Contenu commandité

Pêche

Trois ouananiches par jour sur le lac Saint-Jean

Les amateurs de pêche pourront repartir à la maison avec trois ouananiches au lieu de deux cette année. En effet, la Corporation de LACtivité Pêche Lac-Saint-Jean (CLAP) et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ont décidé d’augmenter la possession du poisson emblématique pour le lac Saint-Jean et certains de ses tributaires.

«Il y a eu trois fois trop de ouananiches qui ont franchi notre passe migratoire témoin de la rivière Mistassini, ce qui veut dire que la population de ouananiches est très importante et qu’il faut augmenter la pêche pour ne pas nuire à la population d’éperlans», explique le directeur général Marc Archer.

En octobre dernier, les spécialistes de la CLAP ont enregistré 1642 ouananiches qui montaient frayer dans la rivière Mistassini. Il s’agit du 2e plus haut recensement depuis les débuts des mesures en 1975. Pour obtenir un parfait équilibre, le nombre idéal de montaisons devrait se situer autour de 500.  « Ce qui s’est passé sur la Mistassini, c’est aussi passé dans les autres rivières. Ce qui peut compliquer les choses, c’est que si le nombre de montaisons reste élevé au cours des prochaines années, les jeunes ouananiches vont manger beaucoup d’éperlans. Il risque d’y avoir une pénurie et s’il manque d’éperlans en raison d’une trop grande pression sur les stocks et biens ce sont les jeunes ouananiches qui n’auront pas de nourriture et il y aura de la mortalité. On ne veut surtout pas se retrouver dans ce genre de cycle », expose-t-il.

Ce dernier ne s’alarme pas de cette situation pour l’instant, car la population se porte bien et les frayères qui ont été aménagées l’an dernier ont fonctionné. En effet, les biologistes ont constaté la présence d’œufs sur 11 des 25 frayères. Nos aménagements ont bien fonctionné. Comme ils sont à des profondeurs différentes, les éperlans vont frayer selon le niveau du lac à cette période », explique Marc Archer.

C’est donc pour cette raison que le nombre de captures a été augmenté. On espère donc que les prises seront abondantes. De plus, si les glaces du lac «calaient» plus rapidement, l’ouverture de la pêche serait devancée.

Cette année, l’ouverture de la pêche a été devancée au 11 mai pour la ouananiche. Pour le doré et les autres espèces, le début a été fixé au 25 mai. Même à cette date devancée, le lac Saint-Jean sera à peine libéré de ses glaces et son niveau encore très bas, ce qui compliquera la mise à l’eau de certaines embarcations.

Pour ce qui est du doré, la limite de prises journalière demeure à 10. Il faudra attendre les résultats de l’expertise réalisée lors d’une pêche scientifique par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, afin de voir si des modifications pourraient être apportées.

Plus de pêcheurs

Il est difficile pour la CLAP de déterminer si cette hausse de prises quotidienne de la ouananiche attirera plus de pêcheurs à se rendre sur le lac Saint-Jean. «Est-ce que les gens de l’extérieur vont se déplacer plus ? Je ne pense pas. On constate une diminution de pêcheurs au Québec, on le sent inévitablement dans la région. Il y a moins de relève et les coûts liés à la pêche entrent en ligne de compte. Par contre, si les conditions sont bonnes pour la pêche cet été et que les gens font de bonnes prises, alors ils vont avoir tendance à pêcher plus souvent. C’est ce que l’on souhaite afin d’accroître le nombre de prises cette année», affirme le directeur général.

L’an dernier, la température n’a pas été du côté des pêcheurs, le nombre de prises a été ordinaire tout comme en 2016. Au total ce sont  5752 prises qui ont été enregistrées pour le lac Saint-Jean et 508 prises à la mouche dans les rivières. Pour le doré jaune, on a comptabilisé
18 035 prises.

Une situation qui s’est reflétée sur les ventes d’autorisations de pêcher. Elles ont totalisé environ 14 300 unités pour des revenus de 458 900 $ en 2017, ce qui représente environ 1000 ventes de moins que la moyenne enregistrée. 

Pêche

Participez à la Fête de la pêche

La pêche sportive est une belle activité familiale qui se prête à tous les budgets. De plus, notre région regorge de plans d’eau pour pratiquer cette activité, à gué, ou à bord d’une embarcation.

Vous aimeriez vous initier à la pêche ? Profitez de la Fête de la Pêche, qui aura lieu les 8, 9 et 10 juin prochains, pour vivre une première expérience de pêche sportive. Si vous êtes un pêcheur ou une pêcheuse aguerri (e), profitez-en pour découvrir de nouveaux sites de pêche!

À l’occasion de ce rendez-vous annuel, au cours duquel les citoyens sont invités à célébrer la pêche partout au Québec, une foule d’activités sont organisées dans toutes les régions. 

De plus, durant ces trois jours, il est exceptionnellement autorisé de pêcher sans permis (sauf pour le saumon atlantique). 

Pour connaître les activités organisées dans votre secteur, rendez-vous à l’adresse suivante :  mffp.gouv.qc.ca/la-faune/peche/fete-de-la-peche/activites/

Pêche

La Sépaq destination incontournable des pêcheurs

Pêcheuses et pêcheurs, il est temps de réserver votre séjour de pêche pour la saison 2019 auprès des établissements de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

Oui l’été 2019 peut sembler bien loin, mais sachez qu’en réservant tôt, vous avez plus de chances de pouvoir choisir votre chalet préféré dans les secteurs de pêche les plus convoités, selon les dates qui vous conviennent. Un aspect à ne pas négliger, puisque les sites de pêche de la Sépaq figurent parmi les plus belles destinations de pêche au Québec et que les pêcheurs sont nombreux à fréquenter ces lieux. 

De plus, en réservant dès maintenant, vous bénéficierez des tarifs de l’année en cours.

L’expérience pêche à son meilleur

Les pêcheurs qui auront la chance de pêcher dans les réserves fauniques cette année découvriront que la Sépaq a apporté plusieurs améliorations à ses installations. 

En outre, de nouveaux chalets ont été construits en remplacement d’autres qui sont arrivés à la fin de leur vie utile. Ces bâtiments ont été installés sur des sites qui offrent une plus grande intimité et un meilleur accès au lac. L’utilisation de l’énergie solaire a été maximisée, ce qui réduit leur empreinte écologique. Et, dans bien des cas, les chalets sont bâtis entièrement en bois du Québec. 

Ceux qui fréquentent les réserves de Mastigouche, du Saint-Maurice, de Rimouski, des Laurentides ou de Port-Cartier-Sept-Îles pourront, notamment, profiter de cette offre bonifiée.

L’offre régionale améliorée

Dans la région, des améliorations ont été apportées dans la Réserve faunique des Laurentides et au Centre touristique du Lac-Kénogami. 

La Réserve faunique des Laurentides a été dotée de cinq nouveaux chalets au Lac Malbaie. Ceux-ci peuvent loger chacun entre quatre et six adultes. 

Tandis que le Centre touristique du Lac-Kénogami  offre un  nouveau forfait de pêche en hébergement dans six chalets; ce qui permettra aux adeptes de profiter du prestigieux lac Kénogami, qui héberge pas moins de 14 espèces de poissons, dont la ouananiche.

Un outil exclusif gratuit pour faciliter la pêche

À ces nouveautés s’ajoute la récente mise en ligne d’un outil gratuit qui fera le bonheur de tous les types de pêcheurs. Les cartes des lacs Sépaq proposent bien plus qu’une bathymétrie des plans d’eau; elles ciblent maintenant les sites de pêche favorables sur plus de 500 des lacs les plus populaires du réseau, et ce, pour les 4 espèces vedettes que sont l’omble de fontaine, le touladi, le doré et le brochet. 

Au total, plus de 1700 endroits précis ont été identifiés par les employés d’expérience de la Sépaq afin de favoriser le succès des pêcheurs. 

Cette exclusivité de la Sépaq est une première dans l’industrie! Pour télécharger les cartes, il suffit de se rendre sur le site sepaq.com, dans la section Information - Cartothèque.

Réservation en ligne

En terminant, soulignons qu’afin de faciliter la réservation en ligne des séjours de pêche, le site transactionnel de la Sépaq a fait peau neuve. Cette nouvelle interface de réservation se veut conviviale, intuitive et simplifiée. 

Pour réserver votre séjour de pêche en ligne: www.sepaq.com/reservation/peche/

Pêche

Conseils de chef pour apprêter vos prises

Rien de tel que de cuisiner son poisson au retour de la pêche. La fraîcheur est inégalable et les saveurs n’en sont que décuplées. Le poisson frais c’est bon, mais c’est encore plus savoureux lorsqu’on ne l’apprête pas toujours de la même façon ! David Janelle, chef et copropriétaire du restaurant La Cuisine, partage ici quelques conseils pour apprêter vos prises.

Le chef, ambassadeur Zone Boréale, a même créé une recette de tartare de ouananiche pour ce cahier Pêche.

La cuisson du poisson

Le premier conseil que je donnerais aux pêcheurs est de cuire leur poisson en grosses parties. Souvent les gens coupent leur poisson en petits filets et le cuisent sur le barbecue. Résultat : le poisson est trop cuit. Il faut plutôt faire de grosses pièces, que l’on cuit à feu doux en conservant la peau.

Apprêter le saumon

Le saumon est un poisson à la chair tendre qui se marie facilement à tous les produits de saison. Je recommande donc aux pêcheurs de varier les herbes et aromates qu’ils utilisent pour la cuisson au gré de ce qui pousse dans leur jardin et de choisir des légumes d’accompagnements en fonction de la production saisonnière. Par exemple, ce sera bientôt le temps des têtes de violon. Le mariage têtes de violon, bacon Perron et saumon servi avec un plat de pâtes fraîches est succulent.

Cuisiner la truite

La papillote sur le barbecue est une excellente façon de cuisiner la truite. Dans le cas des petites truites, il est toujours mieux de les cuire entières pour conserver un maximum de saveur.

La fraicheur de la ouananiche

La ouananiche, comme le saumon, est un poisson qui se marie facilement à une multitude d’ingrédients et de saveurs. Sa chair délicate en fait un excellent poisson pour le tartare. Je conseille donc aux pêcheurs de refroidir celle-ci rapidement après sa sortie de l’eau et de l’apprêter le soir même en tartare. Le poisson frais fond littéralement dans la bouche.

Fish & chips de doré

On l’oublie souvent, mais le doré fait d’excellents fish & chips. Au lieu de prendre de l’aiglefin de l’épicerie, prenez un beau doré frais pour faire vos fish. Servez le tout avec des frites et une mayonnaise faites maison. Accompagnez votre repas d’une bière régionale!

Pêche

Pêche au saumon atlantique: une nouvelle réglementation entre en vigueur

Avis aux pêcheurs de saumon, une nouvelle réglementation sera en vigueur à compter de la saison de pêche 2018.

Les modifications apportées à la réglementation découlent principalement des recommandations émises par la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA) dans le cadre du Plan de gestion 2016-2026 du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), visant à assurer la conservation des populations de saumons atlantiques et favoriser le développement économique reliés à la pêche sportive de cette espèce. 

Diminution du contingent annuel

En vertu de la nouvelle réglementation, le contingent annuel a été réduit à 4 saumons (au lieu de 7), dont au plus 1 grand saumon, à l’exception du Nord-du-Québec (zones 23 et 24), où il sera permis de conserver 4 saumons, petits ou grands. 

Permis de pêche au saumon

La durée du permis de pêche au saumon a aussi été modifiée. Ainsi, le permis de pêche au saumon de 1 jour est devenu un permis de pêche de 3 jours.

Étiquetage obligatoire

Les saumoniers ont l’obligation d’étiqueter un saumon gardé, aux endroits de la province où il est permis de conserver ses prises. À noter que le saumon doit être étiqueté avec l’étiquette provenant du permis de la personne qui a ferré le poisson.

Service de pourvoyeurs

Pour les Zones 23 et 24, les pêcheurs ont l’obligation d’utiliser les services d’un pourvoyeur pour pêcher le saumon dans ces secteurs.

Certificats pêche en herbe et relève à la pêche

Les résidents de moins de 18 ans détenteurs des certificats «Pêche en herbe» ou «Relève à la pêche»
sont autorisés à pêcher le saumon atlantique, mais avec remise à l’eau obligatoire.

Pêche

Pêcher le saumon et la truite de mer en ville

La Rivière-à-Mars est parmi les rares rivières du Québec où l’on peut pêcher le saumon et la truite de mer en ville. Une proximité qui constitue un atout majeur.

Non seulement vous n’avez pas à parcourir des dizaines, voire des centaines de kilomètres pour accéder à votre site de pêche, mais en plus vous économisez en frais d’hébergement. En effet, même si vous débutez votre journée de pêche très tôt, ou que vous terminez celle-ci très tard, vous n’avez pas à prévoir des nuitées, puisque la rivière est située à tout au plus une trentaine de minutes de votre domicile, si vous êtes un résident de Saguenay.

Une tarification accessible

De plus, la Rivière-à-Mars, qui compte 42 fosses, dont environ 38 fosses non contingentées, est facile à pêcher et la tarification est abordable. Le coût pour une journée complète de pêche est de 40 $ dans le secteur non contingenté  et de 65 $ dans le secteur contingenté (tirage 48 h à l’avance). Il est aussi possible de pêcher le secteur non contingenté pour une demi journée (après 14h). Le coût est alors de 30 $.

Si vous êtes un groupe de quatre pêcheurs, prévalez-vous du forfait Corporatif. Ce dernier inclut une  journée de pêche, quatre perches, dans le secteur non contingenté, pour 114,96 $ (taxes incluses). Si vous avez besoin de louer de l’équipement, Contact Nature Rivière-à-Mars vous offre une réduction de 50% sur le coût de location avec le forfait Corporatif.

Soulignons également que, pour les enfants et les étudiants de 24 ans et moins accompagnés d’un adulte (une perche), il est possible de pêcher gratuitement la truite de mer et le saumon.

Forfaits d’initiation à la pêche au saumon

Vous aimeriez découvrir l’univers de la pêche au saumon ? Contact Nature Rivière-à-Mars, organisme à but non lucratif en charge de mise en valeur du milieu naturel et faunique du corridor de la Rivière-à-Mars a développé des forfaits pour faciliter l’accès à la pêche au saumon et à la truite de mer. 

En outre, elle offre un bloc d’initiation à la pêche au saumon de 4 heures. Si vous n’avez jamais pêché le saumon et que vous débutez à la mouche, ce forfait est parfait pour vous, puisque vous profiterez de l’expérience d’un guide expérimenté de Contact Nature. Le bloc de 4 heures débute à 8 h et se termine à midi. Il inclut les services d’un guide, l’équipement nécessaire (bottes, canne, moulinet, 2 mouches) et un permis d’un jour/1 capture ou remise à l’eau.

Si vous souhaitez vivre une expérience de pêche un peu plus longue, optez pour le forfait Pêcheur d’un jour. Vous bénéficierez de 4 heures de pêche accompagnées d’un guide, d’un droit d’accès d’une journée, de l’équipement nécessaire et d’un permis d’un jour/1 capture ou remise à l’eau. Une fois votre accompagnement de 4 heures terminé, vous pourrez continuer à pêcher jusqu’à la fin de votre journée de pêche, soit 1 heure après le coucher du soleil. Vous aurez donc tout le loisir de mettre en pratique les apprentissages faits avec votre guide et pourrez profiter pleinement de votre première expérience de pêche au saumon.

« Je considère que la Rivière-à-Mars est la plus belle rivière école au Saguenay pour apprendre à moucher. La rivière est accessible des deux côtés et les pêcheurs disposent d’un bon espace pour moucher. De plus, les gens au poste d’accueil ne sont pas avares de conseils et nous vendons sur place les mouches les plus favorables pour la rivière. Évidemment, nous ne pouvons garantir aux gens des prises, mais nous pouvons leur assurer qu’ils vivront une belle expérience », affirme Mario Dallaire, guide de pêche et responsable de la protection faunique pour Contact Nature Rivière-à-Mars.

Une rivière fréquentée

En 2017, près de 200 saumons et près de 400 truites de mer ont franchi la passe migratoire de la Rivière-à-Mars. Le cours d’eau a connu une baisse de fréquentation, mais le responsable de la protection faunique de Contact Nature Rivière-à-Mars est confiant de voir la situation se redresser.

«Pour aider à maintenir la population de saumons et de truites de mer,  nous avons commencé, cette année, l’ensemencement de la rivière. Les saumons et truites de mer géniteurs qui ont servi à la production d’alevins ont tous été prélevés dans la Rivière-à-Mars», note Mario Dallaire. « Pour nous assurer d’un certain succès, cet effort d’ensemencement se poursuivra au cours des cinq prochaines années.»

Centre d’interprétation

Lors de votre passage à la Rivière-à-Mars, faites un arrêt au Centre d’interprétation du saumon et de la truite de mer. Vous y apprendrez tous les aspects de la vie de ces espèces. De plus, le Centre d’interprétation est doté de deux vitrines sous-marines où l’on peut observer le saumon et la truite de mer dans leur élément. Durant l’été, des guides sont en place pour effectuer des visites guidées.

Pour en savoir davantage sur la pêche au saumon et à la truite de mer sur la Rivière-à-Mars consultez le site reviereamars.com ou contactez l'équipe de Contact Nature au 418-697-5093.

Pêche

Le bateau LEGEND, votre meilleur compagne de pêche

Le plaisir de la pêche est accentué dans le confort d’une embarcation Legend.

Dépositaire de cette marque, le propriétaire d’Évasion sport de Laterrière, Denis Gagnon, considère qu’il s’agit du meilleur bateau de pêche sur le marché. « Quand les gens goûtent à une Legend, il ne change plus de marque. La force de cette compagnie canadienne, c’est le souci du détail et l’accent mis sur le confort », vante-t-il.

Les modèles 2018 ont peu changé à la suite de l’entrée d’une nouvelle gamme en 2017 soit les modèles XTR, X et F. Il y a eu quelques optimisations cette année afin de les améliorer et les rendre encore plus performants.

Les bateaux de pêche Legend ont une coque en aluminium avec une soudure pour lier les deux parties. Il n’y a pas de rivets comme sur les modèles des autres marques. De plus, on retrouve un caisson à l’intérieur qui permet de solidifier l’ensemble de la structure. « La conception est tellement bien faite et efficace que la compagnie garantit la coque à vie contre toute infiltration d’eau, peu importe où elle se produit. Ce que ne font pas les aux autres marques », a signalé Denis Gagnon.

La longueur des modèles varie de 16 à 20 pieds. Le bateau de 18 pieds est très populaire. « Il s’agit de la grosseur parfaite pour naviguer sur un grand plan d’eau comme le lac Saint-Jean ou le lac Kénogami. C’est un excellent rapport qualité/prix. Le client peut choisir le moteur Mercury qu’il souhaite mettre sur l’embarcation selon ses besoins», explique le propriétaire.

Le souci du détail se voit quand le pêcheur est assis dans l’embarcation. Le poste de pilotage, le pare-brise, les caissons de rangements et les sièges et bancs témoignent de l’importance de la perfection de la compagnie. « Ce sont des bateaux qui déjaugent bien et qui sont faciles à naviguer. Ils se comportent bien dans la vague. Les gens se sentent en sécurité. Aussi, lorsqu’on monte le toit pour se protéger de la pluie, on n’est pas obligé de le rabaisser si on a un coup vite à faire. Sa structure solide d’aluminium et la qualité des toiles permettent d’avancer à puissance maximale sans craindre qu’ils se brisent », explique le propriétaire d’Évasion sport.

Ponton
Denis Gagnon constate que les pontons sont de plus en plus populaires. De nouveaux modèles qui combinent pêche et plaisances attirent. « Il y a un engouement pour ce type d’embarcation au détriment du bateau en fibre de verre. Ça devient un choix intéressant pour un couple ou une famille. Il y a moyen de naviguer et pêcher en même temps. Ce sont des embarcations versatiles et très bien conçues. C’est le confort qui prime encore une fois. Certains modèles peuvent offrir une puissance surprenante», expose Denis Gagnon.

Le plancher du ponton est fixé par des boulons en acier inoxydable au lieu de l’utilisation de rivets. Cette technique permet d’offrir une grande solidité et stabilité. La structure du toit et les raccords sont faits d’aluminium, ce qui assure une solidité optimale.

De plus les pontons Legend se démarquent par la qualité de finition et le confort des bancs et des sièges.