Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le premier court métrage du cinéaste Patrick Bouchard a été présenté au Festival en 1998.
Le premier court métrage du cinéaste Patrick Bouchard a été présenté au Festival en 1998.

Le volet animation, un ajout intéressant

Mariane Guay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le Festival REGARD occupe une place spéciale dans le cœur du cinéaste d’animation originaire de Chicoutimi, Patrick Bouchard. Comme pour plusieurs, c’est lors de la présentation de son premier court métrage animé pendant le festival que l’aventure a commencé. Depuis, le volet animation du festival a bien évolué.

Patrick Bouchard l’a dit, «l’animation est un genre en soi». C’est pour cette raison que le cinéaste apprécie que le festival se déroulant à Saguenay s’ouvre sur le style en y présentant des courts métrages d’animation. «Maintenant au niveau des prix, il y a une catégorie animation et je trouve que cela est vraiment louable pour un festival parce que l’animation est vraiment un genre en soi et ce n’est pas tous les festivals qui sont prêts à présenter de l’animation», a-t-il expliqué en entrevue. De cette façon, «on compare des pommes avec des pommes», selon lui.

Le style est notamment différent en raison de la prise de vue. «C’est presque une autre dimension! L’animation, en fait, c’est un travail image par image. Autant l’approche scénaristique que l’approche technique et le cadrage, tout est vraiment particulier à l’animation», a-t-il expliqué.

Patrick Bouchard a eu l’occasion de voir l’évolution du style et l’évolution de la présentation du genre au fil des ans, notamment par la remise d’un prix spécifique au genre. Son premier «essai» en animation, Jean Léviériste, a été présenté lors de REGARD en 1998. Son dernier, Le Sujet, également présenté à REGARD, a fait son chemin juste qu’au Festival de Cannes en 2018.

«Moi ayant vu naître le festival, c’est certain que voir le rayonnement à l’international, je trouve ça extraordinaire. C’est sûr que si j’ai un film de présenté à REGARD, non seulement j’en suis fier parce que c’est chez nous et mon film a été sélectionné, mais c’est un gros festival», a souligné le cinéaste d’animation saguenéen.

L’animation appréciée

Patrick Bouchard croit que les films d’animation présentés au public lors du Festival REGARD sont intéressants, car ils complètent bien un bloc de courts métrages. «Comme pour n’importe quel genre de film, il y a des gens qui aiment et d’autres moins. Cela dépend de l’approche cinématographique du spectateur. Quand on regarde un bloc de courts métrages, ça fait une pause et on s’en va ailleurs en animation et on revient en prise de vue réelle. En ce sens-là, c’est intéressant de mettre un film d’animation dans un bloc de courts métrages.»

Les futurs cinéastes d’animation propulsés par REGARD

Le cinéaste reconnu est fier du festival qui aide les jeunes cinéastes à leur début dans le milieu de l’animation. «À un moment, je donnais un cours à l’université en animation et deux équipes qui avaient produit une oeuvre animée avaient été présentées au festival [...] Pour ce qui est de REGARD, ils ont présenté ces oeuvres-là qui ont été produites pendant une session, j’ai trouvé cela vraiment bien de leur part qu’ils aient cette ouverture», a-t-il ajouté en mentionnant qu’ils avaient un peu fait la même chose avec lui-même à ses débuts.