Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sébastien Pilote est le plus vieil administrateur du Festival REGARD.
Sébastien Pilote est le plus vieil administrateur du Festival REGARD.

Le début d’une grande histoire

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La machine de REGARD décolle en 1996, alors que le fondateur du festival, Éric Bachand, crée REGARD sur la relève du cinéma québécois, qui deviendra par la suite le Festival international du court métrage au Saguenay. La première édition présente un évènement plus intime, mais le festival fait ses preuves dès le début et ne tarde pas à se faire un nom rapidement dans le milieu cinématographique.

Sébastien Pilote, qui est d’ailleurs le plus vieil administrateur du festival, se joint à Éric Bachand dès la deuxième année. Le festival prendra peu à peu sa forme actuelle. C’est le début d’une grande histoire!

Les deux hommes sont guidés par les mêmes passions, les mêmes objectifs; faire des films, mais aussi présenter ceux des autres. «On voyait toute une génération de nouveaux cinéastes émerger. Nous avions dans l’idée de remplir nos mille places et d’offrir à nos cinéastes un gros public», raconte Sébastien Pilote.

«Au début, on parlait de faire un pont culturel entre Jonquière et Chicoutimi. Nous avions affaire à deux conseils municipaux, deux maires, se remémore-t-il. Le monde nous trouvait un peu fous d’organiser un festival dans deux villes et disait que ça n’allait pas marcher, un peu à cause de l’esprit de clocher.»

Mais leur motivation et leur volonté demeurent plus fortes que tout. Pour eux, construire un pont culturel entre Jonquière et Chicoutimi leur permettra notamment de profiter des deux grandes salles, la Salle François-Brassard et l’Auditorium Dufour, mais aussi de la clientèle des deux cégeps et de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Éric Bachand et Sébastien Pilote travaillent fort dès le début pour parler du festival à plus de gens possibles. Ils se présentent dans des classes, rencontrent des élèves et organisent aussi des fêtes. «On voulait vraiment créer un évènement festif, un huis clos en région éloignée», rapporte Sébastien Pilote.

Pour s’inspirer, les deux hommes se rendent jusqu’à Clermont-Ferrand, en France, où ils tissent rapidement des liens avec la Mecque du court métrage. Ils visitent également l’Abitibi-Témiscamingue pour y découvrir l’aspect bénévole du Festival du cinéma international.

Dans ses premières éditions, REGARD présente des courts métrages, mais également des longs métrages à ses festivaliers. «De fil en aiguille, nous avons décidé de focaliser davantage sur le court métrage», avoue M. Pilote.

Au fil des ans, REGARD prendra sa forme actuelle et deviendra l’un des plus grands rendez-vous culturels en région.