Relâche

L’art de faire relâche

Vous sentez la fébrilité dans l’air? C’est que la semaine de relâche approche à grands pas. Du 4 au 8 mars, ils seront des milliers de jeunes à travers le Québec à profiter de quelques jours de repos pour faire le plein d’énergie. Si ça se trouve, vous aussi aurez peut-être la chance de faire relâche et l’instant d’une semaine vous mettre en mode vacances. Afin de profiter pleinement de ce moment de répit, voici quelques conseils qui pourraient vous aider à mieux planifier votre congé.

Planifier, mais pas trop

On oublie souvent que la relâche est un moment pour faire «relâche». Ainsi, bien qu’il soit naturel d’avoir envie de profiter pleinement de ces jours de congé pour faire toutes sortes d’activités auxquelles on a généralement peu de temps à consacrer, il importe de se réserver du temps pour ne rien faire, du moins, ne rien faire de prévu.

Les vacances ne devraient pas être gérées comme un horaire de travail. Vous pouvez, certes, mettre quelques activités incontournables à votre agenda familial, mais il faut aussi laisser place à l’imprévu.

Briser la routine

Les enfants ont besoin de sortir de la routine. Laissez-les se coucher plus tard, se lever plus tard et vaquer seuls à leurs occupations. La relâche, c’est aussi ça, une semaine où on n’a pas d’obligations. 

Déconnecter pour mieux reconnecter

Durant la relâche, lancez un défi à votre famille. Ne serait-ce que durant quelques jours ou quelques heures par jour, mettez de côté vos appareils électroniques. Profitez de ces moments pour faire des activités en famille : se glisser, jouer à un jeu de société, faire la cuisine, faire une bataille d’oreiller, etc.

Les journées de congé en famille sont propices aux rapprochements, mais encore faut-il se montrer disponibles et ouverts à reconnecter avec nos proches.

Pas une question d’argent

Il serait faux de croire qu’il faut une tirelire bien garnie pour passer d’agréables moments en famille durant la relâche. En fait, il y a tant d’activités gratuites offertes partout au Québec, qu’il n’est pas du tout nécessaire de mettre la main dans ses poches pour profiter de ce congé hivernal. Visitez le site Internet de votre municipalité pour connaître la programmation détaillée dans votre secteur.

Vous pouvez aussi profiter des plaisirs de l’hiver en allant tout simplement marcher, patiner ou vous glisser à l’extérieur.

La relâche est également l’occasion de visiter la parenté et les amis, des sorties qui font toujours du bien.

Relâcher la pression

Tout n’a pas besoin d’être parfait. Chaque journée de congé n’a pas besoin de surpasser la précédente. Les parents ont cette fâcheuse habitude de s’en mettre beaucoup trop sur les épaules. Pourtant la relâche ne devrait pas être une source de stress, mais bien une source de bonheur.

N’essayez donc pas de jouer les parfaits organisateurs. Faites les choses simplement. Laissez vos enfants participer aux choix des activités. Laissez-les aussi s’ennuyer. Si ça se trouve, ils feront alors preuve de créativité pour se divertir.

Pensez aussi à vous et si le besoin s’en fait sentir, n’hésitez pas à confier les enfants aux grands-parents pour vous offrir une petite journée de détente. Il y a fort à parier que grand-papa et grand-maman seront ravis de prendre soin d’eux. Pareillement, les enfants trépigneront de joie à l’idée de passer une journée avec leurs grands-parents.

Quelques faits à savoir sur la relâche scolaire

• La relâche scolaire est apparue au Québec en 1979 sous l’instigation de Fernand Paradis alors directeur de la Commission des écoles catholiques du Québec.

• C’est à la suite d’un voyage en France, où les élèves profitent de vacances printanières, que M. Paradis eut l’idée de créer la semaine de relâche.

• Ayant réalisé des études sur le niveau d’absentéisme des élèves, il conclut que les absences étaient plus nombreuses à la fin février. C’est pourquoi la semaine de relâche a lieu à la fin de l’hiver.

• La semaine de relâche n’est pas obligatoire. Il revient aux commissions scolaires d’aménager le calendrier de sorte que les élèves aient un total de 180 jours de classe.

• Depuis quelques années déjà, certains établissements scolaires à travers le Québec proposent une deuxième semaine de relâche, soit une à l’automne et une durant l’hiver.