Le Québec de demain automne 2018

Assurer des soins ­sécuritaires aux patients

Assurer des soins de qualité et sécuritaires aux patients constitue une priorité pour les professionnelles associées à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). Afin d’y parvenir, des projets-ratios ont été implantés dans chacune des régions du Québec, une initiative qui suscite l’enthousiasme.

«Ces projets sur les ratios professionnelles / patients représentent l’un des leviers importants dans l’amélioration des soins de santé, confirme la présidente de la FIQ, Nancy Bédard. Cette demande, qui chemine depuis trois ans, a fait ses preuves ailleurs dans le monde, notamment en Californie et en Australie. Au total, sur tout le territoire québécois, 13 projets ont démarré cet été et quatre autres verront le jour au cours de l’automne.»

Unités de médecine, de chirurgie, CHSLD, salles d’urgence, soins à domicile, inhalothérapie, établissements privés conventionnés: tous les types de milieux ont été intégrés à la démarche. Dans les faits, le nombre et la composition des équipes de soins ont été revus, de même que les conditions nécessaires à la prestation de soins sécuritaires. La durée des phases de préimplantation et d’implantation est de six mois.    

«Les équipes de soins sont les mêmes depuis 30 ans, alors que les cas sont plus lourds, précise la présidente de la FIQ. Le projet de ratios contribue à résoudre le problème des professionnelles qui sont confinées à une pratique qui ne leur permet pas de déployer toutes leurs compétences, en plus d’alléger leur charge de travail, et donc de faciliter la conciliation ­travail-famille. Il s’agit d’une ­véritable valeur ajoutée qui, à terme, sera profitable pour tout le monde.» 

Vers des ratios garantis

La FIQ insiste: les conclusions tirées des projets sur les ratios professionnelles en soins / patients seront rigoureuses et directement axées sur les besoins des usagers. Ultimement, on souhaite que des ratios sécuritaires soient garantis pour tous les ­établissements du Québec,
peu importe leur mission. La Fédération vise à que ce les ratios implantés soient non seulement maintenus, mais qu’une loi puisse venir les encadrer.  

«Dans une société comme la nôtre, les soins sécuritaires ne devraient être négociables ni pour les patients, ni pour les professionnelles elles-mêmes. Pour nos membres, les ratios constituent un pas concret vers la bonification réelle et durable de leurs conditions de travail», soutient Mme Bédard, qui mise, entre autres, sur un meilleur accès aux soins de première ligne par l’entremise des infirmières praticiennes spécialisées.