Site patrimonial du Club des Messieurs.

Petit-Saguenay

À la découverte de Petit-Saguenay

Ceux qui n’ont pas mis les pieds à Petit-Saguenay depuis belle lurette seront certainement étonnés par l’offre touristique qui y est maintenant offerte. Il va sans dire que la municipalité profite toujours de deux des plus beaux accès au Fjord du Saguenay soit le quai municipal ainsi que la plage Saint-Étienne, mais au-delà de ces lieux très fréquentés d’autres trésors s’y cachent.

À l’aventure

Le territoire de Petit-Saguenay est notamment reconnu pour ses nombreux sentiers pédestres. Qu’ils soient simples marcheurs occasionnels ou randonneurs d’expérience, tous y trouvent un sentier où joindre activité physique et découverte.

De plus, les randonnées en forêt à Petit-Saguenay sont souvent l’occasion pour les Saguenois comme pour les touristes de tomber sous le charme de la nature verdoyante et des points de vue exceptionnels qu’elle offre.

Le kayak est aussi une belle façon de découvrir le fjord. Il est possible de prendre le départ directement de la plage Saint-Étienne pour ceux et celles possédant déjà leur propre équipement. Pour les autres, différents forfaits sont offerts en collaboration avec OrganisAction.

Pour une aventure différente, l’Association de la rivière Petit-Saguenay propose quant à elle la descente en canot des eaux mortes. D’une longueur de 11 km, l’expédition peut prendre entre trois et cinq heures.

L’hiver, il va sans dire que plusieurs autres activités s’offrent à la population régionale ainsi qu’aux touristes. Aux promenades en raquette, s’ajoutent la motoneige et l’escalade de glace. Plusieurs sites de Petit-Saguenay sont d’ailleurs recensés par la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME). Tout cela sans compter qu’à seulement 15 minutes de là se trouve l’un des plus beaux centres de ski du Québec, le Mont-Édouard.

Agrotourisme et artisanat

Aller à la rencontre des artisans et des producteurs locaux est une façon de s’imprégner du mode de vie d’une communauté. Travaillant bien souvent avec les ressources locales, les artisans de Petit-Saguenay sont toujours ouverts à partager leur passion.

Quant aux producteurs et transformateurs agricoles, ils sont nombreux sur le territoire et proposent diverses activités agrotouristiques permettant aux visiteurs de découvrir la richesse du terroir saguenois.

Le Village Vacances Petit-Saguenay, une institution

Celui qui a célébré en 2016 ses 30 ans est un véritable levier touristique. Le Village-Vacances Petit-Saguenay est sis sur les terrains de l’Anse-Saint-Étienne, aux abords du fjord. Il propose un concept unique d’animation destiné aux 3 à 117 ans.

Des activités familiales y sont notamment organisées alors qu’à d’autres moments, c’est par groupes d’âge que sont divisés les vacanciers. Une prise en charge complète y est offerte pour permettre à tout un chacun de profiter au maximum du temps passé au Village-Vacances Petit-Saguenay.

Des eaux poissonneuses

On ne peut parler de Petit-
Saguenay sans qu’il ne soit question de l’une des plus vieilles activités pratiquées sur son territoire : la pêche. Les autochtones s’y adonnaient il y a des milliers d’années de cela et force est de constater qu’encore aujourd’hui, les pêcheurs sont nombreux à venir y taquiner le poisson.

La rivière Petit-Saguenay est notamment un paradis pour les amateurs de pêche au saumon de l’Atlantique. De son côté, le Saguenay permet de belles prises de truite de mer. Il est même possible de pêcher l’éperlan directement du quai municipal.

D’autres secteurs permettent la pêche, comme c’est le cas dans l’arrière-pays de Petit-Saguenay où se trouvent la pourvoirie Raoul-Lavoie et la ZEC Buteux-Bas-Saguenay que connaîtront sans doute les amateurs de chasse.

Accès au fjord

Petit-Saguenay profite aussi de deux des plus intéressants accès au fjord. D’abord, le quai municipal se veut le lieu de bien des rassemblements. C’est qu’en plus d’y pêcher l’éperlan, on peut tout bonnement s’y promener ou s’y asseoir pour comtempler les couchers de soleil, particulièrement beaux à l’approche du solstice, vers les mois de juin et de juillet.

Pour sa part, la plage Saint-Étienne offre 3,7 km linéaires de plage où les enfants peuvent s’amuser et d’où il est même possible d’observer les bélugas entre juillet et août.

Quelques sentiers à explorer :

  • Le Monde enchanté de mon enfance
  • Sentier de la rivière Petit-Saguenay
  • Sentier de Pic-au-vent
  • Sentier de la Pinède
  • Sentier des Vallées
  • Sentier des Poètes

Pour connaître l’offre touristique de Petit-Saguenay, consultez petit-saguenay.com/touristes

Petit-Saguenay

L’origine d’un village, la naissance d’une communauté

Plus que centenaire, l’histoire de Petit-Saguenay est celle d’un territoire qui fût d’abord occupé par les peuples autochtones qui y pratiquèrent la chasse et la pêche. Des centaines, voire des milliers d’années plus tard, ce fut au tour de la Compagnie de la Baie d’Hudson d’en exploiter les eaux pour la pêche au saumon avant que les explorateurs européens en découvrent la riche terre propre à la culture. S’en suivit l’arrivée de la Société des Vingt-et-Un, puis la colonisation du territoire au milieu du 19e siècle. Depuis, les vallées et les terres fertiles de Petit-Saguenay n’ont jamais cessé d’être occupées.

Avant 1800

Selon les résultats de recherches archéologiques, la présence autochtone sur le territoire qui constitue aujourd’hui Petit-Saguenay serait de nature préhistorique. Des découvertes fortuites, réalisées le long du chemin Saint-Étienne, auraient quant à elles permis de dater l’occupation autochtone jusqu’entre 3000 à 6000 ans avant aujourd’hui. Il va sans dire que la présence de saumon de l’Atlantique dans la rivière Petit-Saguenay ainsi que la richesse de la ressource faunique ont pu contribuer à l’intérêt des Premières Nations pour le secteur.

1838

La Société des Vingt-et-un fait d’abord escale à l’Anse aux Petites Îles où elle construit un premier moulin à scie. Puis la goélette de Thomas Simard et ses hommes s’arrête à l’Anse au Cheval pour y construire un second moulin. C’est un certain François Guay qui aurait construit ces bâtiments. Ce dernier est d’ailleurs à l’origine de la construction d’une autre scierie dont il est propriétaire sur la rivière Petit-Saguenay. Peu de temps après, les trois moulins sont toutefois achetés par la Compagnie Price.

1848

Il faut peu de temps à William Price I pour reconstruire le moulin à scie de la rivière Petit-Saguenay afin de le moderniser. Dès lors, le bruit court qu’il y aura bien de l’ouvrage pour les travailleurs dans le secteur et ceux-ci affluent, notamment de Charlevoix. En 1848, David Edward Price prend la relève de son père pour gérer le moulin qui deviendra le centre administratif régional de la Compagnie Price. C’est notamment à cet endroit que seront émis les fameux pitons avec lesquels sont rémunérés les employés de l’entreprise.

1858

Malgré l’arrivée massive de travailleurs provenant de partout au Québec et même d’outre-mer, la raréfaction des forêts de pin finit par avoir raison de la scierie. Le poste se vide presque complètement et le moulin est abandonné. Il faudra alors attendre le milieu du 19e siècle pour qu’un réel noyau villageois se forme.

1877

En 1877, le gouvernement du Québec proclame la création du Canton de Dumas qui sonne le début de la colonisation du secteur. Parallèlement, en 1882, la Compagnie Price décide de construire ce qui deviendra le premier village de compagnie de la région, à Saint-Étienne-du-Saguenay.

1887

Depuis l’arrivée de la Société des Vingt-et-Un, le seul mode de communication des travailleurs et de leur famille avec le monde extérieur est via les voies navigables. Cependant, pour accélérer la colonisation de Petit-Saguenay, il devient vite évident qu’il faudra trouver un moyen de relier le village aux localités voisines par voie terrestre. Ainsi, en 1887, on complète la construction d’un chemin reliant le village de compagnie de Saint-Étienne à L’Anse-Saint-Jean, via le cœur villageois naissant de Petit-Saguenay.

1900

Le village de Saint-Étienne-du-Saguenay est complètement détruit par les flammes le 5 juin 1900. Un feu d’abattis est à l’origine du brasier qui détruit tout sur son passage : le moulin, de nombreuses maisons d’ouvriers, des bateaux, une goélette, des quais et d’importants inventaires de bois. Plusieurs familles sont carrément jetées à la mer, alors que la Compagnie Price, devant l’ampleur des dommages, décide de ne pas reconstruire ses installations. Heureusement, les familles sont rapidement prises en charge. Le tragique événement marque cependant la fin de Saint-Étienne-du-Saguenay après 17 ans d’existence.

1914

Fondée en 1907 par Ovide Brouillard, la Compagnie Brouillard fait l’acquisition, en 1914, des terrains à l’embouchure de la rivière Petit-Saguenay où elle construit un moulin et un barrage à fosse à saumon. Des estacades sont également construites un peu partout sur la rivière pour faciliter la drave. Un important incendie amène toutefois l’entreprise vers la faillite, moins d’un an plus tard. Une nouvelle entité, toujours propriété de
M. Brouillard, voit toutefois le jour et rachète la faillite. Les opérations se poursuivent ainsi jusqu’en 1926.

1919

Sous l’égide de l’abbé Eugène Grenon, le territoire de Petit-Saguenay se voit octroyer le titre de municipalité de Canton de Dumas le 12 août 1919. Des écoles, des fromageries modernes, des boutiques à bois et à fer, ainsi que des magasins généraux s’ajoutent rapidement à l’église, au presbytère et aux maisons de villageois déjà construits. La communauté de Petit-Saguenay a le vent dans les voiles et continue de croître.

Petit-Saguenay

Une offre culturelle bonifiée

Cet été, pas moins de quatre nouvelles activités culturelles sont proposées à Petit-Saguenay. Si elles permettent de souligner l’anniversaire de la municipalité, elles s’inscrivent également dans un objectif de diversification de l’offre touristique. Chose certaine, elles feront le bonheur des petits comme des grands et façonneront de beaux souvenirs pour les saguenois et les touristes. Mettant de l’avant le talent des artistes locaux, elles font le pont entre l’histoire et l’imaginaire.

L’histoire en réalité augmentée

L’expérience immersive Racines se déroule dans les sentiers du village disparu de l’Anse Saint-Étienne. À travers un parcours fantastique rendu possible grâce à la réalité augmentée, les visiteurs sont plongés dans une histoire abracadabrante, au cœur du village qui fût décimé par un incendie en 1900. Pour tenter l’expérience, téléchargez gratuitement l’application Racines disponible sur App Store ou Google Play et rendez-vous à l’Anse Saint-Étienne! Il est également possible d’emprunter une tablette à l’accueil du Village-Vacances Petit-Saguenay.

L’histoire de Petit-Saguenay comme vous ne l’avez jamais entendue

Plusieurs événements d’importance ont évidemment marqué l’histoire de Petit-Saguenay. Sans pouvoir tous les présenter, le spectacle Marguerite nous en fait revivre plusieurs à travers les arts de la marionnette, le chant choral ainsi que le conte. Une façon pour le moins originale de revisiter l’histoire de la municipalité. C’est à l’Aréna Roberto-Lavoie que le spectacle Marguerite est présenté tout l’été.

Un tour guidé avec le conteur Élias Côté

Figurant au nombre des nouvelles activités proposées en 2019, les tours guidés Odyssée entraînent les visiteurs sur les traces du passé. En minibus, accompagnés du conteur Élias Côté, ils découvrent plusieurs des lieux marquants de l’histoire locale.

Une exposition de photos historiques

À la Place du 100e, une exposition de photos historiques et d’artefacts liés à l’histoire de Petit-Saguenay est en cours. En plus des photos relatant le quotidien des familles ayant habité le village au cours du siècle dernier, elle montre des objets et outils usuels.

Chroniques du 100e

Bien qu’elles ne constituent pas une activité en soi, les chroniques du 100e, publiées hebdomadairement sur la page Facebook de la municipalité, sont une source intarissable d’informations pertinentes et captivantes sur l’histoire de la municipalité. Lancées au début 2019, elles se poursuivront tout au long de l’année.

Pour connaître tous les détails de la programmation du 100e ou pour vous procurer des billets, consultez le petit-saguenay.com/100e.

Petit-Saguenay

Une histoire qui se souligne, un avenir qui s’écrit

Au-delà d’une nature verdoyante, d’un fjord majestueux et de terres fertiles, la municipalité de Petit-Saguenay est riche d’une communauté forte et fière qui a à cœur le développement de son milieu de vie. Au fil des ans, il va sans dire que l’image même de Petit-Saguenay a connu une importante évolution. Auparavant perçue principalement comme étant un territoire agroforestier, elle est aujourd’hui une destination touristique prisée ainsi qu’un endroit de choix pour l’établissement des jeunes familles et des entrepreneurs. Alors que la municipalité célèbre cette année son 100e anniversaire, elle vous propose un retour dans le passé et un regard vers un avenir qui s’annonce prometteur.

Un milieu de vie dynamique

Il n’est pas difficile d’imaginer la quiétude du quotidien des saguenois. Les dimanches à la plage Saint-Étienne, les excursions en forêt, les activités sportives et communautaires à l’Aréna Roberto-Lavoie; la vie des familles de Petit-Saguenay est bien remplie.

Il faut dire que le village est d’abord un véritable paradis pour amants de la nature. Aux nombreux sentiers pédestres accessibles sur le territoire, s’ajoutent des montagnes escarpées représentant d’intéressants défis pour les amateurs d’escalade, des rivières où le poisson foissonne et un panorama d’une incroyable beauté sur les eaux du fjord du Saguenay où il est même possible d’observer les bélugas.

Le territoire regorge également d’autres trésors cachés permettant à la population comme aux touristes d’en apprécier toute la splendeur.

Petit-Saguenay jouit aussi d’une communauté dynamique où tout un chacun met l’épaule à la roue pour développer de nouveaux projets et de nouvelles activités. Appuyés par le conseil municipal, les citoyens se montrent intéressés par leur milieu de vie et y contribuent, que ce soit par le lancement d’une ligue de balle donnée, d’un club de course ou encore la poursuite des activités des cuisines collectives et de la Maison des familles.

Petit-Saguenay

Du déclin de l’industrie forestière à la diversification de l’économie

Souvent marquée par la tragédie, la communauté de Petit-Saguenay est demeurée forte devant l’adversité. Elle a su faire preuve de courage à bon nombre de reprises, se relevant debout après chaque épreuve. Son histoire en témoigne, Petit-Saguenay a également su se réinventer et continue encore aujourd’hui d’innover pour assurer sa pérennité.

1928

En date du 25 mai 1928, un autre drame frappe la communauté de Canton de Dumas. Des pluies diluviennes s’abattent sur la municipalité durant dix jours. De plus, la rupture des estacades abandonnées par la compagnie Brouillard n’aidant en rien, les eaux finissent par atteindre une hauteur de trente pieds. Les dommages causés par l’inondation sont importants. Les communications téléphoniques sont rompues, les chemins de terre sont engloutis par les glissements de terrain, plusieurs résidences et commerces sont littéralement emportés par les eaux et les ponts sont détruits. Devant l’ampleur des dégâts, le curé Arthur Levesque demande l’aide du gouvernement. Aide qui ne vint jamais. Les Saguenois et les Saguenoises durent tout reconstruire par eux-mêmes.

1950

La Coopérative d’électricité de Petit-Saguenay et de L’Anse-Saint-Jean voit le jour le 21 février 1949. Son mandat est clair, faire représentation auprès du gouvernement provincial pour électrifier les municipalités de Petit-Saguenay et de L’Anse-Saint-Jean. Ce qui sera rapidement chose faite alors que le premier ministre du Québec, Maurice Duplessis, annonce en août 1949 la construction d’un barrage sur la rivière Petit-Saguenay par l’Office de l’électrification rurale. La centrale sera inaugurée en août 1950 et deviendra la première centrale hydroélectrique construite par l’Office. C’est la Coopérative d’électricité de Petit-Saguenay et de L’Anse-Saint-Jean qui en assurera les opérations avant de raccorder son réseau à celui de la Compagnie électrique de Saguenay dont les actifs seront liquidés au profit d’Hydro-Québec en 1965.

1950-1960

Les décennies 1950 et 1960 sont florissantes pour l’industrie forestière. À Petit-Saguenay, les moulins à scie se multiplient sur le territoire. Ils sont maintenant plus modernes, équipés de tronçonneuses, de tracteurs et d’autres équipements motorisés. On doit cette modernisation principalement à la compagnie Jos. Houde limitée ainsi qu’aux chantiers coopératifs de l’Union catholique des cultivateurs (UCC) qui devint par la suite l’Union des producteurs agricoles (UPA).

1956

C’est en 1918 qu’est construite la première église de Petit-Saguenay. En 1945, pour répondre à la croissance soutenue de la population de Petit-Saguenay, celle-ci est agrandie suivant les plans de l’architecte Sylvio Brassard. Le 26 décembre 1955, elle sera toutefois rasée par les flammes. Moins d’un plus tard, on inaugurera la nouvelle église de la municipalité dont l’architecture est une fois de plus l’œuvre de l’architecte Sylvio Brassard.

1960

Un nouveau quai est construit en eau profonde pour faciliter l’exportation de bois. Ce dernier se situe à seulement 1 km du précédant quai municipal, qui n’était pour sa part qu’accessible à la marrée haute. Bien que le quai municipal ne servira pas bien longtemps à l’industrie forestière, il deviendra par la suite un important atout pour le développement touristique de Petit-Saguenay.

1964

La vie sociale, culturelle et sportive de Petit-Saguenay se structure à compter des années 60. La création, en 1964, de l’Organisation des terrains de jeu (OTJ) de Petit-Saguenay y contribue activement. Dès lors, on met sur pied diverses activités principalement adressées aux jeunes du secteur, dont un camp de jour et une patinoire extérieure.

1966

La rivière Petit-Saguenay dont les droits d’exploitation étaient jusque-là dans les mains de propriétaires privés passe sous l’égide du gouvernement. Gestionnaire des droits de pêche de la rivière, ce dernier crée une réserve faunique gouvernementale, soit une zone d’exploitation contrôlée (ZEC). S’en suivent la mise en valeur et la conservation du site qui devient un pilier de l’industrie touristique de Petit-Saguenay.

1979

La municipalité de Dumas change de nom et adopte le toponyme de municipalité de Petit-Saguenay. C’est également en 1979 qu’on inaugure l’aréna du village. Construit pour offrir un aux citoyens une infrastructure sportive de qualité permettant notamment la pratique du sport national, l’Aréna de la Vallée deviendra en 2019, l’Aréna Roberto Lavoie. C’est en l’honneur du hockeyeur natif de Petit-Saguenay Roberto Lavoie, qui a évolué dans la LHJMQ, dans la LAH ainsi que dans la ligue nationale de Suisse au cours des années 80 et 90, que l’aréna est renommé.

1981

Les années fastes de la foresterie sont désormais révolues. C’est au tour de la compagnie Jos. Houde limitée de déclarer faillite en 1981 emboitant le pas aux chantiers coopératifs. Son usine de sciage sera reprise successivement par plusieurs autres compagnies forestières avant de devenir aujourd’hui la propriété de Fabrication PFL. Le déclin de l’industrie forestière déclanche toutefois un vaste mouvement de diversification économique dans le milieu, qui est notamment animé par le Comité de développement économique.

1986

C’est au cours des années 70 que la municipalité de Petit-Saguenay devient propriétaire des terrains de l’Anse-Saint-Étienne. Ce n’est cependant qu’en 1986, qu’elle en confie la gestion à la Société de gestion V.V.F. Saint-Étienne qui mettra sur pied un concept unique et original répondant aux besoins des familles. À ce jour, le Village Vacances Petit-Saguenay demeure l’un des lieux les plus fréquentés de la municipalité.

2010

La municipalité se retrousse les manches pour restructurer son territoire autour de trois axes principaux soit le tourisme, la qualité de vie et le développement économique. L’entrepreneuriat étant florissant à Petit-Saguenay, on continue les efforts pour permettre le développement du plein potentiel des entreprises et l’établissement de nouveaux commerces. Un travail constant est également fait pour appuyer les familles qui souhaitent s’établir à Petit-Saguenay ainsi que pour dynamiser le secteur en mettant en œuvre de nouveaux projets. À ce chapitre, la participation citoyenne est de premier ordre. Tous contribuent à la vitalisation de Petit-Saguenay, un travail qui demeure encore aujourd’hui d’actualité.

Petit-Saguenay

Joignez-vous à la fête!

Toujours dans le cadre de son 100e anniversaire, Petit-Saguenay a mis sur pied différents événements auxquels toute la population régionale est invitée à participer. Si certaines d’entre elles sont d’ores et déjà passées, comme la descente en kayak et en rafting de la rivière Petit-Saguenay à l’occasion du Festival d’eau vive, plusieurs autres restent à venir.

C’est notamment le cas des célébrations entourant la Fête de la Saint-Jean-Baptiste. Les festivités auront lieu le 23 juin au quai municipal. Musique québécoise et feu de joie seront évidemment de la partie. Notons la présence des trampolines Jumpaï et des jeux gonflables sur place.

Ce sera également l’occasion de lancer le concours de photos mettant en scène les emblématiques couchers de soleil de Petit-Saguenay.

À la fin de l’été, le village sera l’hôte des Grandes Retrouvailles qui se tiendront le 1er septembre prochain. Un grand souper à la Place du 100e réunira les familles fondatrices de Petit-Saguenay.

Des activités culturelles seront proposées aux participants. Ils pourront également profiter de leur présence à la Place du 100e pour découvrir l’exposition de photos historiques et d’artéfacts présentée sur le site.

Et finalement, pour clore les célébrations, Petit-Saguenay accueillera un spectacle de chorale France-Québec le
22 septembre. Des choristes de la France uniront leur voix à celle des choristes d’ici dans un spectacle fort en émotions. L’événement est rendu possible dans le cadre du jumelage entre le Parc national du Fjord-du-Saguenay et le Parc des Cévennes en France. Il se déroulera lui aussi du côté de la Place du 100e.

Pour connaître les événements du 100e, consultez petit-saguenay.com/evenements.