Pêche

10 trucs pour agrémenter votre pêche

Enfin, les cours d’eau se libèrent tranquillement des glaces pour le plus grand plaisir des amateurs de pêche qui bientôt, pourront mettre leur ligne à l’eau et partir à la conquête des différentes espèces aquatiques! Patrick Campeau, pêcheur professionnel depuis 33 ans ainsi que chroniqueur pour le Journal de Montréal nous livre ses précieux conseils. Pour lui, en amour comme à la pêche, il faut sortir des sentiers battus et expérimenter différentes approches, car les poissons répondent différemment d’un plan d’eau à l’autre. Voici donc 10 conseils à suivre pour une saison de pêche réussie!
  1. Vérifiez toujours l’état général de vos équipements avant de partir en excursion. Il ne faudrait pas, rendu à destination, réaliser que son moulinet ne fonctionne pas bien, que le moteur refuse de démarrer, etc. Prenez le temps nécessaire pour le faire avant, car après, il est souvent trop tard.
  2.  Le fil à pêche vieillit mal. Tous les types de fils perdent une bonne partie de leurs caractéristiques en vieillissant. Des facteurs comme l’humidité, les rayons UV, les éraflures qui se produisent en pêchant, l’usure normale, etc. affaiblissent leur résistance. Changez-le systématiquement au début de la saison.  
  3.  Le super fil vous permet de percevoir plus de touches. Ces fils incroyablement performants, fabriqués de Spectra ou autres matières semblables, télégraphient les moindres touches vers les mains des pêcheurs qui les utilisent. Il est également plus facile de déceler les transitions de matières qu’on retrouve sur le fond marin.
  4.  Variez vos techniques et vos présentations. Nous avons tous des offrandes et des façons de pêcher que nous préférons à d’autres. Il faut toutefois réaliser que les poissons peuvent se lasser de ces dernières. Prenez donc le temps d’expérimenter et de tenter votre chance différemment. Vous pourriez avoir de belles surprises.
  5.  Quand un fil étire, vous sacrifiez sensation et force de ferrage. La très grande majorité des monofilaments et fluorocarbones affichent un coefficient d’élasticité qui peut atteindre 30 %. Quand ils étirent, l’utilisateur ne peut capter la majorité des signaux de morsure et les motions de ferrage sont presque totalement amorties. 
  6. Optez pour un fil ayant le plus petit diamètre possible. Un fil de petit calibre permettra à vos leurres de plonger plus profondément et ils pourront nager avec beaucoup plus d’aisance. De plus, les poissons auront moins de chance de découvrir le piège que vous leur tendez. Les super fils sont de très petit calibre.
  7. Apprenez à faire de bons nœuds. Il y a plusieurs amateurs qui croient faire de bons nœuds sans que ce soit le cas. Lorsque votre nouage est complété, tirez lentement sur le fil. Si l’extrémité que vous avez coupée tourne lentement, cela signifie qu’il glisse. Apprenez à faire le nœud Palomar, celui du pêcheur double, etc.
  8. Utilisez un équipement adéquat et bien balancé. On ne peut pas marier n’importe quelle canne avec n’importe quel moulinet. Un lancer léger trop imposant pour une canne la fera basculer vers l’arrière et un modèle trop petit, vers l’avant. Le libellé qu’on retrouve sur le brin vous renseignera sur ses performances optimales.
  9.  Neutralisez et camouflez les odeurs négatives. Je ne crois pas que les poissons parcourront de longues distances pour attaquer des leurres sur lesquels vous avez appliqué une potion odoriférante. En revanche, je suis persuadé que lorsqu’ils sont plus sélectifs, ils n’attaqueront pas une offrande dégageant des odeurs désagréables.
  10. Soyez toujours positif, l’optimisme aide et fonctionne en tout temps. Si vous pêchez nonchalamment et avec peu de conviction, il y a fort à parier que les résultats ne seront guère enviables. Souvenez-vous qu’il s’agit souvent d’une question d’attitude, d’opportunité et de timing. L’action pourrait survenir à tout moment.