Saguenay en Neige

Tomahawk: Un hommage au travail du sculpteur Thomas Meloche

Il y a des gens inspirés et d’autres inspirants. Nicolas de la Sablonnière fait certes partie des deux catégories. Celui que l’on appelle Delasablo est bien connu du milieu artistique régional, notamment pour ses talents de peintre, mais aussi pour ceux de réalisateur. À l’occasion de Saguenay en Neige, il nous fait découvrir son plus récent long métrage, un film documentaire mettant en vedette nul autre que le sculpteur Thomas Meloche, un habitué de l’évènement.

«De nombreuses personnes sont remplies de talent, mais ne sont pas reconnues à leur juste valeur. Pour moi, Thomas (Meloche) méritait de faire l’objet d’un documentaire. Pourquoi ne pas faire un film sur un artiste alors qu’il est dans la fleur de l’âge et que sa flamme est forte, questionne le réalisateur. Thomas, c’est un homme qui travaille avec son cœur autant qu’avec son corps. Il est polyvalent, travaille avec différents médiums, la pierre, le sable, la neige, le bois et la glace; c’est un artiste complet»
Nicolas de la Sablonnière

Durant pas moins de 45 jours de tournage, échelonnés sur une année complète, Delasablo a suivi le sculpteur à travers ses différents contrats et au fil des saisons, mais aussi dans son quotidien. On le voit tantôt sculpter une imposante pièce en granite ou une autre en glace, tantôt bûcher du bois et à d’autres moments encore partager de bonnes bouffes entre amis ou en famille.

«Pour mieux comprendre la démarche d’un artiste, il est nécessaire de voir son entourage. Ses amis, sa famille, son mode de vie influencent tout son travail d’une façon ou d’une autre. On apprend aussi à mieux le connaître à travers les yeux de ceux qui le côtoient quotidiennement», explique le réalisateur.

Si le film a été tourné sans qu’il y ait au préalable un scénario établi, on peut dire que le résultat tient tout à fait la route. On y découvre un artiste de grand talent qui rayonne autant chez lui qu’au-delà des frontières québécoises, mais aussi, voire surtout, un homme passionné par son art, par la vie.

«Je suis bien content du résultat. Je crois que c’est fidèle à la réalité et que mon travail est bien mis en valeur. C’est une synthèse d’un an de travail et de vie, exprime Thomas Meloche. Il y a aussi des moments que j’ai trouvé très touchants, entre autres les extraits d’entrevues réalisées avec mes proches», souligne ce dernier.

Celui qui n’avait pas vu le film avant la première, en novembre, avoue s’être rapidement habitué à la présence de la caméra lors du tournage. Il faut dire qu’il lui suffisait d’être fidèle à lui-même pour donner toute sa couleur au documentaire.
Nicolas de la Sablonnière a évidemment su choisir et ficeler chacun des moments clés du documentaire afin de former un tout rendant justice au sculpteur et à son art.

Thomas Meloche, artiste-sculpteur accompagné de Nicolas de la Sablonnière, alias Delasablo, réalisateur du film Tomahawk.