Les nouveaux propriétaires sous le charme d'Arvida

Vous les avez sans doute aperçus à la Boucherie Davis. Ils y sont régulièrement depuis le mois de juillet, affairés à ajouter de nouveaux produits sur les tablettes et à servir la clientèle. Ces nouveaux venus dans le paysage arvidien, ce sont Emmanuel Ross Morel et Élyzabeth Savard, les propriétaires de la Boucherie Davis.

Déjà propriétaires de la Boucherie Manu, à Saint-Fulgence, le couple s’est officiellement porté acquéreur de l’entreprise de la rue Davis le 1er juillet dernier. Il a ainsi pris la relève de M. Régis Bouchard.

Emmanuel étant boucher de formation et Élyzabeth technicienne-comptable, c’est en couple qu’il dirigeront le commerce. Depuis l’acquisition de la Boucherie Davis, ils y passent d’ailleurs le plus clair de leur temps, profitant de leur arrivée au sein de l’entreprise pour rencontrer les clients et découvrir le dynamisme d’Arvida.

«Arvida, c’est vraiment un esprit de communauté. Jusqu’ici, on a été extrêmement bien accueillis par la clientèle, mais aussi par les autres marchands du centre-ville avec qui on espère collaborer davantage dans les mois et les années à venir», mentionne Emmanuel Ross Morel.

Plusieurs nouveautés à venir

Conscients de l’importance de la Boucherie Davis au centre-ville d’Arvida et de l’attachement des citoyens envers cette véritable institution, les nouveaux propriétaires n’ont nullement l’intention de dénaturer l’établissement. Bien au contraire, ils souhaitent conserver ce qui fait le charme de l’endroit, le style un peu vintage, voire campagnard du commerce, le service au comptoir ainsi que la relation de proximité entre le personnel et les clients.

Cela ne les empêche pas d’avoir une foule de projets en tête pour bonifier l’offre de produits. Récemment, ils ont d’ailleurs fait l’ajout d’une vaste sélection de bières de microbrasseries. Tous les jeudis, il est aussi possible de s’y procurer du pain frais, offert en quantités limitées. Les propriétaires comptent également développer l’offre de charcuteries et de terrines maison et multiplier les partenariats avec les entreprises régionales.