vous choisissez et ses habitants. Si le cœur vous en dit vous pouvez vous lancer dans l’apprentissage d’une nouvelle langue. Cette action aura comme répercussions de faciliter les échanges et d’établir un rapport de proximité avec les habitants. 

Goûter le monde

En voyage, il est préférable d’ouvrir vos horizons et de laisser de côté vos caprices. C’est le moment tout à propos pour développer vos goûts et repousser vos limites culinaires. Régalez-vous de plats typiques et découvrez de nouvelles façons de cuisiner avec des aliments et des techniques différentes. 

Se fixer des objectifs

Sortir de sa zone de confort lors d’un voyage peut également signifier d’aller à la rencontre de ses peurs et d’oser les surmonter. En identifiant vos craintes, vous serez en mesure de vous fixer des objectifs qui vous aideront à cheminer pour que celles-ci s’amoindrissent ou disparaissent. Vous avez une peur bleue des hauteurs? Choisissez des activités qui vous permettront de surmonter votre peur. Inutile de sauter en parachute et de vous lancer dans le vide, soyez tout de même indulgents avec vous-même et procédez graduellement. 

En acceptant de dépasser vos limites et de sortir de votre zone de confort, votre voyage sera ponctué de petites victoires qui se transformeront en des souvenirs impérissables.  

Voyages

L’Agence par Groupe Voyages Québec fête ses 10 ans!

Le Groupe Voyages Québec, fondé en 1979 par monsieur Paul Plourde, originaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, cumule plus de 40 ans d’expérience. Ayant développé son offre de services au cours des dernières années, l’entreprise compte aujourd’hui huit agences, dont cinq, regroupées sous la bannière L’Agence par Groupe Voyages Québec, sont situées dans la région. La bannière célèbre d’ailleurs cette année, ses 10 ans au service de la population du Saguenay, d’Alma, de Roberval, de Saint-Félicien et de Dolbeau-Mistassini.

« La clientèle du Saguenay–Lac-Saint-Jean est très importante pour nous et nous essayons de travailler en fonction des besoins des gens. D’ailleurs, nous tentons d’organiser le plus possible des départs de la région pour faciliter le déplacement des voyageurs », affirme Mme Angelina Miconiatis, directrice générale. 

Le plus grand réseau d’agences au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Avec son offre de services sans cesse renouvelée ainsi que son approche des plus personnalisées, l’entreprise a su se tailler une place de choix dans le domaine du voyage et peut affirmer, sans prétention, être le plus grand réseau d’agences du Saguenay–
Lac-Saint-Jean. « Au fil des ans, nous avons développé des relations de proximité et de confiance avec nos clients qui reviennent nous voir. Nous offrons un bon produit à un prix juste et un excellent rapport qualité-prix », ajoute Mme Miconiatis.  

Pour une expérience voyage incomparable

Reconnue pour les voyages en groupe, l’agence propose également une offre diversifiée pour concocter des voyages sur mesure selon les goûts et les budgets de sa clientèle. Croisières, forfaits sud, vente de billets d’avion, le personnel chevronné des différentes succursales, vous accompagne dans vos démarches et vous aide à faire des choix éclairés. Certains employés comptent d’ailleurs plus de 20 ans d’expérience dans le domaine et sont donc en mesure de répondre avec certitude à vos questions.
« En plus de sauver du temps et de bénéficier de conseils personnalisés, les voyageurs s’assurent de partir l’esprit tranquille, car en cas de problème, l’agent en charge du dossier est là 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. De plus, l’agent s’assure de bien cerner les besoins des clients afin de les arrimer avec des hôtels et des activités conséquentes », explique Mme Miconiatis. 

Des destinations pour tous les goûts

Des vols sur semaine, en partance de Bagotville sont toujours offerts par Sunwing à destination de Varadero, Puerto Plate, Punta Cana et Cancún. Pour souligner son 10e anniversaire, l’Agence par Groupe Voyages Québec offrira la sélection de sièges et le stationnement à l’aéroport de Bagotville gratuitement aux voyageurs, pour une valeur de 120 $ par couple. Les gens désirant partir à la découverte de nouvelles destinations tout en partant de Bagotville y trouveront également leur compte avec des vols de correspondance d’Air Canada à Montréal. Les horaires de vols actuels permettent de faire une correspondance vers la Barbade, Curaçao, Guadeloupe, les îles Turques et Caïques et San Juan Puerto Rico, idéal comme point d’embarquement pour une croisière dans les Caraïbes.

En nouveauté cette année, Sunwing offre un vol en partance de Québec à destination de Mazaltant sur la côte pacifique du Mexique, à quelque 400 km au nord de Puerto Vallarta.  Connue aussi sous le nom de « perle du Pacifique » Mazatlan est une station balnéaire ensoleillée qui jouit de 20 kilomètres de plage et de trois îles paradisiaques.

Finalement, en ce qui concerne les nouvelles destinations et les tendances 2020, la Turquie et la Tunisie font un retour en force. Le populaire combo Israël et Jordanie, le Portugal et les îles de la Madeleine sont quant à eux toujours disponibles. Toutes ces destinations sont offertes en formule groupe avec accompagnateur francophone. 

Restez à l’affût, car L’Agence par Groupe Voyages Québec vous réserve quelques surprises afin de souligner ce 10e anniversaire comme il se doit!  

Voyages

Prochain arrêt : Costa Rica!

La préparation d’un voyage a quelque chose d’exaltant et d’euphorisant. Quelques mois avant le grand jour du départ, on se figure, étendue sur une plage ou escaladant une montagne, et déjà, l’excitation nous gagne! On sélectionne alors les incontournables à visiter, les endroits où loger, on se renseigne sur la culture des habitants et on emmagasine une foule d’informations, lesquelles nous permettront d’agrémenter notre voyage! Peut-être en êtes vous à planifier votre prochaine destination voyage. Si votre choix n’est pas encore arrêté, nous vous proposons dans ce texte, de partir à la découverte d’un pays exotique aux habitants chaleureux; le Costa Rica!

Zoom sur le Costa Rica

Le Costa Rica, dont la capitale est San José, est un pays d’Amérique Centrale qui compte 4 947 490 habitants, ce qui en fait le 120e pays le plus peuplé au monde. Les revenus principaux du pays proviennent en grande partie du tourisme, mais également des exportations de produits traditionnels, comme la banane, le café, le sucre, le cacao et l’ananas. 

Le climat du Costa Rica est scindé par deux saisons bien distinctes : une saison sèche qui s’étend de décembre à avril et une saison des pluies d’avril à novembre. La température moyenne est de 20 degrés, mais peut grimper jusqu’à 32 degrés en été (saison sèche). Le mois de prédilection pour partir en voyage au Costa Rica est le mois de mai puisque la flore est à son apogée en raison de la pluie. Les épisodes d’averses ne durent d’ailleurs que quelques heures, ce qui permet aux touristes d’apprécier la beauté des paysages. 

Branché - Les Comités des usagers du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Le pouvoir de changer les choses

Les usagers du réseau de la santé et des services sociaux, ce sont nous tous, les Québécois et Québécoise, qui à un moment de notre vie, pourrions avoir recours aux services du réseau. Qu’il s’agisse de la femme enceinte, de la personne anxieuse, du travailleur en arrêt de travail, du résident en CHLD, de la personne aînée ou de la personne atteinte d’un cancer, tous ont le droit de bénéficier de soins et de services appropriés et de participer activement aux décisions pouvant affecter leur état de santé et leur bien-être. Afin de faire respecter ces droits sur l’ensemble du territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, des comités sont présents dans chaque établissement de santé et agissent comme des défenseurs et des partenaires de proximité pour faire entendre la voix de tous les usagers.

Défenseurs de vos droits

Les bénévoles qui constituent les comités participent activement à travers plusieurs actions à l’amélioration continue des services offerts aux usagers. Le respect des droits, la qualité des services ainsi que la satisfaction des usagés, constituent la pierre angulaire des comités des usagers de la région. En plus de faire la promotion des droits, les comités veillent à sensibiliser la population en allant à la rencontre des gens et en effectuant divers sondages qui permettent d’évaluer, entre autres, le taux de satisfaction des usagers.  

La semaine des droits des usagers 

La Semaine des droits des usagers du réseau de la santé et des services sociaux est organisée chaque année par le Regroupement provincial des comités des usagers (RPCU), en collaboration avec les comités des usagers et de résidents du Québec. Durant cette semaine qui se tiendra du 19 au 27 septembre, les différents comités de la province iront à la rencontre des usagers afin de les renseigner sur leurs droits. Le thème de l’édition 2019 reprend l’un des droits de l’usager : le droit de participer aux décisions qui concernent sa santé. « Tout usager a le droit de participer aux décisions pouvant affecter son état de santé et son bien-être. Ce droit est reconnu par la loi », explique Mme Nicole Tremblay, présidente du Comité des usagers du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean.  

Le pouvoir d’agir 

« L’usager et ses proches sont encouragés à exprimer leur point de vue et leurs attentes auprès des professionnels, des intervenants et du personnel soignant, c’est important de le faire », ajoute Mme Tremblay. En effet, lorsqu’ils font face à une prise de décision, les usagers ignorent souvent qu’ils sont confrontés à plusieurs choix. Pour prendre une décision éclairée en toute connaissance de cause, l’usager doit avoir accès à toutes les sources d’informations possibles et doit également avoir le temps nécessaire pour délibérer. 

Le soutien et la contribution des proches

Dans toute décision qu’il a à prendre, l’usager peut compter sur le soutien et la contribution de ses proches, parents, proches aidants et amis. Ces personnes de confiance, qui ont un lien significatif avec l’usager, pourront l’accompagner dans la décision qu’il a à prendre et ainsi l’aider à faire des choix plus éclairés. Le droit d’être accompagné, assisté ou représenté ainsi que le droit de consentir à des soins ou de refuser sont aussi des droits de l’usager reconnus par la loi. 

 Les comités profitent de cette semaine des droits des usagers pour inviter la population à s’impliquer au sein des comités des usagers et comités de résidents. 

Pour en savoir davantage sur les activités qui se tiendront dans le cadre de la semaine et vous informer sur les droits des usagers, visitez la page Facebook du Comité des usagers du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean. 

Chasse

Chasser en toute connaissance de cause

En 2002, le gouvernement du Québec reconnaissait officiellement le droit de pêcher, de chasser et de piéger sur l’ensemble du territoire québécois. Or, ce droit reconnu implique des responsabilités sociales et environnementales pour tous les chasseurs. En effet, il incombe à tous les chasseurs de respecter l’environnement dans lequel ils pratiquent leurs activités, mais également de respecter les autres chasseurs qui sillonnent les mêmes territoires à la conquête de gibier. La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs propose d’ailleurs un Code de comportement du chasseur québécois qui invite les chasseurs à se comporter de façon exemplaire dans tous les aspects de la pratique de cette activité.

Partage du territoire

Terrain public

Au Québec, la loi donne libre accès au territoire public, ce qui signifie qu’en aucun cas, l’appropriation exclusive de territoire n’est permis. Par contre, il existe de nombreuses variations selon la zone, notamment pour les limites de prises, les saisons de chasse ainsi que les engins permis. Pour connaître les règlements propres à chaque territoire ainsi que les espèces chassées, téléchargez gratuitement l’application mobile pour iPhone « Zone Chasse ». 

Terrain privé

Selon le Code, il est mentionné que : « bien que la faune soit une propriété collective, le fond de terrain appartient de plein droit au propriétaire et lui seul a le choix d’en permettre ou d’en interdire l’accès ». Ainsi, avant de circuler sur des terres privées, tout chasseur est contraint de demander la permission au propriétaire.  

Respect de la faune et de la flore

Afin que la chasse perdure sans en affecter l’écosystème, tout chasseur se doit de respecter l’environnement dans lequel il est amené à pratiquer son sport. Ainsi, une conscience aiguisée en matière de protection de la faune et de la flore signifie dans un premier temps d’éviter de laisser une trace nuisible pour l’environnement et donc, de ramasser tous ses déchets. Le respect de la faune se traduit également par le respect des diverses espèces, qui parfois, sont soumises à des règlementations particulières. Pour être au fait de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, visitez le www.legisquebec.gouv.qc.ca.

Soucieux de connaître toutes les recommandations pour une chasse des plus responsables ? Rendez-vous au www. fedecp.com

Source : La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs ( FécéCP) 

Chasse

Régression des bernaches migratrices

Depuis quelques années, le Service canadien de la faune a constaté un important déclin quant à la population des bernaches migratrices. La période de nidification étant plus difficile pour ces dernières, le recensement des couples reproducteurs diminue d’année en année depuis 2016-2017. Cette baisse aura fort probablement une incidence sur les prochaines saisons de chasse à la bernache du Canada.

Dans une entrevue livrée au journal Le Quotidien dernièrement, Michel Bouchard, président de l’Association des sauvaginiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean, mentionnait que les chasseurs devaient se préparer à faire des sacrifices : « En 1995, on a fermé la chasse alors qu’il restait seulement 40 000 couples dans les aires de nidification. En 2018, les inventaires estimaient le nombre de couples à 100 000 ». 

On apprenait également, dans un article tiré de Radio-Canada, que les conditions météorologiques seraient responsables du bilan à la baisse. En effet, le professeur en aménagement de la faune de l’UQAM, Jean-François Giroux, explique qu’en raison du printemps tardif, les étangs étaient encore gelés, laissant ainsi peu de sites pour la nidification. 

On ne connaît pas encore les tenants et aboutissants de ce phénomène sur les possibles modifications en ce qui concerne la chasse à la bernache. Or, une rencontre de la Table de concertation fédérale pour la gestion des oiseaux migrateurs, prévue à la mi-octobre, permettra aux chasseurs d’en savoir davantage prochainement. 

À suivre...                                                                                                             

Chasse

L’appel de la nature

ll y a de ces passionnés que l’on écouterait parler des heures durant. À travers leurs récits ponctués d’anecdotes, ils nous transmettent leur enthousiasme et leur passion indéfectible. En discutant avec Roby Desbiens, un adepte incontesté de la chasse, l’envie nous prend soudainement de prendre part à cette activité et de partir à la conquête du gibier.

On peut dire que Roby Desbiens a la chasse tatouée sur le coeur, puisqu’il s’est littéralement fait tatouer le sigle de Browning (une compagnie d’armes à feu) sur son avant-bras. Cet appétit grandissant pour la chasse se traduit d’abord et avant tout par une passion pour la nature et les grands espaces verts. Ayant grandi dans le secteur de Shipshaw, à Jonquière, Roby est un adepte de la nature depuis son très jeune âge. Déjà, à l’âge de sept ans, il arpentait les bois environnants afin de poser des collets à lièvres. Quelques années plus tard, c’est accompagné de sa conjointe et de son ami, Frédérick Riverain, qu’il s’adonne à la petite et à la grosse chasse. Jeune papa depuis peu, il initie également sa petite fille, Gaëlle, aux plaisirs de la nature.  

Une chasse responsable

 Depuis qu’il pratique activement ce sport, une chose importe pour Roby; le respect de la nature. « Il arrive souvent que l’on doive passer dernière les gens et faire le ménage, car ils laissent délibérément traîner leurs déchets en pleine nature. Pour ma part, je m’assure de ramasser mes cartouches et d’utiliser des pigeons d’argiles biodégradables. Je trouve également important de consommer le gibier que nous chassons et d’éviter la gaspille », raconte-t-il. D’ailleurs, grâce à ses nombreux butins, Roby s’approvisionne en viande pour toute l’année. Il prend même plaisir à essayer de nouvelles recettes et à cuisiner autrement la viande sauvage. 

Rester à l’affût

Érudit de la chasse, Roby ne cesse de s’informer et d’alimenter ses connaissances dans ce domaine afin de peaufiner ses techniques et de rester à l’affût. Il fait d’ailleurs partie de l’Association des Sauvaginiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui se veut un organisme permettant aux chasseurs de faire entendre leur voix dans le milieu. En adhérant à l’Association, les chasseurs ont de surcroît accès au club de tir, aux marais ainsi qu’aux divers champs ayant été ciblés pour venir en aide aux agriculteurs de la région. Des activités d’initiation sont également organisées pour parrainer des jeunes et ainsi assurer une relève responsable et informée des enjeux entourant la chasse aux oiseaux migrateurs. Pour en découvrir davantage, visitez le www.sauvaginiers.org. 

Cet amateur de chasse aguerri prend également plaisir à essayer les nouveautés sur le marché. Au même titre qu’un guitariste qui possède sa collection de guitares, Roby a lui aussi une collection impressionnante d’armes à feu de plusieurs calibres. Son partenaire de chasse et lui se font un devoir d’essayer chacune des armes afin de comparer les différents produits et d’être à même d’utiliser le bon calibre dans une situation déterminée. 

Une journée idéale

Bien qu’il pratique la petite chasse depuis bon nombre d’années, Roby a dernièrement eu la piqure pour la chasse à l’orignal. Ainsi, depuis l’année dernière, il a la chance de pouvoir pratiquer la grosse chasse sur un terrain privé appartenant à une amie. Une journée idéale pour traquer la bête commence avant la lueur du matin aux alentours de 2 h. Déjà, à cette heure, l’appel de la nature le gagne et l’adrénaline monte en lui. À pied, il parcourt plusieurs kilomètres par jour afin de repérer les bêtes et d’espérer mettre la main sur l’une d’entre elles. Malgré le vent qui était de la partie lors de sa toute première journée de chasse, la chance lui a sourit et Roby a pu enfin passer à l’action et tenter l’impossible sur une bête se trouvant à 60 pieds de lui. À 18 h 40, il appuyait sur la détente et la balle, traversant la forêt dense, atteignait finalement la cible tant convoitée. La chance du débutant direz-vous? À constater les heures de pratiques et le sérieux avec lequel il prépare ses journées de chasse, j’oserais dire que la chance du débutant a rencontré un véritable chasseur en devenir. 

Chasse

Une trousse de survie sur mesure

La préparation d’un voyage de chasse a quelque chose d’exaltant et d’euphorisant à la fois! Plusieurs mois à l’avance, vous préparez votre équipement et ciblez les secteurs de chasse où vous souhaitez vous rendre. Le Québec regorge d’endroits formidables pour pratiquer la chasse et explorer de vastes territoires. Toutefois, afin de partir à l’aventure en toute sécurité, la vigilance est de mise! Ainsi, prévoyez dans votre préparation une trousse de survie adaptée selon votre voyage. Si vous possédez déjà une trousse, assurez-vous d’en renouveler le contenu et de vérifier que les éléments qui s’y retrouvent soient toujours d’actualité. Voici quelques essentiels pour commencer à garnir votre trousse comme il se doit!

Afin de redoubler de vigilance et de partir en toute quiétude, adhérez à une organisation comme AirMedic  qui offre le service d’évacuation de blessés en régions éloignées du Québec.

Il est également recommandé de louer un téléphone satellite ou un appareil SPOT-X pour les séjours en forêts, loin de toute civilisation. 

Chasse

Cuisiner la viande sauvagine

Bernache, oie, canard, la viande sauvagine nécessite un traitement particulier afin d’en apprécier toutes les subtilités. Cuisiniers à vos couteaux, voici quelques conseils pour préparer votre viande et vous régaler d’un succulent repas chassé et cuisiné par nul autre que vous-même!

Le faisandage

Le faisandage, qui consiste à suspendre les oies éviscérées, doit être réalisé dans un endroit frais et sec. Ce procédé est nécessaire pour laisser la viande reposer et ainsi lui permettre de s’attendrir. Deux jours sont suffisants pour les jeunes oies, alors que les adultes nécessitent une période de faisandage d’une durée de quatre jours. 

Congélation

Il est recommandé d’attendre un minimum de trois jours avant de mettre un oiseau au congélateur. La raison étant que les oiseaux migrateurs parcourent des milliers de kilomètres au printemps et à l’automne. De ce fait, leur chair se retrouve gonflée de muscles qui doivent être relâchés et attendris, sans quoi celle-ci risque d’être plus coriace. 

Identifier l’âge des oiseaux

Étant donné qu’un oiseau âgé de 7-8 ans est susceptible d’être moins tendre qu’un jeune oiseau, il importe de les séparer selon leur âge. Ainsi, lorsque les oiseaux sont identifiés, vous vous assurez que toutes vos poitrines ont sensiblement la même tendreté. 

Tout conserver

Pour éviter le gaspillage et rentabiliser au maximum chacune de vos prises, conservez le foie, les gésiers, ainsi que les cuisses. Gardez également la carcasse de quelques oiseaux pour en faire des fonds de gibier qui deviendront la base de vos sauces et accompagneront vos poitrines. 

Source : Journal Le Migrateur et la FécéCP 

Port de Saguenay

Plus de 200 délégués de l’industrie maritime à Saguenay

Du 9 au 12 septembre, Port de Saguenay sera l’hôte du Congrès annuel et de l’assemblée générale de l’Association des administrations portuaires canadiennes (AAPC), le plus important événement maritime au Canada. Plus de 200 hauts dirigeants des administrations portuaires du pays ainsi que différents partenaires et acteurs de l’industrie du transport maritime se réuniront pour l’occasion à Saguenay.

«Il s’agit d’un événement de grande envergure qui se déplace d’année en année à travers le pays. À Saguenay, c’est la deuxième fois que nous avons la chance d’en être l’hôte, la première remontant à 1995», rappelle Carl Laberge, directeur général de Port de Saguenay. 

«Il est évident que c’est une grande fierté pour nous d’accueillir tous ces gens qui gravitent dans l’industrie maritime. C’est l’occasion de leur faire découvrir la région du Saguenay – Lac-Saint-Jean ainsi que nos installations, mais c’est aussi une chance extraordinaire de permettre aux entreprises d’ici de venir échanger avec eux».

Un rendez-vous d'envergure

Sous le thème «Ancré dans le développement», le Congrès, qui se déroulera à l’OTL Gouverneur Saguenay, se veut avant tout une rencontre d’information et de réseautage permettant aux participants de faire le point sur les meilleures pratiques de l’industrie.

Des représentants des 18 administrations portuaires canadiennes s’y réuniront pour échanger, discuter et apprendre. Les conférences et panels de discussion prévus à l’horaire témoignent de la grande diversité des thèmes abordés : cybersécurité, innovation, numérisation, politique, environnement, etc.

«Nous travaillons à l’organisation de cet événement depuis maintenant un an. Nous sommes particulièrement satisfaits de la qualité des intervenants que nous avons réussi à avoir, dont certains sont de renommée internationale. Parmi la diversité des panels et présentations, il y aura aussi une forte présence régionale. Nous aurons entre autres Mathieu Ferland, producteur principal chez Ubisoft, qui parlera de collaboration multisectorielle. La Lieutenant-colonel Annie Malouin, commandante adjointe de la 3e Escadre, ARC Bagotville et Nathalie Lessard de Rio Tinto nous feront aussi profiter de leur expertise», souligne M. Laberge.

D’autres conférenciers de la région et d’ailleurs partageront également leur savoir, leurs idées et leur vision lors de cet important rassemblement annuel. Un panel sera d’ailleurs consacré au point de vue des partenaires. Il sera animé par des représentants de Métaux Black Rock, Arianne Phosphate et Énergie Saguenay.

Une occasion à saisir

Parmi le programme bien rempli du congrès, un cocktail de réseautage est prévu, le mardi 10 septembre, du côté du Hangar du Vieux Port de Chicoutimi. Si dans son ensemble l’événement s’adresse principalement à la communauté maritime du Canada, le cocktail est ouvert à tous. Selon Carl Laberge, il s’agit d’une occasion à saisir pour venir rencontrer les représentants des administrations portuaires canadiennes et partenaires du secteur du transport maritime. Il est possible de se procurer des billets au ACPA2019.ca

Centre de l’Audition & Acouphène

L’ouïe, une alliée précieuse pour les chasseurs

Les amateurs de chasse consacrent bon nombre d’heures à préparer leur territoire ainsi que leur équipement afin de pouvoir piéger le gibier tant espéré. Cependant, au moment de faire feu, savent-ils que leur santé auditive est en jeu? La protection auditive est trop souvent laissée-pour-compte et les chasseurs s’exposent à une perte d’audition.

Les risques auditifs pendant la chasse

Le bruit émit par une arme à feu est largement supérieur au niveau à partir duquel des problèmes auditifs peuvent survenir. Considérant qu’un fusil de chasse peut atteindre 163 dB, l’impact du son peut endommager de façon permanente l’audition et ce, après une seule exposition. Une recherche de l’Université du Wisconsin, réalisée sur un groupe âgé entre 48 et 92 ans, nous apprend que les chasseurs réguliers sont plus susceptibles de présenter une perte auditive en hautes fréquences et que ce risque augmente de sept pour cent tous les cinq ans. L’acouphène, c’est-à-dire un son qui n’est pas produit par une source extérieure, peut aussi apparaître de manière soudaine. Jusqu’à 86% des gens ont déjà eu un acouphène temporaire à la suite d’une exposition au bruit dans le cadre de leurs loisirs. Cela est préoccupant puisqu’un acouphène, même passager, signale que le système auditif a été endommagé. Malheureusement, trop peu d’individus touchés par ce problème prendront cet avertissement au sérieux.

Saviez-vous que l’oreille la plus susceptible de développer une surdité reliée au tir épaulé est celle opposée à l’épaule où est positionné le fusil? Par exemple, les tireurs droitiers, qui tiennent leur arme à droite du menton, ont tendance à développer une perte auditive à l’oreille gauche, et inversement pour les tireurs gauchers, puisque l’autre oreille est protégée par l’effet d’écran de la tête.

De plus, ceux qui pratiquent la chasse aux oiseaux migrateurs, par exemple, sont plus à risque de développer un problème auditif en raison de la succession rapide de coups de feu et du rapport de proximité avec les autres chasseurs.

Mieux vaut prévenir que subir

La prévention est la seule façon de se protéger contre une perte d’audition causée par le bruit. Il existe différents protecteurs auditifs adaptés à la chasse. Les coquilles, les bouchons en mousse et ceux faits sur mesure offrent une protection optimale pour abaisser le niveau sonore à une intensité sécuritaire. Certains modèles sont même munis d’un système électronique capable d’amplifier les sons pertinents de l’environnement et de couper ceux qui atteignent un niveau dangereux pour l’ouïe.

Renseignez-vous auprès des professionnels œuvrant au Centre de l’Audition et Acouphène afin de faire évaluer votre audition et d’être conseillé pour une protection auditive adaptée.

1-800-SURDITÉ

Bordeaux fête le vin à Québec

Bordeaux fête le vin à Québec plus festif que jamais

Bordeaux fête le vin à Québec prendra vraiment des airs de fête pour la cinquième présentation de l’événement, qui se tient du 22 au 25 août. C’est une programmation totalement repensée, comprenant plusieurs nouveautés, que vous réserve cette année le rendez-vous biennal des amateurs de vin.

La principale nouveauté est sans doute le fait que Bordeaux fête le vin à Québec quitte l’Espace 400e pour s’installer à l’Agora du Port de Québec. Lors d’un récent point de presse, le maire Régis Labeaume a motivé le déménagement par les possibilités créatives qu’offre ce site enchanteur en bordure du fleuve. «L’Agora du Port de Québec nous permet une meilleure ambiance afin d’aller à la rencontre d’une clientèle encore plus vaste. En bref, on s’éloigne du salon de vin traditionnel et on se rapproche d’une grande fête accessible à tous.»

Plaisirs et découvertes

Le choix de Stéphane Bellavance comme co-porte-parole s’inscrit dans cette nouvelle approche grand public adoptée par 3E événement-expérience-émotion, qui assure la réalisation et la gestion de l’événement. «Comme bien des gens, j’aime boire du vin de temps à autres. Toutefois, je n’y connais absolument rien aux cépages et aux accords mets-vins», indique le comédien et animateur. «Je pense qu’ils ont fait appel à moi, car je peux me mettre dans la peau des gens qui n’ont pas de connaissances particulières. Bordeaux fête le vin sera pour moi aussi une occasion de faire des découvertes.»

La journaliste spécialisée en vin Karine Duplessis-Piché, qui est également co-porte-parole de l’événement, avoue que la réputation des vins de Bordeaux peut être intimidante, mais assure qu’il s’agit d’une région festive qui est somme toute assez simple. «Bordeaux, c’est le plaisir de se réunir autour d’une bonne bouteille de vin», indique-t-elle. «Je pense entre autres aux crémants, ces mousseux bordelais qu’on connaît assez peu au Québec. Pour la première fois cette année, Bordeaux fête le vin à Québec présentera des accords mets-vins grâce aux stations gourmandes dans chaque tente.»

«Au-delà des dégustations, on y va surtout pour rencontrer les producteurs, qui ont tant d’histoires à raconter, ajoute Karine Duplessis-Piché. Il y a aussi des conférences avec Kler-Yann Bouteiller, Jean Aubry et Pier-Alexis Soulière, meilleur sommelier des Amériques en 2018.»  

AQPP

Pharmacien : un rôle accru qui donne des résultats

L’objectif d’offrir aux Québécois un système de soins de santé à la hauteur de leurs besoins est d’une indiscutable évidence. Les élus en font leur ultime priorité, multipliant les mesures, programmes, études et autres analyses. Ils y injectent des sommes gargantuesques, animés par l’espoir de trouver un jour une réponse à cette insoluble énigme.

Personne ne doute de la qualité des soins prodigués par les professionnels de la santé québécois. Un des clichés les plus coriaces s’exprime en ces mots: «Une fois admis dans le système, ça va. C’est d’y entrer le pire».

Un lieu commun qui, comme la plupart, se vérifie.

Pharmacien: un pivot dans les soins de première ligne

L’accès aux soins de santé demeure sans contredit le principal cheval de bataille. Dans cette optique, l’adoption du projet de loi 41 et le dépôt du projet de loi 31, qui permettent aux pharmaciens de poser des actes cliniques, d’évaluer, de traiter et de prescrire des médicaments sans passer par un médecin, s’avèrent un pas dans la bonne direction.

Selon Jean Thiffault, président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP), l’effet est particulièrement fort dans les régions du Québec. «Même si les besoins de la première ligne de soins sont grands partout au Québec, ils sont encore plus criants en région. Par ailleurs, le vieillissement de la population et l’avènement de traitements très spécialisés et dispendieux pour répondre à des problèmes de santé de plus en plus complexes sont des réalités auxquelles le système est confronté.» 

Accessibilité et proximité

Les pharmaciens sont reconnus par les Québécois comme étant les professionnels de la santé les plus accessibles. Leur proximité et les services cliniques qu’ils offrent sont des plus appréciés. Selon Jean Thiffault, le pharmacien devient le professionnel de la santé de proximité pour beaucoup de gens en région. «Souvent, il est le seul disponible à des kilomètres à la ronde», ajoute le directeur général de l’AQPP, Jean Bourcier.

Selon une étude indépendante réalisée conjointement par des chercheurs du CIRANO, du CRCHUM et de HEC Montréal, l’effet positif des consultations de santé effectuées chaque année par les pharmaciens communautaires est sans équivoque.

Plus des trois quarts (77%) des patients consultés affirment que les conseils santé donnés par leur pharmacien ont évité l’utilisation d’au moins une autre ressource du système de santé. Le quart (26%) des répondants a pu éviter de s’absenter du travail grâce aux conseils reçus.

À 93%, le taux de satisfaction exprimé par les répondants frise la perfection. «La contribution des pharmaciens engendre des économies au système de santé», affirme M. Thiffault. Et comment! L’étude permet à l’AQPP d’estimer que les conseils prodigués par les pharmaciens propriétaires représentent au Québec une valeur d’au moins 500 millions de dollars par année pour le système de santé.

La force du nombre

La logique est purement mathématique. Deux mille points de services répartis partout sur le territoire québécois favorisent l’accessibilité à près de sept mille professionnels compétents et disponibles. Par le simple poids du nombre, le constat de l’accessibilité est sans appel, surtout en région.

Nul besoin de rappeler les défis actuels: plus que jamais, il est nécessaire de miser sur les compétences de conseiller en matière de santé des pharmaciens.

Mais des obstacles demeurent. «Quand on fait appel aux services cliniques d’un pharmacien, on doit payer une franchise et une coassurance, selon le même principe que pour les médicaments, alors que ces mêmes services sont offerts gratuitement ailleurs dans le réseau», explique le président de l’AQPP. «Souvent, les gens n’ont pas les moyens de payer ces frais, alors ils vont à l’urgence.»

Les frais de franchise et de coassurance, une taxe-patient, freinent l’accès aux services cliniques des pharmaciens. Selon Jean Thiffault, les conséquences sont inquiétantes: «Non seulement les coûts des mêmes services rendus ailleurs dans le système de santé sont plus élevés, mais les risques d’aggravation de l’état de santé liés à l’attente pour accéder à d’autres professionnels sont réels. C’est un problème majeur.» Le vice-président et directeur général de l’AQPP va encore plus loin: «La franchise et la coassurance sont une taxe déguisée. Le pharmacien devient un percepteur du gouvernement puisque l’argent ainsi perçu lui est retourné», affirme Jean Bourcier. «Ça va à l’encontre de l’objectif d’améliorer l’efficacité de la première ligne de soins», ajoute-t-il.

Malgré l’évolution du rôle qu’ils sont appelés à jouer, les pharmaciens n’ont pas toutes les ressources nécessaires pour répondre aux besoins qui ne cessent de croître. En effet, le gouvernement n’a pas encore investi pour que l’expertise reconnue des pharmaciens contribue pleinement à l’objectif commun d’améliorer l’accessibilité au système de santé.

Le fardeau administratif des pharmaciens ne doit pas s’alourdir. «Les formulaires à remplir, l’envoi de documents, la gestion des questions des patients au sujet de la franchise et de la coassurance ajoutent au fardeau», affirme M. Bourcier. «Le temps imparti à l’administration devrait plutôt être accordé aux patients.»

Impact sur l’économie des régions

Il ne faut pas négliger l’impact des pharmacies sur l’économie du Québec, notamment hors des grands centres.  Selon Jean Bourcier: «Les pharmacies génèrent 44000 emplois dans toutes les régions du Québec. Collectivement, ils sont le plus important employeur privé au Québec.»

Les pharmaciens invitent le gouvernement à s’inspirer d’autres administrations qui ont saisi depuis longtemps l’impact de leur contribution aux soins de première ligne. «Quand on se compare avec d’autres pays, on accuse un retard», dit Jean Thiffault. «En Angleterre, on a même fait des campagnes publicitaires pour faire comprendre aux gens où aller pour leurs soins de santé. Une meilleure efficacité qui s’est transformée en économies importantes», conclue-t-il.

Le message est clair: les pharmaciens peuvent en faire plus si on leur en donne les moyens. L'équation est simple: faire appel au bon professionnel, au bon moment, au bon endroit ne peut qu’engendrer un système de santé plus performant au bénéfice des patients.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE RÔLE DES PHARMACIENS

Centre de l’Audition & Acouphène

La protection auditive en milieu de travail

La surdité est l’une des principales maladies d’origine professionnelle. Le bruit industriel et la surdité des travailleurs sont responsables d’environ 12 % des accidents de travail. Une exposition prolongée à une dose excessive de bruit peut entraîner des conséquences irréversibles sur la santé auditive. Il est reconnu scientifiquement que le bruit augmente également les risques de maladies cardiovasculaires. Bien qu’il existe des mesures atténuantes telles que les protections auditives, celles-ci ne devraient être utilisées qu’en dernier recours.

Effectivement, selon l’article 136 du Règlement sur la Santé et la Sécurité du Travail (RSST) au Québec, il est suggéré de réduire le bruit à la source, d’isoler tout poste de travail exposé à ce bruit ou d’insonoriser les locaux de travail. Dans le cas où ces solutions se révèlent impossibles à mettre en place, il est impératif de fournir des protecteurs auditifs aux travailleurs ou de limiter le temps d’exposition. Par contre, les protecteurs auditifs sont trop souvent l’unique solution mise en place dans les milieux de travail. D’ailleurs, saviez-vous que le Québec est la province canadienne la plus permissive pour le niveau tolérable de bruit en milieu de travail?

Bouchons auriculaires ou coquilles antibruit?

Dans les deux cas, le type de protecteur auditif comporte son lot d’avantages et d’inconvénients. Sachez toutefois que l’étanchéité est ce qui permet une protection maximale, autant pour les bouchons en mousse ou moulés que les coquilles. Dans le cas des bouchons, une mauvaise étanchéité peut être causée par le poil dans les oreilles, la forme du conduit auditif ainsi que le mouvement de la mâchoire. Pour les coquilles, la façon de les placer, la forme de la mâchoire, le port des lunettes ainsi que la barbe et la chevelure peuvent entraîner une perte d’étanchéité pouvant aller jusqu’à 15 dB. Par ailleurs, aussitôt que la protection auditive n’est pas portée 100 % du temps en présence du bruit, l’efficacité est réduite de façon considérable. Par exemple, si le travailleur retire ses bouchons pendant cinq minutes dans une journée de huit heures, l’atténuation de la protection va passer de 30 dB à 20 dB. De plus, il faut rester très critique face aux données d’atténuation (communément appelés le NRR : Noise Reduction Rating) en Décibels mentionnées sur les fiches techniques des protecteurs auditifs, puisque ces mesures sont prises en laboratoire dans des conditions parfaites. La littérature nous apprend que le niveau d’atténuation réel chez le travailleur est souvent bien en-dessous des données de laboratoire, en raison de plusieurs variables.

De plus, certains types de protecteurs ne devraient pas être utilisés s’ils se révèlent inadéquats du point de vue de l’hygiène. C’est notamment le cas pour les travailleurs qui réutilisent les bouchons d’oreilles toute la journée et les insèrent avec les mains souillées. Un bouchon auriculaire moulé peut s’avérer avantageux, étant donné qu’il est possible de le nettoyer et aussi grâce à l’étanchéité du moule. Des filtres peuvent aussi être utilisés sur les bouchons auriculaires moulés afin de pouvoir communiquer tout en étant protégé.

Pour des conseils avisés, référez-vous aux professionnels de la santé auditive œuvrant au Centre de l’Audition et Acouphène, qui seront en mesure de répondre à vos questions et de trouver la protection avisée selon l’environnement dans lequel vous travaillez. 

1-800-SURDITÉ 

La Rentrée

Écolo jusqu’à la pointe de vos crayons

Étuis à crayons, sac à souliers, sac à dos, duo-tang, ciseaux, gomme à effacer, manuels scolaires, vêtements, espadrilles, boîte à lunch… En regardant la liste de matériel scolaire nécessaire pour la rentrée, un signe de piastre nous vient inévitablement en tête. Après avoir effectué toutes ces dépenses, il faudra inévitablement renflouer les coffres, puisqu’incessamment, la rentrée scolaire sera à recommencer l’année suivante. Bien que certaines fournitures scolaires soient nécessaires, il est possible de réduire considérablement vos dépenses tout en réduisant votre empreinte écologique. Adopter un comportement plus responsable vous fera sauver gros tout en étant plus écolo! Voici de quoi il en retourne!

Réutiliser

Il est pratiquement impossible que votre enfant ait déjà utilisé les 100 crayons de couleur que vous lui aviez achetés l’année dernière. Certains sont peut-être plus usés ou abimés que les autres, faites tout simplement le tri et gardez ceux que vous jugez adéquats. Il en va de même pour le pot de colle, la gomme à effacer, les ciseaux, les cartables, les cahiers, etc. Un cahier n’est pas utilisé à sa pleine capacité? Changez tout simplement l’étiquette et retirez les pages déjà noircies. 

Pensez à acheter certains articles de seconde main, notamment pour ce qui est des vêtements ou encore même des espadrilles ou des sacs à dos. Plusieurs items ne sont pas arrivés à bout d’âge et sont encore en très bons états, votre enfant n’y verra que du feu! 

Avant d’acheter les manuels scolaires, informez-vous auprès de votre établissement scolaire, certains d’entre eux offrent des manuels d’occasion. Garder également l’œil ouvert lors des ventes de garage de votre quartier, vous pourriez mettre la main sur de petits trésors pour une fraction du prix. 

Chasse aux aubaines

Selon un sondage, 52 % des parents ayant des enfants âgés de 5 à 16 ans se disent stressés par rapport aux préparatifs de la rentrée scolaire. Ceci étant dit, une bonne préparation peut aider à diminuer le stress occasionné par la rentrée. Soyez aux aguets des soldes au courant de l’été et comparez les prix. Vous arriverez peut-être à vous bâtir un petit inventaire qui vous servira pour les prochaines années. 

Écologique et économique

On retrouve de plus en plus de produits fabriqués à partir de matières recyclées ou renouvelables sur les étagères des magasins. Colle à base de plantes, crayons de couleur en papier journal, agrafeuse en plastique recyclé, plusieurs boutiques s’évertuent à offrir des produits écoresponsables. D’ailleurs, la boutique l’Attrape-livres, située sur la rue Racine à Chicoutimi, se spécialise dans la vente de papeterie verte. Pour jeter un coup d’œil, c’est par ici : www.lattrapelivres.com.

Boîte à lunch zéro déchet 

Il est révolu le temps des emballages individuels et des sacs à utilisation unique! Achetez vos collations en vrac et optez plutôt pour des pochettes à collation réutilisables. En plus d’être jolies à souhait, elles vous feront économiser puisqu’elles sont durables. Remplacez le petit jus en carton par une gourde que vous pourrez remplir quotidiennement et utilisez des serviettes en tissus lavables. Au terme de l’année scolaire, vous aurez non seulement posé des petits gestes pour l’environnement, mais également sauvé beaucoup d’argent! 

Additionnez toutes ces petites actions et vous verrez sans contredit vos factures scolaires diminuer!

Bonne rentrée progressive!

La Rentrée

L’éveil musical

Sans doute avez-vous déjà entendu l’expression « avoir le rythme dans la peau »? Comme si le fait de battre la cadence et de taper des mains en symbiose avec une chanson, relevait de l’absolu et de l’inné. Pourtant, la musique est une discipline qui s’apprend et se développe, et ce, dès un très jeune âge. Nombreuses sont les études démontrant d’ailleurs les multiples bienfaits d’initier les enfants à la musique. En plus de faire naître une passion, la musique permet une ouverture sur le monde! Peut-être avez-vous dans votre famille le prochain Mozart, qui sait?

Une stimulation gagnante 

Il semblerait que la pratique d’activités musicales favorise le développement de l’enfant en stimulant différentes zones du cerveau. La musique permet entre autres de mettre en pratique l’écoute, la mémoire, l’attention et le contrôle de certains mouvements, pour la préhension d’objets par exemple. En prononçant les mots d’une chanson ou d’une comptine, l’enfant s’exerce à former des syllabes, ce qui pourra être bénéfique lors de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. « La pratique musicale permet au cerveau d’acquérir des habiletés qui s’appliquent à la musique, mais à bien plus encore. Chez l’enfant en particulier, l’étude de la musique contribue au développement cognitif et produit un effet salutaire sur la santé et la vigueur tout au long de la vie », explique le Dr Sean Hutchins, Directeur du centre de recherche du Conservatoire royal. 

Entre amis  

Les cours d’éveil à la musique sont aussi l’occasion pour l’enfant d’aller à la rencontre de l’autre et de socialiser dans un contexte à la fois ludique, mais également d’apprentissage. Il sera amené à développer des habiletés sociales en partageant les instruments, en verbalisant ses désirs et en respectant les consignes. Encore là, ces apprentissages seront certes favorables dans un contexte scolaire où l’enfant aura à intégrer un groupe et à suivre des règles de vie. 

Une créativité foisonnante 

En chantant ou en jouant d’un instrument, les tout-petits peuvent laisser libre cours à leur imagination. Ils pourront, par exemple, inventer une mélodie et accompagner celle-ci de gestes, ce qui participera à favoriser leur expression artistique.  

Pour que cette expérience soit positive pour l’enfant, l’apprentissage de la musique doit se faire dans le plaisir et l’amusement. Place au spectacle et à l’émerveillement!  

L’école de musique de Chicoutimi offre un cours d’éveil musical destiné aux enfants de 18 mois à 5 cinq ans.

Pour en savoir davantage, visitez le www.ecoledemusiquechicoutimi.com