Passion chasse

Le VTT, un essentiel à la chasse

COLLABORATION SPÉCIALE / Avec l’ouverture de la chasse au gros gibier qui approche à grands pas, de nombreux amateurs penseront à se procurer un véhicule tout-terrain (VTT), un véhicule de ce genre étant un atout inestimable lors la pratique de l’activité.

Il permet aux chasseurs de se déplacer rapidement, afin de parcourir les kilomètres pour se rendre à leurs terrains de chasse. En plus, les VTT aujourd’hui ne font quasiment plus de bruit, alors ils n’effraient pas les bêtes. 

« Un VTT est le meilleur produit pour les chasseurs », a affirmé Réjean Laberge, directeur des ventes chez Impérium, dans son entretien avec Le Quotidien. Il a d’ailleurs conseillé aux intéressés le modèle Outlander Mossy Oak Hunting, qui aurait tout ce dont un amateur de chasse a besoin pour pratiquer son passe-temps, en toute sécurité.

Le modèle, que l’on retrouve en démonstration au l’Impérium de la rue Saint-Dominique à Chicoutimi-Nord, est doté de pneus avant et arrière plus agressifs que la norme qui permettent de se déplacer plus facilement sur les sols irréguliers. Son revêtement camouflage permet au VTT de la marque Bombardier d’être plus résistant, en lui ajoutant une protection, en plus d’être plus discret. Si un pépin survient, le véhicule est aussi muni d’un treuil, pour se tirer facilement de situations difficiles. 

L’équipe d’Impérium a ajouté des pièces clés au VTT. Ils l’ont muni d’un coffre arrière spacieux à compartiments et d’un porte-fusil sur le côté, afin que les chasseurs puissent traîner leur équipement sans problème. 

Tous les mois, de nouvelles ventes s’ajoutent au Impérium. Les modèles 2018 sont présentement en liquidation, pour laisser place aux nouveautés 2019, qui commencent à entrer en magasin.

Passion chasse

Une visite au champ de tir s'impose

Un chasseur responsable devrait toujours partir à la chasse avec une arme à feu bien ajustée. Pourquoi ? Pour chasser de façon sécuritaire, mais aussi pour éviter de blesser inutilement l’animal et l’abattre rapidement, ce qui lui évitera les longues souffrances.

Comme l’explique Claude Gaudreault, président de l’Association de Chasse & Pêche Chicoutimi, il est essentiel que chaque chasseur s’attarde à la préparation de son fusil en vue de la saison de chasse. La chaleur, l’humidité, la pluie et le transport sont autant d’éléments susceptibles d’affecter négativement les performances d’une arme à feu,  et ce, même si celle-ci a bien été entreposée. 

« Chaque tir effectué avec l’arme cause des vibrations, ce qui risque d’affecter les vis qui gardent le télescope en place et, par le fait même, d’altérer la précision de la carabine. Il peut aussi arriver que l’espacement entre le feu et la balle ne soit pas suffisant; dans un tel cas de figure, la balle ira dans toutes les directions. D’où l’importance de bien préparer son arme », fait valoir le président de l’Association de Chasse & Pêche Chicoutimi.

Que l’on soit un chasseur débutant ou d’expérience, la meilleure façon de s’assurer de la précision et de l’ajustement de son fusil demeure de se rendre dans un champ de tir. Ces endroits conçus spécifiquement à cet effet offrent un environnement sécuritaire, supervisé par des instructeurs bénévoles d’expérience. Les chasseurs et tireurs disposent de tables fixes pour s’exercer et les instructeurs peuvent les conseiller sur la façon d’ajuster leur arme; en plus de leur enseigner les bonnes techniques de tir et leur fournir des astuces pratiques sur la façon de tenir leur fusil.

«Au fil des ans, nous avons constaté au champ de tir que beaucoup de chasseurs et tireurs serrent leur carabine contre eux au moment de tirer, ce qui est une erreur, puisque le fait de serrer son arme contre soi enlève énormément de précision. La façon d’appuyer sur la détente joue aussi énormément sur le taux de succès des chasseurs», souligne M. Gaudreault, qui est instructeur bénévole au champ de tir, depuis 1981.

« Autre erreur fréquente, certains chasseurs optent inutilement pour des balles trop performantes pour le type de fusil qu’ils utilisent. Là encore, la précision de l’arme peut être affectée. Les instructeurs bénévoles du champ de tir peuvent conseiller les gens sur le type de munitions à acheter. »

Passion chasse

La chasse au petit gibier version 4.0

Cette année, partez à la découverte des secteurs de chasse au petit gibier armé de votre téléphone intelligent ! Depuis cet automne, les cartes des secteurs de chasse de Sépaq Anticosti et de l’ensemble des réserves fauniques sont intégrées et disponibles gratuitement dans la cartothèque de l’application Avenza Map. Une nouveauté qui plaira à coup sûr aux chasseurs de gros et de petit gibier.

Pour utiliser cette technologie, rien de plus simple. Il suffit d‘installer l’application Avenza Map sur son téléphone intelligent, de télécharger la carte de son secteur et de se géolocaliser en tout temps pendant la chasse. De plus, pas besoin d’utiliser ses données cellulaires, grâce au GPS de l’appareil.   

En plus du sentiment de sécurité qui donne la confiance d’explorer son secteur à fond, cet outil est aussi riche en information sur les caractéristiques du territoire : la topographie, l’hydrographie, la bathymétrie, les limites des secteurs de chasse au gros gibier, le réseau routier, les coupes forestières récentes et bien d’autres éléments.  À noter que bien que les cartes touchent les secteurs de chasse au gros gibier, toutes les informations contenues se prêtent parfaitement à la chasse au petit gibier.

Une vidéo est présentement en ligne sur le site de la Sépaq pour expliquer les possibilités (cliquer ici pour visionner la vidéo de prospection d'un territoire de chasse réalisée par Michel Therrien).

La procédure à suivre est aussi disponible dans l’onglet information de chaque réserve faunique sur le site de la Sépaq, dans la section cartothèque. 

Cet outil technologique de pointe s’ajoute à l’offre de plusieurs avantages sans frais qui caractérisent et distinguent le réseau de la Sepaq, dont le fond de carte pour GPS Garmin. 

La patience des amateurs de chasse au petit gibier est enfin récompensée avec l’arrivée de l’automne et l’ouverture d’une saison qui s’annonce prometteuse. 

Améliorations des infrastructures

Soulignons également que des investissements ont été faits récemment pour reconstruire ou rénover plusieurs chalets de la Sepaq, dont : 

•    La réserve faunique de Rimouski : 1 chalet au lac Bellefontaine et 7 chalets au lac Rimouski. 

•    La réserve faunique Mastigouche : 6 chalets au Lac aux Sables, 1 chalet au lac Brochard, 1 chalet au lac Orignac.

•    La réserve faunique du Saint-Maurice : 2 chalets au lac Soucis, 1 chalet au lac Baude. 

Le petit gibier: une chasse à découvrir

La chasse au petit gibier est agréable et permet de s’imprégner de la beauté de nos forêts, dans une ambiance paisible. 

Le petit gibier constitue aussi une excellente façon de s’initier à la chasse parce qu’elle ne nécessite pas beaucoup de préparation et que les taux de succès sont excellents. 

De plus, il est possible de se procurer auprès du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, une autorisation de chasser avec une personne qui détient un permis de chasse valide. À noter qu’une telle autorisation ne peut nous être accordée qu’une seule fois et que celle-ci est d’une durée limitée d’une année. 

Cette chasse est aussi  synonyme de plaisir en famille. Les jeunes de 17 ans et moins chassent gratuitement le petit gibier. Il suffit qu’un adulte détenteur d’un droit d’accès quotidien de chasse au petit gibier les accompagne. Toute la réglementation se retrouve au : www4.gouv.qc.ca/fr/Portail/citoyens/

Espèces chassées

Les principales espèces chassées sont: la gélinotte huppée, le tétras du Canada et le lièvre d’Amérique. 

Les vastes territoires des réserves fauniques offrent des milliers de kilomètres de sentiers. Il est possible de chasser en VTT dans certains secteurs de différentes réserves, une formule de plus en plus populaire. On peut s’informer auprès de la réserve ou au www.sepaq.com.

Passion chasse

Anticosti: un tremplin pour la relève

Vous avez envie de vivre une chasse différente ou d’initier vos proches à la chasse? Anticosti est la destination parfaite!

Un voyage de chasse à Sépaq Anticosti est l’occasion rêvée pour s’initier à la chasse aux cerfs de Virginie. L’abondance de la ressource et la possibilité de prélever dans tous les segments de la harde en font la meilleure école pour les nouveaux chasseurs. 

Qui plus est, non seulement les chances de succès sont meilleures, mais la beauté des paysages est incomparable dans ce vaste secteur de chasse exclusif. On surnomme d’ailleurs Anticosti Perle du Saint-Laurent. 

Passion chasse

Faites un don de viande de gibier au profit des plus démunis

"Chasseurs généreux" vous connaissez ? Ce programme provincial de don de viande de gibier est destiné aux personnes dans le besoin et se retrouve dans la majorité des régions du Québec. Il a été initié par la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) et les Banques alimentaires du Québec afin de permettre à des familles dans le besoin d’avoir accès à de la viande de qualité.

Comment ça fonctionne ? Chasseurs généreux, comme son nom l’indique, repose sur la générosité des chasseurs et l’implication des bouchers.

Les chasseurs qui ont connu une chasse fructueuse et qui désirent partager une part de leur viande avec les moins nantis, peuvent faire un don d’une petite partie de leur récolte en choisissant un boucher certifié Chasseurs généreux.

Dans la région les bouchers suivants participent au programme : Centre du gibier Martin Tremblay (Saint-David-de-Falardeau), Centre de coupe Bruno Tremblay (Saint-Honoré), Salle de débitage Tremblay et Gobeil (Chicoutimi) et Oasis de la faune (Lac-Bouchette). 

On estime à plus de 400 000 le nombre de familles dans le besoin au Québec et un don de viande de gibier en aidera plusieurs à combler une part de leurs besoins alimentaires. En 2017, c’est 5500 livres de viandes qui ont été récoltées par le biais de Chasseurs généreux et qui ont été distribuées à des familles dans le besoin de toutes les régions du Québec.

Aussi peu que 2 livres pour un cerf de Virginie, ou 5 livres pour un orignal peuvent faire une grande différence, alors soyez généreux! De plus, votre viande de gibier profitera à des gens de la région, puisque Moisson Saguenay–Lac-St-Jean fait partie des banques alimentaires associées au programme Chasseurs généreux.

Pour plus d’informations, consultez le lien suivant : www.chasseursgenereux.com

Passion chasse

Code d'éthique et valeurs des chasseurs

La chasse est un patrimoine précieux et il importe que les chasseuses et les chasseurs se comportent de façon exemplaire dans tous les aspects de la pratique de cette activité.

Le code d’éthique et les valeurs qui régissent la pratique de la chasse sont basés sur le respect, qui se manifeste de différentes manières :

• Le respect d’autrui, chasseur ou non. Il s’agit avant tout d’une question de sécurité personnelle et publique. Le chasseur ne doit jamais tirer au-delà de la portée utile de son arme et il doit le faire seulement sur un gibier parfaitement vu et identifié. Il doit demeurer conscient de ce qui peut se présenter dans sa ligne de tir et se méfier des ricochets. Lorsqu’il pratique son activité à proximité d’habitations, il doit redoubler de vigilance et éviter de troubler la tranquillité des occupants. 

• Le respect de la propriété privée, sur laquelle il ne doit circuler qu’après avoir obtenu l’accord du propriétaire. Le chasseur doit aussi respecter les consignes du propriétaire, notamment en ce qui concerne les zones interdites, la protection des cultures, des bâtiments et des animaux de ferme, l’usage du feu, de chiens de chasse, de véhicules tout terrain, les clôtures et les barrières, le nombre de personnes autorisées à circuler sur la propriété, etc.

• Le respect de l’environnement, ce qui signifie que le chasseur doit laisser le territoire de chasse visité intact. Il doit ramasser ses douilles et ses flèches. Il ne doit pas couper d’arbres et il doit rapporter ses déchets comme le fait tout bon campeur ou promeneur en forêt.

• Le respect de la faune, tant durant la chasse, alors que le chasseur mesure son habileté à l’instinct de son gibier, qu’après la chasse, dans le soin qu’il doit prendre dans la manipulation et la préservation du gibier qu’il rapporte.

• Le respect des lois et des règlements qui régissent la chasse, parce que le chasseur comprend leur nécessité pour assurer une utilisation durable de la faune.

Source: La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FécéCP) 

Passion chasse

Témoignages de chasseurs

COLLABORATION SPÉCIALE \

La chasse, une activité en famille

Mathieu Arsenault, 26 ans, a toujours été passionné de nature, et ce, depuis son plus jeune âge. Ayant suivi son père pendant ses chasses de petits gibiers, l’homme originaire de Baie-Comeau a rapidement découvert une passion pour la nature et ses différentes activités. « J’ai toujours aimé aller dans le bois, j’y vais depuis que je suis jeune », a confirmé le Baie-Comois.

En chassant d'abord la perdrix et le lièvre, il s’est ensuite intéressé à la chasse à l’orignal. C’est son beau-père qui l’a initié, alors qu’il avait 20 ans. Depuis, la chasse à l’original est un moment qu’il attend avec impatience chaque année. 

« Je chasse l’original, parce que ça me permet de récolter de la meilleure viande. C’est un animal qui a été élevé dans la nature, donc sa viande est d’une qualité exceptionnelle », a insisté le jeune homme. En plus, il aime qu’il puisse en faire profiter toute sa famille, en partageant son gain.