Dre Chantale Tremblay.

LA Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une équipe interdisciplinaire dédiée aux soins des usagers

Médecin de famille depuis 1977, la Dre Chantale Tremblay oeuvre en soins palliatifs depuis 1990. Mme Tremblay a fait ses débuts dans ce domaine dans la première unité francophone au monde de soins palliatifs, soit l’hôpital Notre-Dame de Montréal. Elle figure également parmi les dix premiers médecins du Québec à avoir fait ce travail à temps plein.

Cette pionnière du corps médical francophone en soins palliatifs souhaitait depuis longtemps créer un environnement adéquat et spécifique au soins palliatifs au CIUSSS de Chicoutimi. D’ailleurs, depuis son retour en région, elle oeuvre en soins palliatifs au CIUSSS.

La Dre Chantale Tremblay fait aussi partie de l’équipe de soins de la Mai- son Notre-Dame depuis 2005 et siège au conseil d’administration de l’organisme depuis 2007. C’est donc tout naturellement que cette pionnière ait choisi de poursuivre son implication auprès de La Maison de soins palliatifs du Saguenay. Elle a d’ailleurs fait partie du comité architectural et du comité clinique pour ce projet.

La Dre Tremblay perçoit les soins palliatifs comme de la médecine de famille en trois dimensions.

«Les soins palliatifs se divisent en trois dimensions. Il y a le clinique, le psychologique et le social. Ces notions sont indissociables de la personne qui vit une maladie», explique la Dre Chantale Tremblay. «La pire maladie pour une personne, c’est celle qui va la faire mourir. C’est pourquoi la dimension humaine de la médecine palliative est encore plus globale qu’en médecine curative, car il y a l’élément de fin de vie qui entre en ligne de compte, ce qui amène une dimension psychosociale très forte. D’où l’importance de travailler en équipe interdisciplinaire. En fait, le travail d’équipe et la collaboration interdisciplinaire sont essentiels afin de répondre collectivement aux besoins des personnes en fin de vie.»

Afin que les services offerts aux usagers et à leurs proches correspondent à leurs besoins physiques, psychologiques et spirituels, La Maison de soins palliatifs du Saguenay prend les moyens nécessaires pour que l’équipe de soins soit en mesure de répondre à ces nécessités.

L’équipe interdisciplinaire formée de 12 médecins, d’infirmières, d’infirmières auxiliaires, de préposées aux bénéficiaires, de bénévoles aux soins et à l’accompagnement, de pharmaciens et de gestionnaire de la Maison, se rencontrent une fois par semaine pour établir un plan d’intervention personnalisé pour chaque usager. Lorsque c’est nécessaire, elle travaille aussi avec des travailleurs sociaux du CLSC et d’autres professionnels de la santé, tels que des ergothérapeutes, des inhalothérapeutes et physiothérapeutes.                                             

«Les membres de l’équipe interdisciplinaire réalisent un travail extra- ordinaire, dans le respect des uns et des autres. Le respect des responsabilités de chacun, la complémentarité, le soutien mutuel dans les difficultés, l’absence de jugement sont autant d’éléments qui se dégagent de l’équipe», affirme la Dre Chantale Tremblay.

«Le travail de l’équipe médicale et de l’équipe soignante est remarquable. Mais je tiens aussi à souligner l’apport inestimable de pharmacies communautaires spécialisées qui assurent l’approvisionnement de la médication nécessaire à tous les usagers admis à La Maison de soins palliatifs du Saguenay. Les pharmaciens en service font preuve d’une très grande disponibilité pour répondre aux questions de l’équipe de soins et de l’équipe médicale, mais aussi celles des familles. De plus, ils ne font pas que participer aux rencontres interdisciplinaires, ils rencontrent les usagers afin d’élaborer un plan de soins pharmaceutiques. Ils révisent les politiques d’administration des médicaments, assurent une gestion des médicaments qui respecte les lois et règlements en vigueur, bref, ils sont indispensables.»

Respecter le rythme des usagers                                                                       

Puisque les soins prodigués aux personnes malades en fin de vie visent à soulager la douleur et autres symptômes de façon optimale, tout en minimisant les effets indésirables des traitements, les heures de soins sont beaucoup moins rigides et respectent davantage le rythme normal de la personne.

«La maison de soins palliatifs est un beau compromis pour ceux qui ne sont pas en mesure de faire une fin de vie à la maison. Elle offre des soins adaptés à la vie terminale, dans un environnement sécuritaire et personnalisé.»

«Les personnes admises à La Maison sont allées au bout de la guérison et les soins prodigués sont orientés sur le bien-être global du patient. Notre objectif est de le rendre le plus confortable possible pour qu’il profite des derniers moments avec ses proches. Ce bien-être favorise une réflexion sur ce qu’il vit et il arrive même qu’il oublie la maladie pour quelques instants.»

Comment faire une demande d'admission en maison de soins                       

La Maison de soins palliatifs du Saguenay est ouverte à toute la population et ses services sont gratuits.

Lorsqu’une personne malade a terminé ses traitements et que la fin de vie se fait sentir, son médecin traitant ou les soignants du CLSC discutent avec elle des options de fin de vie qui s’offrent à elle. S’il est décidé que la maison de soins palliatif est le meilleur choix, le médecin fait une demande auprès de la maison de soins en évaluant le pronostic de façon la plus juste possible. L’usager sera accueilli en fonction de la disponibilité des chambres.

Un lègue à la population

C’est avec une grande fierté que la Dre Chantale Tremblay parle de La Maison de soins palliatifs du Saguenay.

«La construction de cette maison de soins palliatifs est une belle apogée à la fin de ma carrière. Je serai toujours très fière d’avoir collaboré à ce projet destiné à la population. Je suis aussi très fière du travail de gestionnaire que j’ai réalisé depuis mon arrivée au sein du conseil d’administration et surtout, d’avoir su conserver cette belle équipe interdisciplinaire pour offrir des soins de qualité», conclut la pionnière en soins palliatifs.