Contenu commandité
Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Redécouvrez l'UQAC

De l’enseignement à la recherche, un partage de connaissances

L’université est un endroit foisonnant d’idées, un endroit de partage et d’ouverture sur le monde. Grâce à l’expertise du corps professoral ainsi qu’aux multiples travaux de recherches qui émergent chaque année, les étudiants et la communauté peuvent bénéficier d’un apport important de connaissances. La transmission et le transfert du savoir font d’ailleurs partie de la mission de l’université, en lien avec le milieu.

 Décanat des affaires départementales

Pour accompagner les professeurs et chargés de cours dans leur mission d’enseignement, Valérie Legendre-Guillemin, doyenne des affaires départementales, s’occupe de la gestion des ressources humaines pour les 245 professeurs permanents ainsi que les chargés de cours. Les professeurs ont en effet trois tâches à effectuer à l’université : l’enseignement, c’est-à-dire le contact direct avec les étudiants, la recherche liée à leur expertise et leurs intérêts ainsi que les services à la collectivité via l’implication sociale. Elle veille également à l’embauche et à l’accueil du nouveau personnel, à l’organisation des activités d’enseignement, au respect de la convention collective ainsi qu’à l’évaluation régulière du corps professoral. « Dans une université de la taille de la nôtre, le réseautage et la proximité avec la communauté et les étudiants sont grandement priorisés. Les professeurs sont accessibles et leurrôle s’étend au-delà du cadre académique. Ainsi, certains professeurs participent à des comités et s’impliquent dans des organismes a n de vulgariser ce qui se fait en recherche », explique Mme Legendre-Guillemin.

 Décanat de la recherche et de la création

Le décanat de la recherche et de la création joue également un rôle d’encadrement auprès des professeurs et étudiants dans le cheminement de leurs projets de recherche, de l’idée initiale, jusqu’à la réalisation de celui-ci. La recherche effectuée à l’UQAC est d’ailleurs ce qui permet ce maillage et ce partage de connaissances avec la communauté. « L’UQAC est littéralement branchée dans le milieu régional. Nous sommes en effet l’une des premières universités au Canada à promouvoir le dynamisme de la recherche avec le milieu », souligne Yves Chiricota, doyen de la recherche et de la création. La plupart des projets de recherche étant  nancés par divers fonds publics, le décanat de la recherche et de la création veille à la gestion judicieuse du budget. Pour l’année 2018-2019, 18 millions de dollars ont été investis en recherche pour un total de 450 projets individuels.

Redécouvrez l'UQAC

Favoriser la réussite, un programme à la fois

Vous êtes vous déjà demandé qui dressait la liste des programmes offerts à l’Université du Québec à Chicoutimi? Comment ces dits programmes sont-ils élaborés? Qui en évaluent le contenu et la pertinence? En collaboration avec les directions des divers programmes d’enseignement, c’est le Décanat des études qui assure ces délicates tâches. Il veille en effet à l’élaboration, au développement, à l’évaluation et à la révision de la programmation de tous les cycles. Loin d’être une mission facile, il s’agit d’un travail nécessaire afin d’offrir un enseignement de qualité qui favorisera la réussite des étudiants.

« L’équipe du décanat révise régulièrement les programmes de formation offerts à l’UQAC a n de les améliorer, de les actualiser et de faire en sorte qu’ils répondent le plus possible aux exigences du milieu, explique Manon Doucet, doyenne des études. Nous regardons également dans quelle mesure nous pouvons mieux accompagner les étudiants dans leur cheminement, par exemple en reconnaissant les acquis académiques et expérientiels ou encore en leur offrant du soutien technopédagogique », poursuit-elle. 

 L’équipe du décanat des études, composée d’une quinzaine de personnes, s’assure par ailleurs que les étudiants ont les ressources humaines nécessaires pour bien les accompagner tout au long de leur parcours. Cela comprend des professeurs impliqués dans leur milieu, des chargés de cours provenant souvent du marché du travail, ainsi que du personnel de soutien. «L’UQAC, c’est une grande équipe qui travaille de concert pour soutenir l’étudiant dans toutes les situations qu’il peut être amené à rencontrer et le décanat des études, c’est en quelque sorte le lien entre tous les services qui peuvent être mis à sa disposition», précise Manon Doucet. Le décanat se doit aussi de demeurer à l’écoute de la communauté universitaire, mais plus largement de toute la population en adaptant l’offre de l’UQAC. Devant un nombre accru d’étudiants à temps partiel, davantage de plages horaires en soirée sont entre autres offertes. Des cours par visioconférences sont aussi régulièrement donnés, notamment du côté des Centres d’études universitaires. «La qualité de formation à l’UQAC est reconnue dans l’ensemble de la province. Nous avons d’ailleurs de nombreux programmes qui se démarquent de ce qui se fait ailleurs. Nous avons assurément de quoi être  ers de ce que nous offrons», conclut la doyenne des études.

Redécouvrez l'UQAC

Pavillon sportif - Rendre l’activité physique et le sport plus accessibles

Chaque semaine, voire plusieurs fois par semaine, des usagers de tous âges franchissent les portes du Pavillon sportif de l’UQAC pour venir pratiquer leur sport favori ou simplement entretenir de saines habitudes de vie. Qu’importe leur âge, leur condition physique ou leurs objectifs personnels, c’est entre les murs du Pavillon sportif qu’ils ont choisi de prendre soin d’eux et de leurcondition physique.

« Le sentiment d’appartenance envers le Pavillon sportif est très fort. Les usagers se sentent ici comme chez eux. Il y en a d’ailleurs qui s’entraînent ici depuis plus de 25 ans », souligne Marie-Claude Duchesne, responsable de la programmation et de l’administration du Pavillon sportif. En plus d’accueillir la communauté universitaire, le Pavillon sportif compte de nombreux usagers externes qui viennent s’entraîner en salle de conditionnement physique, qui participent aux diverses activités de mise en forme ou encore qui profitent des terrains de badminton, de tennis et de la piste de course intérieurs. Chaque été, de nombreux jeunes, en moyenne 300 par jours, profitent également des diverses infrastructures sportives de l’université lors des camps d’été. C’est donc dire que le Pavillon sportif de l’UQAC dessert l’ensemble de la population régionale. « Il est important pour nous de garder ce lien privilégié avec le milieu. On souhaite ainsi lui donner accès à l’université par le sport. Ça nous oblige notamment à suivre les tendances et à constamment nous adapter», soutient Marie-Claude Duchesne. Pour ce faire, l’organisation compte d’ailleurs sur le soutien financier de la Corporation d’aide au Pavillon sportif de l’UQAC (CAPS)qui y a investi plus de 2 M$ depuis sa création en 1985.

 Contribuer à l’enseignement et à la recherche

En choisissant de s’entraîner à l’UQAC, les usagers du Pavillon sportif soutiennent directement l’enseignement et la recherche universitaire. Les infrastructures et l’équipement sportif mis à leur disposition servent en effet à la formation de nombreux professionnels dont ceux en kinésiologie, en enseignement de l’éducation physique, ainsi qu’en physiothérapie, pour ne nommer que ceux-là. De la recherche est aussi réalisée sur place, sans compter que le Pavillon sportif est l’un des principaux employeurs étudiants sur le campus. Ce sont en effet les étudiants en kinésiologie qui assurent le service au centre de conditionnement physique, alors que ce sont des bacheliers de l’UQAC qui offrent les services spécialisés. Des étudiants universitaires sont aussi embauchés en grand nombre durant la saison estivale pour l’animation des camps d’été.

 Soutenir le développement du sport en région

La vie sportive de l’UQAC passe également par les Inuks, fiers représentants de l’université. Au total, ce sont trois équipes sportives qui évoluent sur le circuit universitaire du Réseau du sport étudiant du Québec, soit en volleyball féminin division 2, en athlétisme et en cross-country. « Toujours en accord avec la communauté, l’université se doit d’assurer le développement vertical du sport en région en offrant la possibilité aux athlètes d’ici de continuer à évoluer dans leur sport tout en poursuivant leurs études au Saguenay–Lac-Saint- Jean », affirme Mme Duchesne.

Redécouvrez l'UQAC

L’expérience UQAC - Encadrement et épanouissement

Pour les étudiants, l’université est un lieu de liberté et d’érudition dans lequel prennent vie des rêves et des ambitions. À l’UQAC, l’apprentissage et la quête de connaissance se déroulent dans une communauté universitaire de proximité, laquelle priorise la réussite étudiante et l’accomplissement de soi dans différentes facettes de la vie. C’est pourquoi l’étudiant qui franchit les portes de l’université a accès à une multitude de services grâce auxquels son parcours est parsemé de réussites, de moments heureux et de rencontres marquantes.

 Soutien à la réussite

Le soutien à la réussite couvre à la fois le volet académique et humain, puisque ces deux aspects ont forcément un lien de causalité sur le cheminement positif de l’étudiant. Par conséquent, l’étudiant peut dans un premier temps avoir recours aux services d’aide à l’apprentissage via Le centre de référence « Le Cube ». Sur place, se trouve une personne-ressource qui saura répondre aux diverses questions des étudiants pour ainsi les guider et les outiller dans leur parcours académique. Un travail de proximité est également effectué avec les responsables de modules qui agissent comme pivot pour l’ensemble des programmes a n d’offrir aux étudiants des services représentatifs qui correspondent à leurs besoins. En nouveauté, des ateliers spécifques, chapeautés par deux professionnels du service aux étudiants, peuvent avoir lieu directement dans les classes. C’est le cas notamment pour l’atelier concernant l’anxiété de performance. Aussi, un service de consultation psychosociale est offert en complémentarité pour aider l’étudiant à cheminer socialement, psychologiquement et académiquement.

Redécouvrez l'UQAC

Bienvenue chez vous

50 ans déjà que l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) fait partie prenante du paysage régional. 50 ans d’histoire, portée par des valeurs de partage, d’échange, d’ouverture sur l’autre et sur le monde. Depuis la première pelletée de terre en 1969, l’UQAC n’a cessé de croître et de diversifier son offre afin d’offrir un milieu d’érudition riche d’expériences humaines, mais également riche de connaissances et de savoir. « Au plan symbolique, l’université représente l’universalité, l’ouverture sur le monde, la diversité ainsi que l’accueil de la différence », témoigne Nicole Bouchard, rectrice de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’UQAC se veut un endroit accueillant et stimulant. Cette université, qui a traversé le temps avec brio et qui a su s’adapter aux divers changements, est certes l’université de la communauté étudiante, mais également celle de la population. Une population solidaire avec qui l’UQAC travaille de pair afin de répondre à leur mission première qu’est la diffusion du savoir à travers une production scientifique de qualité.

Pour souligner les 50 ans de l’institution de façon marquante, l’équipe des communications a organisé une série d’activités aux couleurs du passé, du présent, mais aussi de l’avenir, dont la collation des grades, les festivités de la rentrée et la soirée reconnaissance des auteurs de l’UQAC. Ces activités, étant davantage tournées vers la communauté universitaire, l’heure est maintenant venue pour le personnel de l’UQAC d’ouvrir ses portes à la population, car selon les dires de Mme Bouchard : « Nous sommes là, parce que vous êtes là ».

Journée portes ouvertes

Ainsi, l’UQAC ouvre ses portes a n de témoigner dans un premier temps de sa reconnaissance envers la population. « Il s’agit de l’occasion de remercier la population, car l’UQAC ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans son appui inégalé. La preuve étant que dans les moments plus favorables comme dans les périodes plus hasardeuses, les gens se sont toujours souciés de l’université. Ce sont des ponctions de sens qui nous démontre au quotidien que les gens ont à coeur la santé de l’université. Ce lien indéfectible avec la région est intrinsèque à notre ADN, car notre force réside autant dans la recherche partenariale avec les entreprises que dans nos relations étroites avec les milieux communautaires », mentionne Mme Bouchard.

L’UQAC souhaite dans un deuxième temps accueillir étudiants et diplômés, employés et retraités ainsi que toute la population, afin que tous puissent s’approprier ces lieux communs et constater la qualité des gens qui y travaillent, mais également des installations. À travers des visites ainsi que des ateliers, les visiteurs auront la chance de s’imprégner de l’ambiance conviviale qui règne entre les murs de l’université et d’aller à la rencontre d’un corps professoral passionné et accessible. « L’un des objectifs de cette activité est de démocratiser l’université en démontrant l’accessibilité aux professeurs et aux différents services offerts autant aux étudiants qu’à la population. Nous voulons que les gens viennent vivre l’expérience entre nos murs pour qu’ils constatent toute l’évolution des dernières années, laquelle nous permet aujourd’hui de nous démarquer des autres universités », explique Marie-Karlynn Laflamme, directrice du service des communications et des relations publiques.

Présente dans sa communauté

Que ce soit par le biais de la formation continue, de la recherche partenariale, des cliniques universitaires offertes à la population, du tout nouveau terminus, de la bibliothèque ouverte à tous, le campus de l’université est un endroit de convergence de plus en plus accessible. «Par le biais de nos services, notamment des cliniques universitaires, nous répondons à des besoins dans la communauté pour venir en aide aux gens tout en restant fidèles à notre mission d’enrichissement et de recherche », ajoute Mme Bouchard.

 Les dessous de l’UQAC

Si l’université peut se targuer d’offrir un milieu d’enseignement de proximité et de qualité, c’est entre autres grâce à l’apport essentiel de tous les travailleurs qui, au quotidien, permettent à tous de bénéficier de services qualifiés. C’est d’ailleurs tout le propos de ce cahier spécial, lequel mettra en lumière le travail essentiel des travailleurs de l’ombre. L’université est en effet une institution qui attire des champs d’expertise de tout horizon : comptables, commis, ingénieurs, techniciens informatiques, tous participent à enrichir l’expérience étudiante.

Bienvenue, dans votre université, ici, chez nous comme chez vous!

Redécouvrez l'UQAC

Infrastructures physiques et technologiques - Une microville toujours en action

À l’UQAC, il y a tout ce que l’on peut voir de nos yeux vus, c’est-à-dire les 20 bâtiments qui se dressent sur le campus ainsi que les 64 hectares de terrain. Pour que ces lieux soient invitants et au goût du jour, toute une équipe, sous l’égide du Service des immeubles et équipements, s’occupe de la gestion des infrastructures physiques. Il existe également tout un monde qui n’est pas visible à l’oeil nu, mais qui est essentiel au bon fonctionnement de l’université afin d’alimenter cette microville d’un réseau informatique de haute performance. Il s’agit en fait du Service des technologies de l’information.

 Service des immeubles et équipements

Le Services des immeubles et équipements joue un rôle prépondérant de maintien des actifs de l’UQAC, mais également de développement et ce, pour les trois campus d’enseignement. Il y a d’abord tout le côté technique, qui relève davantage de la planification comme l’entretien des salles mécaniques, l’approvisionnement, la gestion des stationnements, l’aménagement, le déneigement, ainsi que la gestion d’une forêt d’enseignement. S’ajoute ensuite tous les projets de construction et de rénovations, la gestion des espaces, la santé-sécurité du campus ainsi que tous les aléas du quotidien qui peuvent survenir à tout moment. « Nous sommes présents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour assurer la sécurité du campus et répondre aux appels d’urgences, c’est un travail de chaque instant qui est assuré par 60 employés permanents », souligne Frédéric Desgagné, directeur du Service des immeubles et équipements.

« Nous veillons à ce que le campus soit en bon état avec des infrastructures adéquates et conformes dans des lieux invitants et attirants pour accueillir toute la communauté universitaire chaque jour. L’UQAC continue à se développer sans cesse et nous travaillons à nous donner une vision à long terme afin que nos bâtiments soient durables et vieillissent bien dans le temps », ajoute M. Desgagné. Un grand chantier énergétique est d’ailleurs en place pour veiller à ce que le campus soit à l’air du temps et d’importants projets comme la construction du terminus ainsi que la mise sur pied de l’esplanade sont porteurs d’avenir pour la transformation extérieure du campus.

Redécouvrez l'UQAC

Des événements charnières

Dynamisme, proximité, ouverture, cohérence et qualité, voici les fondements solides sur lesquels repose l’organisation de chaque événement important, qui, chaque année, sillonnent le parcours de la communauté universitaire. On pense alors à la collation des grades, à la fête de la rentrée scolaire, aux multiples colloques scientifiques, sans oublier toutes les festivités entourant le 50e anniversaire de l’UQAC, dont la journée portes ouvertes!

Pour arriver à mettre sur pied des événements de qualité qui se démarquent, toute une équipe multidisciplinaire est largement mobilisée. Cette équipe, dévouée et investie, se remet sans cesse en question afin de propulser ses idées encore plus loin et ainsi marquer l’imaginaire de tous. Afin d’orchestrer chaque événement, un travail colossal de logistique et de coordination est réalisé par l’équipe de communication composée de plusieurs acteurs importants. Rédaction de textes, gestion des médias sociaux, prise de photos, conception graphique, production de vidéos, tous les outils communicationnels de l’UQAC sont en effet produits à l’interne et l’expertise de chacun participe à la réussite et au rayonnement de toutes les activités.

Des événements majeurs

La collation des grades, qui se veut l’aboutissement d’un long processus académique, est un événement marquant dans la vie des étudiants. Pour célébrer cette diplomation comme il se doit, plus de 100 bénévoles de la communauté universitaire se mobilisent plusieurs mois à l’avance. Graphisme, signalisation, décoration, plan de la salle, technique, un nombre impressionnant de détails sont à réfléchir et à réorganiser année après année pour que cette journée soit significative aux yeux des étudiants, mais aussi des parents. La rentrée scolaire est également une journée unique empreinte de fébrilité et d’excitation. Pour quelques-uns, elle est synonyme de nouveaux défis, alors que pour d’autres, l’université est en quelque sorte le retour au bercail, en des lieux familiers. Il s’agit donc de l’occasion idéale pour tisser ou encore même consolider des liens entre étudiants et aussi avec le personnel enseignant. Il va s’en dire que l’accueil de 6500 étudiants demande beaucoup de préparation, mais cette fête n’est pas anodine puisqu’elle donne le coup d’envoi à une nouvelle année où tout est possible! D’ailleurs pour la rentrée 2019, un dîner festif a été organisé sur l’esplanade et chaque étudiant a reçu un petit présent symbolique, de quoi laisser un souvenir impérissable!

L’activité « Rencontre avec la communauté », qui a lieu deux à trois fois par année, est également un événement notable durant lequel la rectrice engage le dialogue avec la communauté étudiante. C’est en effet dans un désir de transparence et de cohérence que la rectrice partage avec la communauté les grands dossiers de l’heure. « La communauté universitaire est éminemment intelligente et nous nous devons, comme équipe de gouvernance, d’être conséquents dans nos actions afin d’être en mesure de rendre compte des décisions prises au quotidien. Cela exige beaucoup de courage, mais le courage vient de la cohérence en lien avec nos valeurs et notre mission », témoigne Nicole Bouchard, rectrice de l’UQAC.

Redécouvrez l'UQAC

Bibliothèque Paul-Émile-Boulet - Bien implantée dans sa communauté

Aménagée sur deux niveaux, au deuxième et troisième étages du Pavillon principal de l’UQAC, la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, c’est bien plus qu’un lieu rempli de bouquins destiné à accueillir les étudiants universitaires. Cette bibliothèque, c’est avant tout celle d’une communauté, un espace vivant et dynamique ouvert à tous, dont les produits et services dépassent largement les collections imprimées.

« Notre mission première est de soutenir l’enseignement et la recherche, mentionne d’entrée de jeu Nathalie Villeneuve, directrice de la bibliothèque. En ce sens, le développement des collections est influencé par les champs de recherches et les programmes universitaires offerts à l’UQAC, mais aussi par les suggestions qui nous sont faites par les usagers», soutient-elle. « Au-delà des collections physiques, nous avons beaucoup de ressources électroniques, des abonnements à de la documentation spécialisée. La bibliothèque possède également des collections vidéos offertes via son audiovidéothèque ainsi qu’une collection de documents cartographiques, consultée par plusieurs entreprises régionales », énumère Mme Villeneuve. Les différentes collections sont régulièrement révisées afin de s’assurer qu’elles continuent de répondre aux mieux aux besoins des usagers. Lorsque ce n’est plus le cas, les documents imprimés sont alors offerts à d’autres établissements scolaires. Il faut par ailleurs savoir que les portes de la bibliothèque sont ouvertes à tous. Il est en effet possible pour les citoyens d’ouvrir un compte externe au coût de 5 $, ce qui leur permet de consulter les divers ouvrages, mais aussi d’utiliser l’ensemble des ressources mises à la disposition des usagers comme les postes informatiques, les salles de travail, la salle de visionnement et autres.

Lieu de rencontre

La Bibliothèque Paul-Émile-Boulet, c’est également un lieu de rencontre, d’échange, d’enseignement et même d’exposition. En effet, il s’y déroule de nombreuses activités dans un cadre décontracté et convivial. Il faut dire qu’on y retrouve pas moins d’une vingtaine d’espaces de travail dont la réservation peut être effectuée en ligne, en plus d’une toute nouvelle salle collaborative. « Il s’agit d’une salle vitrée de grande dimension idéale pour le travail de groupe. L’aménagement, complété en janvier dernier, permet aux usagers de déplacer le mobilier, d’écrire sur les murs; c’est un lieu stimulant et créatif qui sert aussi bien de salle de classe que de laboratoire, d’atelier et autres », souligne Nathalie Villeneuve. La bibliothèque dispose également de nombreux postes informatiques. C’est d’ailleurs dans ces locaux que sont données les formations de compétences informationnelles.

Nouveautés

La bibliothèque de l’UQAC dispose actuellement de plusieurs ententes interétablissements, dont des ententes avec les cégeps. Un statut d’usager particulier est en effet accordé aux étudiants collégiaux. L’équipe en poste travaille également à mettre sur pied d’autres formes de partenariats qui permettront un meilleur partage des connaissances et des ressources dans la région.

« Les bibliothèques universitaires ont un rôle important à jouer au sein de leur communauté. C’est d’autant plus vrai en région. Par la mise en place de nouveaux partenariats et de nouvelles collaborations, la Bibliothèque Paul-Émile-Boulet entend bien poursuivre le développement de son offre dans les mois et les années à venir », affirme Nathalie Villeneuve. D’ailleurs, très bientôt, la bibliothèque de l’UQAC deviendra un point de service pour l’achat de carte de la Société de transport de Saguenay (STS). Une nouveauté facilitante tant pour les étudiants de l’université que pour l’ensemble des usagers du réseau de transport public. La bibliothèque universitaire prévoit également renforcir ses liens avec la communauté par d’autres initiatives qui seront connues ultérieurement.

Redécouvrez l'UQAC

Le registraire et les finances - Sur la route de la diplomation

Le processus d’admission est une étape importante qui permet aux étudiants de se projeter dans l’avenir en choisissant d’abord un programme qui correspond à leurs intérêts et leurs affinités. Il s’agit en effet de la porte d’entrée pour tous les étudiants qui désirent soumettre une demande et le registraire agit comme courroie de transmission de toutes ces demandes, de l’admission jusqu’à la diplomation. Au service du registraire est intimement lié le service des finances, qui veille entre autres à ce que l’étudiant puisse accéder à ses cours sans préoccupation financière.

 Le registraire

Étant donné que tous les étudiants transitent par ce service, l’équipe du registraire reçoit un flot continu de demandes. Au total, ce sont près de 24 000 dossiers actifs qui sont en roulement à raison de 10 à 12 000 nouvelles demandes chaque trimestre. Une importante couverture territoriale est prise en charge par le registraire, qui en plus de s’occuper du campus principal, dessert également tous les centres d’études externes de même que toutes les demandes relatives aux étudiants internationaux. D’ailleurs, la proportion de dossiers en provenance de l’étranger est considérable, puisqu’un étudiant sur quatre est un étudiant international, pour un total de 1600 étudiants sur 6500. Afin de s’assurer que les nouveaux arrivant répondre aux exigences académiques des programmes, une équipe de professionnels, composée de quatre personnes, s’affaire à vérifier la validation des diplômes et la concordance avec ceux du Québec. Il importe également de déterminer la citoyenneté des étudiants pour appliquer les conditions de paiements propres à chaque système d’éducation.

Au quotidien, l’équipe du registraire connaît des périodes de pointes, c’est le cas notamment lors de la collation des grades durant laquelle le registraire procède à l’analyse des dossiers académiques afin de savoir si l’étudiant est apte à diplômer. « De la date limite pour déposer une demande d’admission jusqu’à l’obtention du diplôme, ce sont de réelles montagnes russes et le bon déroulement des opérations revient entièrement au travail accompli par l’équipe chevronnée et compétente du registraire qui traite chaque demande avec rigueur. Le côté humain dernière chaque demande est également important et nous privilégions un rapport de proximité avec les étudiants. Après tout, chaque dossier d’étudiant raconte en quelque sorte l’histoire et le parcours de chacun », raconte Nicolas Loiselle, registraire. La demande de documents officiels comme les attestations de fin d’études tiennent également l’équipe du registraire bien occupée. En moyenne 20 demandes par jours sont traitées pour la production d’attestations officielles. Dans le cas de reconnaissance d’acquis sur une base expérientielle et universitaire, le registraire prend en charge la conformité et l’authenticité du dossier qui pourra par la suite être traité par la direction des programmes.