Michèle Hamelin

Série Oser pour réussir 2/6

L’Angélaine : la fibre de l’entrepreneuriat

En 1980, la plupart des femmes du Québec relèguent leurs tricots aux oubliettes, occupées à se tailler une place sur le marché du travail. Michèle Hamelin n’y voit que du feu : elle tricotera à leur place. De fil en aiguille et depuis 37 ans, l’avant-gardiste femme d’affaires dirige la destinée de l’Angélaine avec autant de vision que de passion.

Fille du Plateau Mont-Royal, Michèle Hamelin caresse très jeune le rêve de vivre à la campagne. « Qui prend mari prend pays ? C’est vrai ». Avec son compagnon de vie, les voilà qui s’installent sur une ferme dans la vallée de l’Outaouais et plus tard à Bécancour où ils se lancent tête première dans l’élevage de chèvres Angora. « On rêvait d’une vie saine avec des animaux dont on tirerait profit sans avoir à les abattre ». L’artisaneuse – comme elle se qualifie elle-même – est au paradis. L’idée de tricoter lui vient très rapidement. « J’avais appris à l’école et j’ai toujours aimé ça ». Ce qu’elle apprécie par-dessus tout, ce sont les propriétés particulières du mohair, cette « soie du nord » chaude, douce et enveloppante. « Pendant huit ans, j’ai tricoté seule dans mon atelier au-dessus de la cuisine. Je le faisais pour les gens du coin et pour la famille ». Rapidement, Michèle Hamelin songe à accroître sa visibilité. « Je faisais les marchés de Noël et les expositions agricoles, mon chum d’un bord avec les chèvres, moi de l’autre avec les tricots. J’avais aussi des kiosques dans les centres commerciaux en plus de faire chaque année les Salons des métiers d’art ». Trente sept-ans plus tard, les stratégies de mise en marché ont certainement changé mais la passion de faire du beau, elle, reste la même.

Commerce en ligne optimisé

Le web devient à son tour un incontournable. Les premières années, l’Angélaine y impose sa présence, sans trop savoir comment se faire remarquer. «Il fallait donner un coup de barre, devenir transactionnel, être mieux référencé, sortir du lot». En février dernier, l’Angélaine obtenait l’aide financière de la SADC Nicolet-Bécancour via l’initiative Soutien aux petites entreprises, une aide financière lui permettant d'avoir accès à un consultant spécialisé pour optimiser ses ventes en ligne. Une aide qui a fait toute la différence. «Nous avons investi dans la bonification de nos stratégies web et rendu plus performants nos outils en place».

Aujourd’hui, le commerce en ligne est devenu nécessité. «Nous travaillons mieux les plateformes d’influenceurs, misant davantage sur les réseaux sociaux pour générer de l’achalandage et des ventes sur notre site. L’impact est déjà là ». En prime, voilà que le tricot revient à la mode. «Nous avons aussi une Zone Tricot où nous vendons du fil et de la laine aux tricoteuses de la nouvelle génération».

Des chaussettes au sommet

L’engouement pour les produits de luxe, faits main, chauds et résistants est bien là. « Les propriétés du mohair sont incroyables. C’est une fibre aussi noble que la soie et le cachemire. Solide, durable et isolante, elle possède aussi une résistance naturelle aux bactéries ».  Avec Bernard Voyer comme ambassadeur, ça aide aussi. « Depuis plusieurs années, il ne part pas en expédition sans ses chaussettes Angélaine ». Une autre belle façon pour la petite entreprise de Saint-Angèle-de-Laval de voyager à travers le monde.

En chiffres

8 : le nombre de tricoteuses à temps plein

69% : augmentation des ventes en ligne (avril-octobre 2016 vs avril-octobre 2017)

Un conseil à suivre

« Toujours regarder en avant, garder confiance en son produit, croire en soi. Mais avant tout, la passion doit être au rendez-vous ».

Un piège à éviter

« Ne pas écouter ceux qui freinent votre élan, ceux qui sont trop réalistes. Ça prend de la folie pour créer ».

Langelaine.com

Oser pour réussir

Les SADC et CAE, ce sont plus de 400 professionnels et au-delà de 1 000 bénévoles qui travaillent depuis plus de 35 ans au développement économique des régions du Québec. Leur mission ? Soutenir des projets et des entreprises innovantes pour des collectivités prospères. Pour mieux connaître l’impact de ce réseau, Groupe Capitale Médias est fier de vous présenter quelques histoires à succès.

Prochaine parution le 20 décembre.