Gabriel Montminy
Gabriel Montminy

Parkinson Saguenay – Lac-Saint-Jean

Les visages du Parkinson : Gabriel Montminy

La Vitrine
Contenu commandité
À l’automne 2018, alors que j’avais 62 ans, je coupais des légumes dans le but de préparer une soupe quand j’ai remarqué que ma motricité fine était compromise. J’avais aussi constaté que, parfois, ma concentration n’était plus la même. Un jour, en allant à la poste, ma main droite s’est mise à trembler. Je jouais au hockey, à l’époque, et j’avais de plus en plus de mal à propulser la rondelle comme j’avais l’habitude de le faire. J’avais même perdu de la motivation à pratiquer cette activité.

C’est au début de janvier 2019 qu’une neurologue me confirme que ces symptômes sont dus au Parkinson. C’est un choc, mais je me mets rapidement à prendre des médicaments qui, heureusement, atténuent de beaucoup les symptômes qui m’affectent. Même que les tremblements disparaissent presque entièrement!

Je m’estime chanceux, car je reste tout de même actif en faisant du vélo, en bûchant sur mon lot à bois. En fait, les activités manuelles sont celles où je vois le moins de changements. Des limites se manifestent plutôt lorsque je dois faire une tâche qui demande de la concentration, comme remplacer un tuyau de plomberie, par exemple, où une certaine préparation mentale est nécessaire.

Je pense que le plus important, lorsque l’on est atteint du Parkinson, ou de toute autre maladie, en fait, est d’aller chercher du soutien. Je peux compter sur l’appui de ma femme et de mes enfants, mais aussi de l’association Parkinson Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui propose des conférences sur toutes sortes de sujets liés à la maladie, organise des collectes de fonds et vient en aide aux personnes atteintes tout autant qu’à leurs proches.

Au début, j’hésitais à me rendre aux rencontres de cette association, car cela est confrontant de voir des gens qui souffrent de symptômes invalidants. Je me demandais: « Est-ce que c’est ce qui m’attend? » Mais ensuite, cela m’a aussi permis de relativiser ma démarche en me rendant compte que je pouvais aussi prendre exemple sur des personnes qui continuent de persévérer et d’être actives.

Je conseille donc à tous ceux qui ont reçu ce diagnostic de faire appel à Parkinson Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui fait un travail extraordinaire pour nous aider et nous informer. Du même coup, on évite l’isolement, qui peut devenir très lourd au fil du temps, ce qui n’est pas à négliger.